Breaking news
GPS AM du lundi 22 juillet 2024 -

Traitor, une œuvre puissante sur le complot le plus sombre et le plus violent de la Conquête de l’Amérique

Traitor, une œuvre puissante sur le complot le plus sombre et le plus violent de la Conquête de l’Amérique
Traitor, une œuvre puissante sur le complot le plus sombre et le plus violent de la Conquête de l’Amérique
-

Les massacres, les meurtres, les amputations, les viols, parmi des milliers d’autres crimes commis avec une véritable méchanceté, semblent provenir d’un esprit perturbé. Cependant, c’était la vie quotidienne dans les batailles et les usurpations qui ont eu lieu pendant la conquête brutale de l’Amérique. Une période de notre histoire qui a tendance à être mythifiée, ignorant ses passages les plus sombres. Une grande partie de cela est racontée dans Traitrel’œuvre de l’acteur, dramaturge et metteur en scène Daniel Panaro.

Parmi les histoires des Espagnols arrivés sur ces terres vierges, entre le XVe et le XVIe siècle, celle du Basque Lope de Aguirre est peut-être la plus révélatrice des recoins sombres de l’âme humaine. Ses aventures se déroulent dans ce terrain marécageux où se mélangent mythes et faits historiques. Le personnage a tellement séduit le cinéaste Werner Herzog qu’il l’a immortalisé dans son film Aguirre, la colère de Dieu de 1972, filmé dans la jungle amazonienne péruvienne avec la performance emblématique de Klaus Kinski.

Surnommé le Pinto Fou, le Tyran ou le Pèlerin, à l’âge de 21 ans, et suite aux nouvelles du soi-disant Nouveau Monde, il embarqua depuis Séville pour une expédition qui atteignit le Pérou en 1536 et devint rapidement populaire pour sa cruauté et sa violence.

Des années plus tard, après une série d’outrages commis contre ses propres semblables, il part à la recherche de la ville mythique d’El Dorado, accompagné de soldats, d’esclaves et d’Elvira, sa seule fille métisse que, dans un accès de folie, il poignardé à mort. “Parce que quelqu’un que j’aime tant ne devrait pas coucher avec des gens méchants”, a-t-il justifié.

Dans « Traître », Daniel Panaro occupe les rôles d’acteur, de dramaturge et de metteur en scène. Photo : gracieuseté de José Muzlera

Son avidité de pouvoir était si grande qu’il signa une déclaration de guerre à l’Empire espagnol, se proclama prince et Il communiqua ses projets au roi Philippe II par une lettre signée El Traidor..

Une œuvre captivante

Une telle histoire, résumée ici au maximum, est le déclencheur qui a permis à l’acteur, dramaturge et metteur en scène Daniel Panaro, lauréat mérité pour ce texte du premier prix d’écriture dramatique du Fonds national des arts, aujourd’hui injustement battu, de créer une œuvre captivante.

Dans un format individuel, La dernière nuit d’Aguirre est racontée, où il décide de laisser le témoignage de ses actes et de ses transgressions, devant un ecclésiastique qui méprise et agit comme un scribe, incarné sous une forme allégorique. Capturé et raconté en espagnol qui inclut des mots anciens, bien que parfaitement compréhensibles, le contenu imite la langue utilisée dans les chroniques de l’époque.

Mais le décor est loin du naturalisme ; Au contraire, quelques éléments accentuent la solitude existentielle du protagoniste. De plus, l’intrigue expose non seulement sa férocité et son insouciance, mais aussi des aspects d’héroïsme, de sacrifice et même de grandeur. “Vous êtes machiste quand vous faites ce que vous devriez, pas ce que vous pouvez“, dit.

“Traidor”, de Daniel Panaro, est visible le dimanche à 19h30 dans la salle La Gloria. Photo : gracieuseté de José Muzlera

Panaro, en tant qu’interprète, fournit viscéralement un masque très convaincant, avec une ductilité physique remarquable et un déploiement expressif de nuances infinies. Il transmet même sa colère et ses sarcasmes lorsqu’il se tait.buvez dans une carafe ou laissez l’eau couler sur votre visage.

Sans aucun doute, le spectacle parvient à capter l’attention grâce à sa puissance théâtrale et figure parmi les meilleures propositions de théâtre alternatif.

Déposer

Dramaturgie, mise en scène et interprétation: Daniel Panaro. Foudre: Alberto Madin. musique originale: Babu Cerviño. Salle: La Gloria, Yatay 890. Caractéristiques: dimanche à 19h30

-

NEXT Salvador del Solar et Ana María Orozco : leurs mariages ratés et un nouveau départ après la confirmation de leur relation