Qui est Alain Sarde, producteur accusé d’abus sexuels ?

-

Le festival de Cannes, le plus important du genre au niveau mondial, a débuté ce mardi 14 mai par une polémique. Et il ne s’agit pas d’un film ou de quelque chose qui fait référence au grand écran.

Il s’agit plutôt du grand problème qui a hanté l’industrie cinématographique ces dernières années et qui est devenu un sujet de préoccupation pour l’ensemble de la scène : les abus sexuels commis par de hauts dirigeants du circuit, profitant de leur position de pouvoir pour manipuler et exécuter des attitudes inappropriées.

Neuf femmes, pour la plupart anonymes, ont accusé le producteur et acteur Alain Sarde, l’un des plus réputés du cinéma français, de les avoir violées ou agressées sexuellement alors qu’elles étaient mineures ou de jeunes actrices, dans un reportage publié dans le magazine Elle.

Les événements rapportés remontent pour la plupart aux années 80 et 90, mais n’ont pas été rapportés à l’époque. La publication coïncide en quelque sorte avec les rumeurs qui prédisaient une offensive contre la question des abus coïncidant avec le début de l’événement.

Selon le journal espagnol El País, une actrice « de séries télévisées » des années 90 et de la première décennie du XXIe siècle avoue sous le nom fictif d’Elsa comment Sarde, aujourd’hui âgée de 72 ans, l’a violée alors qu’elle avait 15 ans, en 1985, sous prétexte d’un rendez-vous professionnel pour un rôle dans son appartement privé à Paris. Le producteur lui fait visiter sa maison jusqu’à ce qu’il atteigne la chambre, ouverte sur le salon. « J’ai tout de suite eu envie de partir… Mais soudain, il m’a poussé sur le lit et m’a sauté dessus. Je me souviens très bien de ses lèvres, de sa bouche dégoûtante. Il était laid, malgré ses mains bien entretenues. C’était brutal ! Je ressens toujours la pression de son corps sur le mien. «Il m’a maintenue au sol et m’a violée», raconte Elsa dans le récit du magazine.

REUTERS/Benoit Tessier (FRANCE – Tags: DIVERTISSEMENT)

D’autres femmes signalent des viols et même des tentatives de proxénétisme. L’actrice Annelise Hesme l’en accuse également. En 1997, à l’âge de 20 ans, au tout début de sa carrière, elle rencontre Alain Sarde dans les bureaux de sa société de production. Le producteur, alors âgé de 45 ans, ne lui propose pas de rôle, mais plutôt « un travail d’escorte ».

« J’organise des dîners avec des acteurs, des réalisateurs, des distributeurs […]. Et ils aiment avoir à leur table de jolies femmes pleines d’esprit, comme vous. Bien sûr, c’est payant, et s’il y en a un dans le lot qui vous plaît, vous êtes libre de gagner plus d’argent la nuit…”, lui dit-il à l’oreille du producteur. Hesme est apparu dans des films tels que Alexandre le Grand, Une tromperie de luxe soit Vacances sans maman.

Le producteur Alain Sarde participe au dîner du 4ème « Prix Daniel Toscan du Plantier » qui s’est tenu à l’Hôtel George V à Paris, France, le 21 février 2011. Photo de Nicolas Genin/ABACAPRESS.COM

Toutes les actrices consultées dans le reportage décrivent le même mode opératoire de la part de Sarde, une sorte de « Harvey Weinstein français » : invitations chez le producteur, tentatives de séduction, cadeaux et agressions. Fellations forcées, agressions sexuelles et viols s’enchaînent dans les témoignages. Beaucoup ajoutent par ailleurs que lorsqu’ils ont voulu limiter les attaques, leur carrière a été écourtée ou ils ont été immédiatement écartés des projets déjà en cours.

Dans le même magazine Elle, l’avocate du producteur, Jacqueline Laffont, nie ce qu’elle qualifie de « fausses accusations » qui lui sont imputées. « des comportements que vous désapprouvez et qui vous sont totalement étrangers. (Alain Sarde) les réfute avec la plus grande fermeté et affirme qu’il n’a jamais eu recours à la moindre violence ni contrainte dans ses relations avec des femmes dont le consentement lui a toujours été indispensable.

Sarde avait déjà été accusé de « viol » en juillet 1997 dans une affaire de proxénétisme de luxe impliquant des personnalités politiques, artistiques et sportives en France et à l’étranger.

En ce qui concerne sa carrière, Sarde a participé en tant que producteur à plus de 200 films, une carrière qui a débuté en 2019. Il a quitté l’industrie en 2014. Il a produit certains des meilleurs films du cinéma d’auteur international, dont Jean-Claude Kuc Godard, Roman Polanski, André Techiné, Bertrand Tavernier, Jacques Doillon, Nicole Garcia, François Ozon, Daniel Auteuil et David Lynch, qu’il a produit Mulholland Drive.

Il a également participé au film Le Pianiste de Polanski, qui a été nominé pour l’Oscar du meilleur film et a remporté le prix BAFTA du meilleur film.

-

PREV Sergio Cabrera, réalisateur colombien, parle de son passé révolutionnaire
NEXT Découvrez dans quelle condition Jessi Uribe va chanter avec Paola Jara à Londres – Publimetro Colombie