Erwin Olaf, le photographe qui a réagi à la nouvelle avec des autoportraits

Erwin Olaf, le photographe qui a réagi à la nouvelle avec des autoportraits
Erwin Olaf, le photographe qui a réagi à la nouvelle avec des autoportraits
-

«Son travail peut être montré et compris à partir de ces trois concepts : l’émancipation, le désir et l’intimité, qui sont en quelque sorte les éléments recherchés par l’être humain.» C’est ainsi que Paco Barragán, commissaire de l’exposition, résume l’essence et le titre de l’exposition du regretté photographe néerlandais Erwin Olaf. Un échantillon panoramique de son œuvre des années 80 à 2020 qui reflète, à travers une esthétique mise en scène, plusieurs problématiques de la société contemporaine.

L’exposition Récits d’émancipation, de désir et d’intimité ouvre ses portes au public le 10 mai pour le coup d’envoi du festival PHotoEspaña. Il s’agit du premier réalisé par cet auteur depuis sa mort en septembre 2023. Entre juillet et octobre de l’année dernière, un similaire a pu être vu en Espagne, Erwin Olaf : Un monde en déclinau Centre Niemeyer d’Avilés.

« L’exposition allait avoir un autre concept au départ, elle allait s’appeler Célébrer la vie pour honorer la guérison des poumons d’Erwin et son 65ème anniversaire, mais malheureusement Erwin ne s’est pas rétabli et nous avons dû modifier l’idée initiale”, a expliqué Shirley den Hartog, amie et directrice de la Fondation Erwin Olaf, lors de la présentation de l’exposition. « Nous souhaitions un grand espace pour exposer le travail d’Erwin et nous y sommes parvenus. Il aurait dû être ici», déclare Den Hartog.

Plus de 185 photographies, 20 vidéos et diverses installations vidéo composent, au Théâtre-Centro Cultural de la Villa Fernán Gómez, une partie de l’œuvre considérable du Néerlandais. Une rétrospective de l’un des grands innovateurs de l’esthétique narrative qui aborde, dans une perspective audacieuse et parfois controversée, les problèmes auxquels est confrontée la société contemporaine du nouveau siècle : la solitude, le manque de communication, l’hyper-individualisme ou la violence.

Olaf, en tant que chroniqueur de ces problèmes, divise cette exposition en trois étapes claires en relation avec ses expériences personnelles. Le premier d’entre eux : l’émancipation, qui comprend les œuvres clés qui abordent l’activisme social, politique et écologique ; ensuite, le désir, qui inclut la célébration du corps à travers le désir sexuel explicite ; et enfin, l’intimité, l’étape la plus introspective qui concentre des notions telles que l’isolement, le manque de communication, la tristesse ou la déception.


L’exposition présentée est complétée par une trentaine d’autoportraits qui reflètent diverses sensations vitales. Frustration, désir ou incertitude sont quelques-unes des expériences personnelles qui ont conduit Erwin à créer une exposition basée sur différents supports et techniques utilisés dans sa pratique artistique multidisciplinaire. « Erwin utilisait ses autoportraits pour réagir à ce qui se passait dans le monde. Il a regardé les informations et au lieu de s’exprimer, il a pris un autoportrait », explique Den Hartog.

Le travail du photographe néerlandais a commencé à documenter la libération gay de la vie nocturne d’Amsterdam dans les années 1980. Quatre décennies plus tard, son travail a traversé diverses tendances créatives axées sur la contextualisation des relations raciales complexes, de la dévastation des divisions économiques et de la sexualité. « Je pense qu’avec cette exposition, nous obtenons des clés sur l’évolution de la société, pour comprendre la société dans laquelle nous vivons et nous comprendre nous-mêmes. Il nous raconte ce qui s’est passé avec une société en pleine mutation, contradictoire, complexe et ambiguë. Une société où les grands récits ont échoué », a souligné Paco Barragán.


Le travail d’Erwin Olaf ne tourne pas seulement autour de l’activisme, mais il fait également partie de la liste exclusive des portraitistes de la famille royale néerlandaise. Il a également été chargé de concevoir le visage national des pièces en euros du roi Willem-Alexandre des Pays-Bas en 2013. Olaf parlait de cette dualité deux ans avant sa mort : « Vous pouvez photographier votre sexualité et vos amis depuis la nuit d’Amsterdam. de manière très explicite tout en représentant la famille royale. Je pense que cela en dit long sur la mentalité des Néerlandais. C’est la liberté pour moi. En réponse aux commentaires qui qualifiaient le travail d’Olaf de provocateur et explicite, il a lui-même déclaré, selon Paco Barragán, qu’« en Occident, il existe une grande tradition avec le corps nu en peinture, mais lorsque le photographier, cela devient de la pornographie pour les gens ».

Taco Dibbits, directeur du Rijksmuseum – le Musée national d’Amsterdam – présente Olaf comme l’un des meilleurs photographes du dernier quart du XXe siècle. « Erwin a vu la beauté de chaque personne. Il était une figure clé de l’histoire pour son activisme et son rôle au sein de la communauté LGTBIQ+, et un photographe qui a défini son médium aux Pays-Bas. « Un artiste au dynamisme extraordinaire et au souci du détail incomparable », écrit-il dans l’hommage que le musée lui a dédié après sa mort.


Le festival de photographie PHotoEspaña 2024, organisé par La Fábrica, se déroule jusqu’au 29 septembre et rassemble près de 300 artistes répartis dans 84 expositions. Mobile perpétuel est le titre qui donne son nom à cette édition, faisant allusion au mouvement comme axe central, au dynamisme du médium photographique et de ses créateurs, ainsi qu’aux changements collectifs, historiques et sociaux. Il s’agit de la première édition avec María Santoyo à la tête du festival.

Concernant le thème de cette année, Erwin a assuré : « Je considère les expositions comme très uniformes et je veux rompre avec cela. Je ressens le besoin d’ajouter du mouvement aux histoires que je raconte. J’aime rechercher où se trouve le calme ou l’immobilité de la photographie ou où commence le mouvement de la vie.

Mobile perpétuel, En plus de donner son nom à l’édition, c’est aussi le titre d’une exposition collective au Círculo de Bellas Artes de Madrid qui exposera le travail de 27 photographes espagnols qui ont été témoins du « changement de paradigme analogique/numérique » depuis le début. de la Démocratie.

Le festival verra la participation de grands noms de la photographie espagnole tels que Gonzalo Juanes, Javier Campano, Pilar Aymerich et Paloma Navares. Il accueillera également des expositions de grands artistes internationaux : l’Ukrainien Boris Savelez, le Japonais Masashisa Fukase, les Américains Elliott Erwitt et Consuelo Kanaga, le Sud-Africain David Goldblatt et le Néerlandais Iwan Baan seront quelques-unes des stars internationales qui passeront par les différents salles du festival .

-

PREV Hôpital Glasblokkene Haukeland pour enfants, jeunes et femmes / KHR Arkitekter + Studio PKA + Henning Larsen
NEXT Maison 28.0855 / VAN VAN Atelier