Le gouvernement de Joe Biden a approuvé de nouvelles réglementations pour moderniser le réseau électrique américain

Le gouvernement de Joe Biden a approuvé de nouvelles réglementations pour moderniser le réseau électrique américain
Le gouvernement de Joe Biden a approuvé de nouvelles réglementations pour moderniser le réseau électrique américain
-

La FERC fait un pas en avant dans la modernisation du réseau électrique américain (Europa Press)

La Commission fédérale de réglementation de l’énergie des États-Unis (FERC) a franchi une étape historique ce lundi en approuvant un ensemble de nouvelles réglementations destinées à moderniser et étendre le réseau électrique du pays, ce qui pourrait donner un coup de pouce significatif à la énergie éolienne et solaire.

La décision, qui pourrait faciliter la construction de milliers de kilomètres de nouvelles lignes à haute tension, cherche à répondre aux inquiétudes croissantes concernant la capacité actuelle du réseau à répondre à la future demande d’électricité et son adaptation aux sources d’énergie renouvelables, a confirmé l’agence. Reuters.

Les changements mis en œuvre représentent le Modifications majeures dans la planification et le financement des réseaux électriques américains en plus d’une décennie, ce qui témoigne d’un effort de la part du FERC pour “planifier notre réseau électrique national à long terme“, dans les paroles de Willie Phillipsprésident de la commission, cité par Le New York Times.

La nouvelle réglementation favorisera le développement de l’énergie éolienne et solaire (REUTERS/Paul Hanna)

Cette nouvelle approche demande aux opérateurs de réseaux d’identifier les besoins 20 ans à l’avanceintégrant des facteurs tels que l’évolution du mix énergétique, le nombre croissant d’États qui exigent énergie éolienne et solaireet les risques associés aux conditions météorologiques extrêmes.

Selon le Foisles lignes directrices appellent les planificateurs de réseaux à évaluer les avantages potentiels des nouvelles lignes de transport, telles que réduire les coûts d’électricité ou réduire les risques de coupures de courant, et développer des méthodes pour répartir les coûts de ces lignes entre les consommateurs et les entreprises.

Ces efforts visant à moderniser le réseau électrique arrivent à un moment critique, alors que « notre réseau électrique vieillissant est mis à l’épreuve d’une manière jamais vue auparavant », selon Phillips. Le vote en faveur de la règle s’est terminé par 2 contre 1, avec l’opposition du seul commissaire républicain, Mark Christie, qui a soutenu que la règle permettrait aux États ayant des ambitions en matière d’énergies renouvelables de répercuter injustement les coûts des améliorations nécessaires sur leurs voisins.

Des milliers de kilomètres de nouvelles lignes à haute tension sont attendus après l’approbation de la FERC (REUTERS/Lisi Niesner)

Cette décision vise également à répondre à la demande croissante dans le pays en matière de projets de construction. énergie éolienne, solaire et batteriequi représentent plus de 11 000 propositions, dont beaucoup sont bloquées en raison de la capacité insuffisante du réseau actuel pour les accueillir.

Dans un contexte où les promoteurs individuels sont actuellement tenus de payer pour les améliorations du réseau nécessaires à leurs projets, cette nouvelle règle suggère une approche plus collective et planifiée, répartissant les coûts entre un ensemble plus large de fournisseurs et d’utilisateurs d’énergie.

Contexte tel que approbation par le Opérateur de système indépendant du Midwest (MISO) de 10,3 milliards de dollars de nouvelles lignes électriques montrent qu’il est possible générer jusqu’à 69 milliards de dollars de bénéfices totaux de tels investissements, bénéficiant même aux États sans politiques spécifiques en matière d’énergies renouvelables, mais qui partageraient les bénéfices.

La décision de la FERC peut changer l’avenir de la demande d’électricité et l’adaptation aux énergies renouvelables (EFE/Alejandro Bolívar)

Toutefois, la mise en œuvre effective de cette règle dépend de la manière dont les opérateurs de réseau la mettent en œuvre, et certains sceptiques subsistent quant à son impact dans les régions où les grands services publics pourraient résister au développement de nouvelles lignes de transport.

De plus, bien que la réglementation couvre la planification du réseau dans 12 grandes régions du pays, elle n’inclut pas la planification du transport pour relier ces différentes régions les unes aux autres, ce qui, selon certains experts, représente un besoin encore plus grand.

Dans une mesure connexe mais distincte, le FERC a également décrit certaines situations dans lesquelles il pourrait passer outre les objections de l’État à un sous-ensemble de nouvelles lignes électriques, dans le but de rationaliser le processus d’autorisation fédéral pour certaines grandes lignes de transmission.

Malgré ces efforts, l’achèvement de nouvelles lignes de transport longue distance continue de se heurter à d’importants défis logistiques et politiques, notamment le temps nécessaire pour localiser un projet dans de nombreuses juridictions et obtenir les permis d’une mosaïque d’agences fédérales et étatiques différentes.

-

PREV Peur d’être surveillé ? Apple et Google intègrent une fonction qui alerte d’un éventuel suivi
NEXT A combien s’échangent les principales cryptomonnaies ce lundi 13 mai