Une compétition de films entre rennes et forêts, dans le cercle polaire arctique | Culture

Une compétition de films entre rennes et forêts, dans le cercle polaire arctique | Culture
Une compétition de films entre rennes et forêts, dans le cercle polaire arctique | Culture
-

Le paysage change comme dans un road movie dans les mille kilomètres qu’il faut parcourir du sud au nord de la Finlande pour atteindre l’un des événements culturels les plus singuliers de l’été en Europe du Nord. Le Midnight Sun Film Festival, à Sodankylä, se distingue par la présence de grands réalisateurs internationaux et la sélection rigoureuse de films, entre classiques et premières contemporaines. Mais aussi, ou surtout, en raison de sa situation géographique : une ville de 8 000 habitants et quelques rennes, où il ne fait jamais nuit ces jours-ci.

En arrivant à Sodankylä, la magie de ces terres inhabitées submerge l’esprit. Les forêts denses de Finlande deviennent plus basses et les tourbières plus sauvages. Le cercle polaire arctique est franchi et le chemin se dirige vers la silhouette bleue des montagnes de Laponie. Le ciel semble proche et le soleil accompagne les voyageurs de jour comme de nuit. Les rennes paissent sur les bords de la route et la traversent à volonté, obligeant les voitures à s’arrêter. Nous sommes arrivés aux terres du soleil de minuit, car on connaît le phénomène atmosphérique qui inonde la zone de lumière pendant quelques jours. Et au festival du film conçu il y a 39 ans par la municipalité de Sodankylä et les frères les plus célèbres du cinéma finlandais, Aki et Mika Kaurismäki.

La présence d’invités de renom accroît le prestige de l’événement, dont la dernière édition vient de se terminer. Cette année, le Français Léos Carax était là, avec des films comme Moteurs sacrés soit Annette, le Mexicain Alfonso Cuarón, parti en Laponie Rome soit Et ta mère aussi, la turco-allemande Asli Özgen ou l’italienne Alice Rohrwacher, entre autres. « Les images m’inspirent. Le premier film que j’ai vu quand j’étais enfant était voleur de vélo par Vittorio de Sica. J’adore. Aujourd’hui, par exemple, je suis fasciné par le cinéma d’Alice Rohrwacher. Quelle joie de discuter ici avec des collègues comme elle. C’est aussi un festival pour les réalisateurs », déclare Cuarón à Sodankylä.

Deux personnes nagent près de la ville de Sodankylä, pendant le Midnight Sun Film Festival, sur une image fournie par le festival.LIISA HUIMA

Lors de cet événement, les cinéastes discutent également avec le public, sans tapis rouge ni salon VIP. Il n’y a pas de place pour le luxe et le glamour dans les files d’attente pour la vente des billets. Il y a les professionnels du cinéma, mais aussi les amateurs et les résidents locaux, que l’œil averti reconnaît en train d’attendre avec les chiens traditionnels de la campagne finlandaise à leurs côtés. On ne les voit jamais dans les villes.

Le festival a fait tomber les murs entre les élites et le peuple. L’atmosphère à Sodankylä évoque le slogan usé connecter les gens, créé par une autre invention d’origine finlandaise, la société Nokia. La communauté rurale qui vit de la mine de cuivre et de nickel de Kevitsa a vu défiler de grandes stars dans ses rues. Carlos Saura, Mario Monicelli, Claire Denis, Milos Forman et Francis Ford Coppola, entre autres, pendant près de quatre décennies. Michael Walin, cinéphile finlandais d’Helsinki, partage : « Je me souviens de Saura assise dans le café du coin. Beaucoup ici ne savaient même pas que c’était lui. “Il était modeste et gentil.”

Parmi tant de visiteurs pertinents, personne n’attend le gouvernement finlandais. Plutôt tout le contraire. Le directeur artistique du festival, Timo Malmi, résume les sentiments de nombreux artistes locaux à l’égard du pouvoir exécutif conservateur du pays : « L’immense popularité du festival contraste avec l’indifférence du gouvernement à l’égard de la culture. » Il fait référence à des réductions de plus de quatre millions d’euros pour les arts dans le budget actuel de l’État. Et rappelez-vous les paroles de la ministre de l’Économie, Riikka Purra, leader du parti d’extrême droite Authentique Finlandais, qui, lors des élections législatives de 2023, avait déclaré : « La culture est un service de luxe ». L’indignation des artistes était retentissante. Ils ne regrettent probablement pas que leur parti ait été l’un des grands perdants en Finlande lors des récentes élections au Parlement européen.

