Barcelone est le fruit de l’imagination

-

“L’homme qui n’a pas d’imagination n’a pas d’ailes.” Une phrase célèbre de Muhammad Ali, l’un des plus grands boxeurs de l’histoire. L’imagination est précisément l’élément qui a inspiré la dernière exposition de Boban Vaiagich, directeur créatif depuis plus de 25 ans, dont les photos nous invitent à nous laisser emporter par notre esprit et à nous envoler vers un monde fantastique de couleurs et de formes extravagantes avec Barcelone comme le protagoniste. . Dans son exposition photographique, imaginerrend hommage à l’inspiration.

Né en Serbie, Vaiagich a dû fuir en 1993 avec sa femme le pays où il avait grandi, à cause de la guerre des Balkans, laissant derrière lui toute une vie, avec le désir de revenir dans le futur. Sa première étape en exil fut Lisbonne, où il travailla comme graphiste pendant 10 ans. Passé ce délai, une autre entreprise spécialisée dans le graphisme à Prague l’a appelé, où il a dû déménager. Ensuite, de grandes opportunités de travail s’offriraient à lui à Londres et, enfin, il retournerait dans la capitale portugaise, qui l’avait accueilli depuis qu’il avait fui son pays.


Agrandir

Réflexions « imaginatives » dans la Sagrada Familia.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

La naissance de sa fille Tina en 2013 a changé sa vie. Désireux de vivre en Catalogne depuis tout petit et séduit par la culture catalane, il s’est finalement installé à Barcelone, où il réside depuis 2016. En raison de circonstances personnelles, sa femme est revenue à Belgrade avec leur fille. Et maintenant, Vaiagich vit entre la capitale serbe et Barcelone.

Depuis qu’il a mis les pieds dans la ville, il s’est senti chez lui. Boban a visité de nombreuses villes à travers le monde, mais le lien spécial qu’il ressentait avec Barcelone n’avait jamais été ressenti auparavant. Sa famille en Serbie ne comprenait pas qu’il souhaitait rester en Catalogne. « Tu n’as pas d’argent, qu’est-ce que tu vas faire ? », « De quoi vas-tu vivre ? », « Et qu’est-ce que tu vas faire de la langue ? » « Et Tina, vas-tu l’éloigner de ses amis ? »… Ce sont des questions que Boban entendait quotidiennement, mais il était clair qu’il n’y avait pas de retour en arrière et qu’il resterait à Barcelone contre toute attente.


Agrandir


Cycliste au sommet de la Casa Milà.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

Boban, comme tous les photographes, a des influences. Dans son cas, Chema Madoz ou Isabel Muñoz, pour la créativité de leurs œuvres, qui ont inspiré Boban à créer des figures fantastiques dans ses images, comme dans la photographie du dragon au sommet de la Casa Batlló d’Antoni Gaudí. Du point de vue de la forme des portraits et de la photographie de rue, ses références viennent de deux photographes anglais, John Gill et Jimmy Nelson.


Agrandir

Photographie de Boban Vaiagich pour l'exposition 'Imagining'.

Le dragon sur la Casa Batlló.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

La galerie de photos de Boban Vaiagich est une exposition de photos très élaborées, qui ne pourraient être réalisées sans un montage approprié. « Avec des programmes comme Lightroom ou Photoshop, je peux atteindre l’objectif que je recherche sur les photos. Je passe de nombreuses heures au montage, mais le résultat en vaut la peine », dit-il. Malgré tout, sa photographie est spontanée, capturant l’opportunité et l’instant. « J’arrive à capturer quelque chose que d’autres n’ont pas la chance de voir », dit-il.


Agrandir

Photographie de Boban Vaiagich pour l'exposition 'Imagining'.

Imaginaire des enfants au Parc Güell.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

Imprégné d’amour pour la culture et les traditions catalanes et, par conséquent, pour la ville de Barcelone, Vaiagich a orienté son style photographique pour capturer des images de l’architecture moderniste de la ville, des traditions populaires et aussi de ses habitants. «Je veux montrer à quel point la société catalane est riche et ouverte aux personnes qui viennent d’autres endroits du monde. Il n’y a pas d’individualisme. Les Catalans s’unissent, ils se soutiennent. Un exemple clair est celui des tours humaines. Chaque fois que je les vois, je suis excité », dit-il.

Je veux montrer à quel point la société catalane est riche et ouverte aux personnes qui viennent d’autres endroits du monde.


Boban

Boban VaiagichPhotographe et directeur créatif


Agrandir

Photographie de Boban Vaiagich pour l'exposition 'Imagining'.

Une grande baleine au-dessus de Barcelone.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

imaginer est l’exposition que Vaiagich a organisée au Studentski Kulturni Centar à Belgrade, sa ville natale. C’était un show très médiatique. L’idée de l’exposition est née des dessins que sa fille Tina réalisait depuis qu’elle était petite.


Agrandir

Photographie de Boban Vaiagich pour l'exposition 'Imagining'.

Méduse sur Barcelone.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

À leur arrivée à Barcelone, Tina ne savait ni espagnol ni catalan, et sa façon d’interagir était le dessin. Le père trouvait les illustrations réalisées par sa fille très intéressantes, car elles étaient très élaborées pour être réalisées par une fille de son âge. C’est alors qu’il décide de s’inspirer de ses dessins pour capturer cette série de photos pleine d’imagination.


Agrandir

Photographie de Boban Vaiagich pour l'exposition 'Imagining'.

Jouer avec la Tour Glòries.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

« Il y a un enfant en nous, latent toute notre vie », dit-il. Vaiagich a vécu des situations difficiles, mais n’a jamais réussi à faire ressortir le fantasme et l’innocence de l’enfance au cours de sa longue vie. « Les parents arrêtent l’imagination des enfants et c’est une erreur. Nous ne devons pas arrêter le désir et l’ambition des enfants de rêver, nous devons les laisser voler librement.”

Pour Boban Vaiagich, l’imagination est ce qui maintient l’espoir vivant et nous permet d’échapper au bruit et au chaos de la sale et laide réalité de la vie quotidienne. Cette réflexion l’a amené à organiser la ligne conceptuelle de son exposition photographique autour de l’imagination, unissant son amour pour Barcelone, sa fille et sa fantaisie dans un concept unique. Imaginer.

Nous ne devons pas arrêter le désir et l’ambition des enfants de rêver, nous devons les laisser voler librement


Boban

Boban VaiagichPhotographe et directeur créatif


Agrandir

Photographie de Boban Vaiagich pour l'exposition 'Imagining'.

Un patineur à la Casa Milà.

Boban Vaiagich / https://www.comoqueno.media/

Participe!

Voulez-vous montrer vos photographies?

Les personnes intéressées à participer à Photos des Lecteurs doivent simplement écrire un e-mail à l’adresse e-mail de notre section Participation ([email protected]) en joignant la photographie, en expliquant en détail comment et où elle a été prise et en fournissant les données de l’auteur pour la signature de l’image. Il est important d’indiquer dans l’objet du mail : ‘Photos des Lecteurs’.

■ COMMENT PUIS-JE PARTICIPER À LA COMMUNAUTÉ VANGUARD ?

-

PREV Miguel Zugaza : Fondement de la modernité
NEXT L’abstraction de Martha Jungwirth, au Musée Guggenheim