Grands maîtres de la Collection Abelló de Malaga

Grands maîtres de la Collection Abelló de Malaga
Grands maîtres de la Collection Abelló de Malaga
-

Cela est évident, par exemple, dans Don Quichotte du réverbère, Plaza de la Revolución, La Havane (1959), d’Alberto Korda ; ou la saisissante photographie de l’hôtel Regis après le tremblement de terre du 19 septembre 1985 dans le centre de Mexico, prise par Enrique Metinides. L’image est tout aussi bouleversante. Mère et fille sur la Plaza de Mayo (1982), d’Adriana Lestido, reflet de la résistance sociale des années charnières en Argentine.

La visite comprend des photographies illustrant l’euphorie et le mélodrame comme faisant partie de la vie quotidienne. L’exposition cherche également à répondre à la question : « Que signifie être hispano-américain ? », à laquelle les images répondent qu’il s’agit d’une question d’attitude. Ils sont unis par la vie nocturne, la fête et la fête, mais aussi par l’engagement social et politique.

Tellement De Raphaël à Bacon. Chefs-d’œuvre de la collection Abelló comme L’Amérique latine en mouvement. La collection photographique d’Anna Gamazo de Abelló Ils peuvent être visités jusqu’au 18 août 2024 au Centre Culturel de la Fondation Unicaja de Malaga. Nerea Méndez Pérez

-

PREV Il faut libérer l’art du confinement dans les musées
NEXT Rosario de Velasco, le peintre oublié de 27, ressuscite au Thyssen | Culture