Un participant au Midnight Sun Film Festival nourrit un renne, dans la ville de Sodankylä, sur une image fournie par le festival.Loi Jacky

Les cinéastes russes n’y participent plus non plus. De Sodankylä à la frontière avec la Russie, il n’y a qu’environ 200 kilomètres. L’attaque militaire contre l’Ukraine par les forces armées de Vladimir Poutine a porté un coup mortel à la collaboration entre les réalisateurs russes et finlandais. Avant la guerre, les gens allaient et venaient et traversaient la frontière sans problème. Entre les artistes des deux pays, il y avait du respect, de l’affection et des programmes officiels constants pour travailler ensemble, financés par les États et par l’UE. Tout cela a été fermé, tout comme la frontière, la plus longue des pays de l’UE avec la Russie, qui est désormais hautement surveillée.

Le concours accueille cependant de nombreux créateurs locaux. L’invitée finlandaise la plus attendue était peut-être la réalisatrice Katja Gauriloff. À Sodankylä, son nouveau film primé a été projeté en noir et blanc et en langue kolttsami, Je’vie. C’est l’histoire d’une jeune fille, Je’vida, dont l’identité originaire du village de Kolttsámi, une minorité ethnique de Laponie, a été détruite par le système éducatif finlandais dans les années 1950. À cette époque, les petits enfants sâmes n’étaient pas autorisés à s’exprimer dans leur langue maternelle à l’école, même s’ils ne savaient pas parler le finnois. Les autorités ont même changé leurs noms d’origine. « L’histoire est inspirée de l’enfance et des lettres de ma mère. Il était difficile de trouver une fille capable de jouer ce rôle : nous en avons très peu qui parlent notre langue », explique Gauriloff, qui est également Kolttsámi. «Mais je ne pense pas qu’il soit en train de disparaître. La tension entre les Kolttsami et l’État finlandais existe toujours, mais nous disposons désormais de services éducatifs dans notre langue pour nos enfants », ajoute-t-il.

Une projection lors de la dernière édition, en juin, du Midnight Sun Film Festival, à Sodankylä, dans une image fournie par le festival.JUHO LIUKKONEN

Des projections, telles que Je’vida, Ils se déroulent dans l’ancien cinéma de la ville, sous des tentes en plein air et à l’école. Il existe également une offre pour les enfants. Il est possible de regarder des films pendant 24 heures. Après des mois d’obscurité totale en hiver, la Laponie connaît la célébration de San Juan, la plus grande fête d’été de l’hémisphère. Il est facile d’oublier l’heure. Il n’y a pas de nuit. Le Soleil fait semblant de se coucher et descend un peu pour ensuite se relever dans un éternel ping-pong avec la terre.

Dans une séquence de Les sans valeurun Volga Le bordeaux rugit férocement alors qu’il fonce dans les rues et les chemins de terre de la Finlande des années 1980. Dans le film réalisé en 1982 par les frères Kaurismäki, un pays apparaît à la veille de la récession des années 90, beau, dur et quelque peu cruel. Au début du film, l’hymne finlandais, de Jean Sibelius, est entendu à travers un groupe de rock dur. Le tout accompagné de prises de vues aériennes d’un pays qui n’existe plus. La Finlande s’est modernisée, intégrée à l’UE et à l’OTAN. Des soldats américains arrivent en Laponie. Ils ont apporté des armes et ont dévasté la muffins dans les cafés.

Ces jours-ci, à Sodankylä, Mika Kaurismäki est monté sur la scène du Big Tent avec le protagoniste de Les sans valeur, Pirkko Hamäläinen. Et il a révélé comment lui est venue l’idée de son célèbre film : « En 1982, à l’âge de 27 ans, je suis arrivé à Helsinki dans un avion en provenance de Munich, où j’ai étudié le cinéma. La Finlande de Sibelius jouait à plein volume dans la cabine. J’avais l’impression que nous devions tout changer. Ils l’ont fait. Ils ont ouvert les portes. Ils ont rompu avec la tradition. Ils ont rendu la Finlande et son cinéma internationaux. Jusqu’alors, dans les théâtres, il y avait des histoires sur les traumatismes de la Seconde Guerre mondiale et des mélodrames sur les bûcherons qui, à travers les rivières de Finlande, amenaient les bûches de l’or vert local, le bois, vers les centres industriels du sud. Aujourd’hui, le festival promu par le Kaurismäki résume un nouveau mélange : les rennes, les marais et les forêts sont toujours là. Mais à Sodankylä il y a déjà un autre voisin régulier : le cinéma international.

Toute la culture qui vous accompagne vous attend ici.

S’abonner

Babelia

L’actualité littéraire analysée par les meilleurs critiques dans notre newsletter hebdomadaire

LE RECEVOIR

-

NEXT Salvador del Solar et Ana María Orozco : leurs mariages ratés et un nouveau départ après la confirmation de leur relation