Les couleurs et les formes de l’expressionnisme de « Der Blaue Reiter », à la Tate Modern de Londres

Les couleurs et les formes de l’expressionnisme de « Der Blaue Reiter », à la Tate Modern de Londres
Les couleurs et les formes de l’expressionnisme de « Der Blaue Reiter », à la Tate Modern de Londres
-

Marianne Werefkin, “La Danseuse”, Alexander Sacharoff 1909, Fondazione Marianne Werefkin, Musée communal d’art moderne, Ascona

Couleurs saturées, géométrie et grands traits peuplent les salles du troisième étage de la Tate Modern de Londres, dans une grande exposition de l’expressionnisme du mouvement Le Reiter Bleu (Le Cavalier Bleu).

Dès ce jeudi, le public aura accès aux œuvres d’artistes appartenant à ce mouvement fondé à Munich (Allemagne) en 1911, comme Vassily Kandinsky, Gabriele Munter soit François-Marcdont l’expérimentation avec la couleur, les formes et le son est célébrée.

Vassily Kandinsky, “Couple à cheval” 1906-1907, Lenbachhaus Munich, Donation de Gabriele Münter, 1957

C’est la première occasion en 64 ans de voir une exposition de cette dimension de l’art expressionniste de Le Reiter Bleu dans la capitale britannique, comme le souligne le commissaire de l’exposition, Natalia Sidlinadans des déclarations à EFE lors de la présentation ce mardi à la presse.

« Nous mettons en valeur une incroyable communauté créative d’artistes internationaux qui ont été le premier collectif à mettre en avant les valeurs de transculturalité ; “Ils disaient que l’art ne comprenait pas les frontières, seulement les êtres humains”, a-t-il expliqué.

Maria Franck-Marc, “Fille avec un enfant” vers 1913, Lenbachhaus Munich

Ainsi, dans Expressionnistes : Kandinsky, Münter et Le Cavalier Bleu sont condensés des thèmes qui vont des identités multiples à la diversité sexuelle, en passant par les crises créatrices et les expériences migratoires, ce qui, par exemple, Sidlinetrouve un écho dans le monde d’aujourd’hui, notamment auprès des jeunes générations.

Le mouvement Blue Rider célèbre une communauté d’artistes divers, qui ont dépassé les limites imposées par la société du début du XXe siècle pour expérimenter des couleurs vives, des formes révolutionnaires, de la poésie sonore et des performances.

Vassily Kandinsky, “Improvisation Gorge” 1914, Lenbachhaus Munich, Donation de Gabriele Münter, 1957

C’est pourquoi le commissaire de l’exposition estime que tous ceux qui viendront à l’exposition pourront trouver quelque chose qui les intéresse, parmi les histoires de femmes qui ont rompu avec les rôles de genre, d’artistes qui ont commencé des œuvres collectives ou d’auteurs qui ont exprimé leur sexualité fluide et leur interprétation d’eux-mêmes à travers l’art.

L’exposition, qui comprend des œuvres inédites au Royaume-Uni, restera au musée de Londres jusqu’au 20 octobre de cette année.

Source : EFE

-

NEXT Lorena Castell décore le salon de sa maison de campagne