Le Hobbiton de Buenos Aires : un homme a rénové sa maison dans la zone sud comme la région du « Seigneur des Anneaux »

Le Hobbiton de Buenos Aires : un homme a rénové sa maison dans la zone sud comme la région du « Seigneur des Anneaux »
Le Hobbiton de Buenos Aires : un homme a rénové sa maison dans la zone sud comme la région du « Seigneur des Anneaux »
-

la porte verte emblématique où vivent les protagonistes, Bilbo et Frodon Bolson (Ig: leanarte.ok)

Dans droguéun quartier au sud de Ville de Buenos Airesune maison transformée à partir de l’inspiration de la trilogie emblématique de “Le Seigneur des Anneaux” et « Le Hobbit » de JRR Tolkien captive l’attention des habitants et des visiteurs depuis 2020. L’auteur de cette œuvre d’art moderne est Léandro Pétrola 46 ans, qui a transformé son amour pour cette saga en un projet unique et consacre son temps à recréer l’atmosphère magique de Hobbiton dans sa propre localité, offrant aux visiteurs et voisins une immersion complète dans la vie d’un hobbit.

La signalétique de la région : Green Dragon, le bar local et Hobitton (Ig : leanarte.ok)

Cela a commencé comme un projet personnel pendant la pandémie, pour offrir quelque chose d’unique à sa mère, qui est également fan de la saga et Leandro voulait qu’elle voie chaque matin quelque chose de différent à travers sa fenêtre. Ce désir personnel s’est traduit par la transformation d’un mur banal en un affichage de art et nature inspiré par le Des histoires fantastiques que lui et sa mère admirent. Le créateur de cette merveille est professeur d’arts plastiques et a réussi à fusionner des paysages de haute qualité avec le jardinage et la menuiserie, donnant vie à un espace débordant de créativité et de technique.

Le niveau de détail de son œuvre est un point remarquable car la première création était l’emblématique porte verte dans laquelle vivent les protagonistes et le porteur de l’anneau : Bilbon et Frodon Baggins. Qui a même un marque qui brille dans le noir, typique des films.

Sa deuxième création : la porte bleue, pleine de détails (Ig : leanarte.ok)

Avec les restes de matériaux, il a fait son deuxième La porte est celle de la famille de Bilbo, qui présente un joli détail : un hobbit apparaît à travers le judas de la porte, attendant que Bilbo parte pour lui laisser son héritage et reprendre la maison, comme dans le livre. .

Un hobbit attendant le départ de Bilbo pour qu’il puisse lui laisser son héritage et prendre la maison (Ig : leanarte.ok)

Les passants et les voisins n’ont pas tardé à remarquer l’impressionnante transformation du quartier de la banlieue de Buenos Aires. Au départ confus, beaucoup se sont demandé si l’objectif était d’ouvrir un café ou un type d’établissement commercial en raison du niveau de détail et de la qualité du travail. “Ils m’ont laissé des offrandes chez le portier, des paquets de sucre, des choses étranges.”a déclaré Leandro, soulignant la manière particulière dont la communauté a commencé à interagir avec l’espace.

Son fanatisme pour la saga l’a également aidé à faire face aux situations quotidiennes. « Parfois, je sors et quand j’ai une journée ennuyeuse, j’imagine “oups, un elfe passe par là”. Cela vous aide à faire face aux atrocités quotidiennes auxquelles vous êtes témoin. Voyons avec quoi je romps maintenant. Je suis un hobbit qui va travailler et quand j’arrive je bois mon compagnon, qu’est-ce que j’en sais ?», dit Léandro.

Les premières esquisses de la région d’Adroguense (Ig : leanarte.ok)

Sans aucune formation préalable en menuiserie, recours à des tutoriels Youtube et les conseils de ses parents ont été fondamentaux dans le développement des nouvelles compétences de Leandro. De même, la contribution de sa mère à la confection de rideaux et d’autres détails décoratifs souligne le caractère familial et collaboratif de l’entreprise.

La technique et les matériaux utilisés dans cette création résident dans la capacité de résister aux éléments – pluie et chaleur extrême – peinture usagée asphalte, mastic époxy et, notamment, peinture à l’huile pour capturer la richesse des couleurs qui caractérise la trilogie cinématographique. Ce travail minutieux a même abouti à un croisement avec “Game of Thrones”, plus précisément un corbeau avec un troisième œil. Celui qu’aucun fan n’a encore prévenu.

“Je me suis beaucoup intéressé au thème du décor, mais une chose est un décor jetable et une autre chose est un décor qui dure”, a expliqué l’artiste.

