très compact et réalise des sutures microscopiques

très compact et réalise des sutures microscopiques
très compact et réalise des sutures microscopiques
-

Savoir coudre un nerf de moins d’un millimètre est une compétence que seuls quelques êtres humains dans le monde possèdent, acquise après des années d’étude et de pratique. La robotique a trouvé une opportunité dans les chirurgies les plus complexes pour aider ces médecins spécialistes à améliorer leur travail. En Espagne, par exemple, ils proposent depuis des années des techniques innovantes, comme le système Da Vinci, présent depuis plus de 15 ans dans certains blocs opératoires de ce pays, qui aurait eu un concurrent plus moderne.

Il existe de nombreuses techniques extrêmement sensibles dans lesquelles la technologie est appliquée pour simplifier des opérations auparavant rares. De l’implantation de puces dans le cerveau comme le propose Neuralink, la société d’Elon Musk, bien qu’avec de vagues progrès jusqu’à présent ; jusqu’à Le nouveau robot de Sony qui plonge dans les dimensions microscopiques.

La société de télévision et de caméras a présenté ce qui serait le premier robot chirurgical télécommandé capable d’échanger ses instruments de manière autonome et rapide et opèrent en microchirurgie. Le prototype a été dévoilé lors de la Conférence internationale sur la robotique et l’automatisation de l’Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens (IEEE), qui s’est tenue le 13 mai dans la ville de Yokohama.

Précision millimétrique

Les outils de ce robot sont manipulés dans un domaine extrêmement délicat, celui de la supermicrochirurgie. Lors de ces opérations, de très petits vaisseaux sanguins et nerfs, d’un diamètre inférieur à un millimètre, peuvent être traités. La précision est essentielle dans cette techniquece qui rend nécessaire l’utilisation de microscopes pour voir clairement la zone opérée.

Avec ces qualités, quelle que soit la compétence des chirurgiens, la robotique d’assistance a trouvé un terrain idéal sur lequel concentrer ses efforts. Comme ce nouveau robot Sony, équipé de deux bras et d’un système de vision pilotable manuellement.

Robot chirurgien Sony

Sony

Ce n’est pas un robot alimenté par l’IA, mais plutôt une machine qui devient une extension des bras du médecin. “Les opérations à distance qui subissent une latence ou des mouvements de robot différents de ma main donnent une impression négative”, explique le Dr Makoto Mihara. “Cependant, ce robot bouge comme je le souhaite ; le robot fait les mêmes mouvements que mes doigts”, explique ce spécialiste dans la vidéo promotionnelle de Sony.

Le chirurgien observe la zone à opérer à travers des lunettes, comme s’il regardait à travers un microscope, et utilise des commandes semblables à un stylo. Ces extrémités sont conçues, comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessous, pour permettent de piquer les outils avec les doigts et de détecter le niveau de pression. La vidéo de Sony démontre l’habileté de cette machine lorsqu’il s’agit de couper et de coudre la fine peau d’une graine de maïs sur un épi.

Commandes du robot chirurgien

Sony

Omicrono

Le robot a déjà montré de quoi il était capable. En février dernier, l’Université médicale d’Aichi a réussi à créer une anastomose dans des vaisseaux sanguins d’animaux, c’est-à-dire une connexion créée entre des vaisseaux sanguins d’un diamètre d’environ 0,6 mm.

Une partie de la réussite de cette expérience réside dans le fait que les chirurgiens et les professionnels de la santé qui ont réalisé la microchirurgie avec ce robot assisté n’étaient pas des spécialistes des procédures microchirurgicales. Cette technologie permettrait non seulement une plus grande précision dans les hôpitaux où ils disposent déjà d’un chirurgien expert, mais permettrait également d’étendre ces processus à davantage d’endroits et d’aider les spécialistes qui nécessitent des mouvements plus importants ou moins de pouls.

Robot opérant en microchirurgie

Sony

Omicrono

Les progrès peuvent être constatés si vous les comparez à cette vidéo de Da Vinci épluchant un raisin il y a 13 ans. Le robot Sony effectue une opération plus délicate et plus petite, avec une conception beaucoup plus compacte, ce qui facilite l’intégration de robots chirurgicaux par un plus grand nombre de cliniques et d’hôpitaux.

Instruments interchangeables

Parmi les nouveautés introduites par ce prototype figure le changement autonome d’instruments. Lorsque le cinéma entre dans une salle d’opération, il ne peut manquer la scène où le chirurgien demande à une infirmière de lui remettre les ciseaux. Une personne pour assister rapidement lors de ces changements d’instruments, entre autres fonctions. Sony a voulu recréer cette agilité dans son robot.

Certains modèles vus précédemment utilisent des bras différents pour chaque instrument, notamment dans les interventions chirurgicales majeures. Alors que d’autres nécessitent un échange manuel d’outils.

Échange d’instruments de robots chirurgicaux

Sony

Omicrono

D’après ce que montrent les vidéos dans lesquelles Sony révèle le fonctionnement du robot, le changement d’outil chirurgical prendrait environ 8 secondes. Plusieurs instruments sont stockés à proximité du bras du robot afin que chaque bras puisse passer de la pince à épiler aux ciseaux en quelques mouvements et en quelques instants sans intervention humaine.

Troisièmement, Sony montre son expérience dans les appareils d’image et de son, puisque, plus que le développement de robots, Sony est une entreprise spécialisée dans les caméras et les téléviseurs, un autre élément substantiel de cette machine.

Chambres et bras du robot chirurgien

Sony

Omicrono

Comme il s’agit de microchirurgie, comme dans la vidéo, l’image du tissu sur lequel on travaille doit être agrandie. Avec cet objectif, le robot de Sony équipe des microécrans OLED 4K de type 1,3 que l’entreprise elle-même a développés. L’image offre un grossissement compris entre 10x et 20x pour voir clairement les minuscules tissus.

Instrumentation du robot conçu pour la microchirurgie

Sony

Omicrono

Sony ne fait aucune mention de l’utilisation de cette machine à distance. D’autres projets ont présenté des robots capables d’opérer avec des directions venant de plusieurs kilomètres, pas seulement dans un autre pays, mais même depuis l’espace. MIRA est le robot chirurgien qui devrait être envoyé cette année à la Station spatiale internationale (ISS) pour le contrôler lors d’éventuelles opérations chirurgicales depuis la terre ferme.

-

PREV Les clients signalent qu’il existe déjà des caisses automatiques qui leur demandent des pourboires après avoir scanné leurs propres articles.
NEXT Quel était l’accord pour payer les dettes ?