Musées : « Episodios Tapatíos », un hommage à Guadalajara

Musées : « Episodios Tapatíos », un hommage à Guadalajara
Musées : « Episodios Tapatíos », un hommage à Guadalajara
-

Ce samedi 22 juin, à 12h00, sera inaugurée l’exposition « Episodios Tapatíos » du plasticien Carlos Vargas. Ponsau Musée de la Ville (Independencia 684, Zona Centro). Le commissariat a été assuré par Laura Ayala, qu’elle remercie pour son travail : « Je lui suis vraiment redevable ».

Les partages créatifs LE JOURNALISTE que sa série est un hommage à Guadalajara et à certaines de ses personnalités marquantes ; L’œuvre présente 14 distinctions à des personnalités éminentes de la ville, à savoir : Beatriz Hernández, le Dr Antonio Ayala Ríos, Fray Antonio Alcalde, l’évêque Juan Cruz Ruíz de Cabañas et l’architecte Luis Barragán.

«Ces hommages sont réalisés à l’huile, dans des formats moyens, très paysagers, résolus dans une gamme très variée de gris clairs et de blancs, semblables à ceux que Monet, Pissarro et Sisley ont utilisés pour créer leurs paysages enneigés ou, comme dans le cas de Monet , les vues du Parlement anglais et du pont de Waterloo, les jours particulièrement brumeux », dit-il.

Quant au point de départ de l’élaboration de cette exposition, il dit : « Eh bien, nous pouvons la situer dans une série de villes inexistantes et inventées, qui prémonitaient déjà en quelque sorte la structure et la couleur générale de l’exposition actuelle. Plus tard, au fur et à mesure de son évolution, je me suis demandé pourquoi je n’avais pas profité de ce que j’y avais appris pour raconter des histoires de notre environnement immédiat et insérer des personnages admirables et exemplaires qui ont été la clé de notre culture.

Ce projet représente une dette que l’artiste ressent envers ces géants des domaines de la foi, de la science et du développement artistique de notre ville. Alors que ce qu’il veut transmettre avec l’exposition, c’est « la beauté et la transcendance de l’héritage que ses compatriotes et Tapatios par adoption nous ont laissé d’une manière si admirable et altruiste ».

Concernant les défis auxquels il a été confronté lors de l’élaboration de ce projet, il avoue qu’ils sont généralement les mêmes que ceux rencontrés au cours de ces 35 années de travail intense, à savoir « atteindre l’équilibre et la cohérence souhaités entre le sujet à discuter, ce que nous pourrions discuter ». appeler le concept de base du travail et la manière de le résoudre avec les valeurs et les ressources sur lesquelles je peux m’appuyer. Je fais référence à la concrétion du spectre chromatique, à la structure linéaire et/ou volumétrique, au niveau de contraste lumineux, au rapport des contours et au rapport des tailles et des formes au sein de l’espace pictural, en plus d’un nombre infini d’objectifs et aspects subjectifs que l’artiste doit prendre en compte pour créer son œuvre.

De ce projet, ouvert au public à partir de ce week-end, dit Vargas Pons Que comptez-vous demander à votre père ? Thomas de filleOrnélaschroniqueur de La Archidiocèse intellectuel de Guadalajara et de Jalisco, qui donne une conférence dans l’auditorium du musée sur la fondation de Guadalajara “et le travail essentiel et magnifique réalisé par les personnages dont nous parlons maintenant.”

En outre, Parmi les prochains projets de l’artiste, il dit travailler en parallèle sur trois séries différentes, dont une sur le thème du « Purgatoire ».« dans des ambiances sombres qui pourraient être l’équivalent plastique des histoires de Rulfo, un autre sur le thème « Architecture contemporaine », dans une résolution minimaliste, et une autre avec un accent industriel et expressionniste particulier, qui comprend des scènes d’ouvriers comme celles magistralement représentées par Sebastiao Salgado. Bien sûr, en alternance, je continue à peindre mes baigneuses, qui sont la série avec laquelle la plupart du public me connaît.

L’exposition raconte une histoire à travers des peintures exécutées avec une palette presque monochromatique. COURTOISIE

Qui est Carlos Vargas Pons?

Originaire de Guadalajara, Jalisco, Carlos Vargas Pons est né en 1968. Il a étudié l’histoire de l’art, la peinture et le dessin dans sa ville natale, sous la tutelle d’Enrique Ruiz Rojo, José Fors, Davis Birks et Gonn Mosny. Il a présenté des expositions individuelles dans des espaces tels que : le Musée Carrillo Gil, le Musée des Arts de l’Université de Guadalajara (MUSA) et le Musée Cabañas.

Dans les éditions 1990 et 1991 de la Rencontre Nationale du Jeune Art, il a remporté le premier prix d’acquisition et, entre autres prix nationaux, il a été récompensé, en 2005 et de nouveau en 2015, par la prestigieuse Bourse des créateurs avec carrière, décernée par le National Fonds pour la Culture et les Arts.

Il a participé à des expositions collectives dans les principaux musées du Mexique et dans des pays tels que : l’Espagne, la Roumanie, les États-Unis, la France, l’Autriche, la Slovénie, la Tchécoslovaquie et la Suisse. Son œuvre fait partie des collections permanentes du Musée des Arts de Guadalajara, du Musée d’Art Contemporain de Monterrey et du Musée d’Art Contemporain d’Aguascalientes.

C.T.

-

NEXT Almodóvar del Campo dédie un monument en bronze à Saint Juan d’Ávila ~ Montilla Digital