Même le jardinage est devenu une composante essentielle du projet. Étant donné que les bananiers préexistants empêchaient la croissance d’autres plantes, il a choisi des plantes succulentes et des vignes à intégrer dans le design, créant ainsi un écosystème qui complète l’esthétique du hobbit. Cet aspect botanique ajoute non seulement de la beauté et de la verdure à l’espace, mais contribue également à l’authenticité et aux détails qui caractérisent l’œuvre dans son ensemble.

En revanche, Leandro attend ses visiteurs »promotions» avec l’emblématique Lembas, le pain du chemin des elfes. Ce qui montre leur niveau d’engagement dans l’immersion de la vie du Hobbit, créant ainsi une expérience immersive complète.

Je suppose qu’un peu de ça vous durerait une journée entière. Mais les hobbits mangent comme quatre de ces gourmands qui sont», dit-il à propos de la recette.

Lembas, le pain du chemin des elfes (Ig : leanarte.ok)

Avant de démarrer le projet La région, Le professeur fabriquait déjà des tuyaux fonctionnels et avait même réalisé des sculptures de Gandalfpersonnage légendaire de la saga « Le Seigneur des Anneaux ».

Son rêve, comme tout fan de la saga Tolkien, est d’aller en Nouvelle-Zélande, où se trouve le plateau d’enregistrement du Seigneur des Anneaux.. Malheureusement, chaque fois qu’il essayait de sauvegarder quelque chose, celui-ci se cassait et il devait dépenser tout ce qu’il avait. Cela faisait également partie de l’incitation à créer leur propre région.

Un autre regard sur Hobbiton avec le corbeau étranger à trois yeux (Ig:leanarte.ok)

Il lui vint aussi à l’esprit de fermer son barbecue et « apporter la touche finale à l’entrepreneuriat » : qu’il ne s’agit pas seulement d’une production de décors, mais qu’il peut être fonctionnel. Il peut s’agir d’une chambre à louer ou pour faire l’expérience de prendre une tasse de thé dans le Hobbit creux… Mais pour cela, il nous faut encore retoucher les détails car il faut, entre autres choses très chères, des meubles de style campagnard anglais.

Il a commencé son voyage dans le monde de Tolkien en 2001, influencé par son environnement proche et particulièrement attiré par les illustrations de livres, cet homme, artiste par nature, a trouvé un lien profond avec la narration à travers les films et les livres. Sa fascination s’est manifestée pour la première fois lorsqu’il a vu les adaptations cinématographiques en salles après leur sortie, puis a continué à alimenter son intérêt à travers des visionnages répétés au format VHS.

Cette pratique est devenue une constante dans sa vie, ayant le films de fond tandis qu’il se consacrait à ses études ou à son travail artistique, ce qui lui permettait d’absorber en profondeur les dialogues et l’essence de l’œuvre.

Signalisation de la région avec annonces faites dans la ville (Ig : leanarte.ok)

Le lien de l’artiste avec l’œuvre a été encore renforcé par le en lisant et, dans plusieurs cas, relire les livres, y compris les éditions spéciales qui coïncidaient avec son année de naissance et qu’il appréciait non seulement pour leur contenu, mais aussi pour leur signification artistique et esthétique. Sont éditions spécialesdont beaucoup avec la couverture originale conçue par Tolkien, occupaient une place importante dans sa collection, les considérant comme de véritables œuvres d’art.

Son dévouement ne se limite pas à une simple observation passive, il s’immerge pleinement dans les différences entre les livres et leurs adaptations cinématographiques, développant une appréciation critique mais égale des deux formes. Cette approche lui a permis d’apprécier les œuvres dans leur intégralité, en acceptant les adaptations avec un esprit ouvert et en valorisant la manière dont chacune ajoutait à sa compréhension et à son expérience du vaste univers créé par Tolkien.

Publicités de la région peintes à l’huile (Ig: leanarte.ok)

A travers cette immersion profonde dans l’œuvre de Tolkien, de la contemplation artistique à l’analyse détaillée du récit et de son adaptation, l’artiste a noué une relation intime et multiforme avec le monde de la fiction. Terre du Milieuenrichissant à la fois sa vie personnelle et son art qui se reflète dans la ville prendre de la hauteur et cela enrichit chaque jour de détails. Vous devez encore ajouter des éléments à votre Hobitton et sans aucun doute, ses voisins et ses fans attendent avec impatience quel sera son prochain projet.

-

NEXT Le film gagnant du BAFICI 2024 est présenté en avant-première à Buenos Aires