“Traces vivantes” : Consuelo Méndez expose à La Poeteca

-

Le mur suspendu de Fondation La Poeteca recevra l’exposition « Living Traces », une série de dessins de l’artiste vénézuélien Consuelo Méndez, résidant en Autriche et de passage à Caracas, à partir de ce vendredi 21 juin 2024, à 16h30, date à laquelle elle sera révélée au public. Ce rendez-vous avec l’art proposera également une conversation entre l’artiste et la commissaire Lorena González, dans le cadre de la cérémonie d’ouverture.

Cette série de dessins de l’artiste vénézuélien Consuelo Méndez recueille les traces qui clôturent les expériences d’une pratique soutenue du « Mouvement Authentique », une discipline promue par le danseur nord-américain Janet Adler (1941-2023).

« Entre 2014 et 2016, j’ai assisté à une séance hebdomadaire de Mouvement authentique avec Daniela Pinto, danseuse et thérapeute corporelle vénézuélienne. Après chaque séance, j’écris mes impressions dans mon carnet-journal et je laisse le mouvement restant s’exprimer jusqu’à ce qu’il soit épuisé par le dessin/peinture et/ou les mots”, explique Méndez : “Ma rencontre avec le Mouvement Authentique comme outil, expérience guidée et constaté, est révélateur par rapport à ma création plastique/visuelle. Après de nombreuses années de recherche sur les langages expressifs et le corps, je suis arrivé à la manière la plus libre d’entrer directement dans l’inconscient et d’y travailler de manière créative. Dans l’expérience profonde que propose un atelier Mouvement Authentique, il y a une approche physico-psychique de l’espace sacré interne que possèdent les êtres humains et dont nous sommes si éloignés.

Méndez, qui a une longue carrière, entretient une activité permanente dans les arts plastiques – peinture, dessin et arts graphiques – ; démontre un intérêt particulier pour la création de livres, d’objets et d’œuvres sur papier; et développe également une pratique pédagogique qui intègre la thérapie et les arts. La relation entre le corps et l’art devient de plus en plus pertinente dans son expression personnelle et sa pédagogie, donnant le ton à son processus de recherche créative.

« Dans cette série ‘Traces Vivantes’, le mouvement reste ouvert en tant que processus et je ne le raccourcis pas jusqu’à ce qu’il s’arrête tout seul et s’exprime sur papier”, note l’artiste : “C’est une conversation ouverte et étrange qui émerge de la même expérience et que j’ai appris à écouter. Et c’est justement à ce moment-là que j’ai découvert un lien direct avec ma manière d’aborder le travail plastique qui ressort lorsque je travaille. Le langage plastique-visuel, parce qu’il est son propre langage expressif, parle et demande à être entendu. Elle n’est pas fermée à l’intellect, mais plutôt au ressenti, au cœur. Il se laisse faire et en l’écoutant il indique où il se trouve et il est dit jusqu’ici. Un bel exemple de pure alchimie d’un processus de mouvement créatif qui se manifeste et fait son travail.

Méndez Elle a participé à une formation de Danse-Thérapie par le Mouvement sous la tutelle de María Elisa Al Cheik, Entrecuerpos, (2016-2019) et appartient au Groupe Pielforma, un laboratoire de recherche en plasticité corporelle.

Du lundi au vendredi
De 9h00 à 16h00
les samedis
De 10h00 à 16h00

Fermeture : septembre 2024

-

NEXT Almodóvar del Campo dédie un monument en bronze à Saint Juan d’Ávila ~ Montilla Digital