Le pick-up japonais le moins réussi renaît avec ce design intéressant et marquant

-

Pour alimenter le créneau des pick-up de plus en plus encombré, un éventuel modèle qui n’a pas réussi dans le passé prend vie avec le croquis de ce spécialiste du design.

Avec l’assaut du pick-up ce qui se produit sur la plupart des marchés de cette partie du continent, personne ne veut être en reste et les constructeurs qui ont déjà un ou plusieurs modèles disponibles cherchent à rejoindre un nouveau segment ou à inventer une niche où ce concept est valable et, logiquement, vendable.

Et le fait est qu’un pick-up est aujourd’hui un produit extrêmement polyvalent qui peut être utilisé comme outil de travail ou comme loisir pour la famille, avec un grand espace, un équipement de luxe pour la grande majorité, une sécurité identique à une berline allemande et des puissances qui décevoir. pour n’importe quelle voiture de sport.

On sait que le marché nord-américain est leader en matière de camionnettes, avec le Toyota Hilux/Tacoma (médiane) et Ford F-150 (pleine taille) les deux avec les inscriptions les plus élevées dans leurs segments respectifs. Refuser un nouveau modèle pleinement compétitif est inacceptable, même les marques qui n’ont jamais fabriqué de camionnette s’orientent désormais vers cet objectif.

mitsubishi est une marque japonaise renommée, réputée pour offrir robustesse et durabilité dans ses modèles, dont certains sont historiques comme le coupé Eclipse ou la berline Lanceret d’autres véhicules qui sont passés sans douleur ni gloire comme le Cavalierun pick-up dont un peu plus de 20 000 unités ont été fabriquées.

mitusbishi-rider-nouveau-pick-up

magazine numérique tmmagazine numérique tm

Avec un design très particulier sur l’avant, très proche du style Mitsubishi, le pick-up de taille moyenne a connu un démarrage difficile, à tel point que la troisième année, les ventes ont chuté brutalement et ont décidé de réduire la production, et puis seulement quatre ans après sa présentation, il lui a donné une fin définitive.

Suite aux rumeurs sur le retour de la marque aux trois diamants sur le marché nord-américain des camionnettes, un artiste virtuel connu sous le nom de jlord8 sur les réseaux sociaux, il a pris l’initiative et a imaginé à quoi ressemblerait le Mitsubishi Raider renaissant.

Ce qui est curieux, c’est que Mitsubishi n’aurait pas à démarrer le projet à partir de zéro, puisqu’il pourrait soit adapter le nouveau Rider basé sur le Triton (L200) ou prenez la plateforme utilisée par ses marques sœurs Nissan et Renault avec le Frontière et Alaskarespectivement.

mitusbishi-rider-nouveau-pick-upmitusbishi-rider-nouveau-pick-up

Pour les adeptes de la marque, le designer a assorti la ligne de cet éventuel pick-up avec la nouvelle série SUV Étranger. Puisque la première génération a été développée sur la base de esquiver le dakotaautant se lier d’amitié avec Stellantis (ce SUV est vendu sous les marques Peugeot et Citroën) et utiliser le RAMRampage.

Mitsibishi Rider, le pick-up raté qui va chercher à se venger

Le Mitsubishi Raider est un pick-up qui a fait ses débuts en 2005 comme modèle 2006 pour le marché américain et était en grande partie basé sur la Dodge Dakota de l’époque. Le nom est recyclé à partir du SUV Dodge Raider vendu de 1987 à 1990, qui était un Mitsubishi Montero rebadgé.

Le Raider a comblé le vide dans la gamme Mitsubishi depuis l’arrêt de la production Puissant Max en 1996. Même si les Japonais construisaient encore leur propre Triton (L200) à l’époque, celui-ci aurait été soumis à la « taxe sur le poulet », alors qu’une camionnette de fabrication américaine ne l’était pas.

mitusbishi-rider-nouveau-pick-upmitusbishi-rider-nouveau-pick-up

Chrysler a construit le Raider avec le Dakota dans son usine d’assemblage de Warren, dans le Michigan, mais ils ont été expédiés à Normal, dans l’Illinois, pour l’installation de certaines pièces spécifiques à Mitsubishi et pour la distribution. Avec des carrosseries et des tractions différentes, elle a su s’offrir avec un moteur PowerTech V8 4,7 litres et 230 chevaux, plus un V6 de 3,7 litres plus domestique.

Les premières ventes furent décevantes : seulement un dixième de celles de sa cousine-soeur Dakota. 9 861 Raider ont été construits rien qu’en 2005, puis la production a diminué parce que les concessionnaires avaient des stocks d’au moins six mois.

-

PREV José Ramón Vizmanos (BBVA), un banquier au monde qui veut surfer sur la vague numérique et verte | Entreprises
NEXT Produits de nettoyage de voiture chez Dollarcity qui sont bon marché