Capgemini, Indra et Inetum remportent le contrat du logiciel Telefónica

-

Les trois entreprises technologiques ont distribué les quatre lots du super contrat Telefónica de España pour renouveler l’exploitation, la maintenance et le développement de toutes ses applications.

Les groupes technologiques Capgemini, Minsait (la division des technologies de l’information de Indra) et Inétum, ont été les grands gagnants du mégacontrat pour les applications de logiciel décerné par Telefónica de España.

Le contrat a étévu dans quatre lots et chacun d’eux a eu un adjudicataire. Le premier lot était destiné au applications pour gérer le marché résidentiel. La seconde, pour le infrastructure technologique de base permettant de prendre en charge les trois autres lots. Le troisième correspond au systèmes pour le service aux Entreprises et aux Opérateurs et le quatrième à moyen.

Capgemini, le plus grand

Le contrat le plus important en termes économiques est celui de maintenance et développement d’applications qui prennent en charge l’ensemble des activités résidentielles de Telefónica, qui dessert environ 20 millions de clients de téléphonie mobile et près de 6 millions d’utilisateurs du haut débit fixe. Ce contrat a été attribué à la filiale espagnole du groupe français de services technologiques Capgemini.

Le deuxième contrat le plus important est celui de logiciel qui prend en charge l’ensemble de l’infrastructure des systèmes d’information de Telefónica Espagne. Ce sont les systèmes et les bases de données sur lesquels le reste des applications peut être installé. Ce contrat a été remporté par le groupe Inétumcontrôlé depuis 2022 par le fonds de capital risque Bain Capital. Inetum a acquis le groupe en 2021 Iecisal’ancienne filiale informatique d’El Corte Inglés.

Le troisième lot était destiné au des applications qui soutiennent l’activité des entreprises et autres opérateurs, c’est-à-dire à la fois le secteur des applications d’entreprise et le secteur de la location de réseaux en gros à d’autres opérateurs. Les applications de ce lot seront développées et maintenues par une coentreprise entre Minsait -la filiale du groupe technologique contrôlée par la holding d’État Sépi-e Inetum.

Enfin, le quatrième lot, celui de Moyencomprend des applications de facturation et de recouvrement des utilisateurs et a été récompensé Minsait, la filiale d’Indra.

Des contrats plus longs

L’un des objectifs de la procédure menée était réduire drastiquement le nombre de fournisseurspassant de plus de quarante entreprises à un nombre beaucoup plus restreint de fournisseurs – il n’y en avait finalement que trois, Capgemini, Minsait et Inetum, même si l’un des blocs a été remporté par une alliance de ces deux derniers groupes – avec la volonté de simplifier et de rationaliser drastiquement la gestion.

Aussi La durée de validité des contrats a été considérablement allongée par rapport au modèle de liaison précédent. Jusqu’à présent, les contrats étaient attribués pour des périodes d’environ quatre ans. Cependant, dans le nouveau processus, la filiale espagnole de Telefónica a opté pour des périodes de validité des engagements considérablement plus longues.jusqu’à 5-7 ans.

De cette façon, Les investissements que doivent déployer les entreprises gagnantes pourront être amortis et rentabilisés à plus long terme. validité des contrats.

Des économies pour Movistar

En concentrant le nombre de fournisseurs et en allongeant les contrats, l’objectif était de faciliter les économies d’échelle et les délais de rentabilité pour les fournisseursdans le but que ces deux facteurs positifs pour le fournisseur se matérialisent par des économies de coûts significatives pour l’opérateur de télécommunications.

Mais l’objectif n’était pas seulement de réduire les coûts, mais aussi changer le modèle opérationnel : le rendre homogène pour tous les processus internes. Il était prévu d’accorder une certaine autonomie au fournisseur pour proposer des transformations permettant des améliorations temps de commercialisationc’est-à-dire le moment de la mise en œuvre effective des nouvelles applications, en atteignant plus d’agilité et en intégrant de nouvelles capacités d’automatisation, y compris l’IA.

Le processus n’avait pas de montant spécifique attribuéet l’hétérogénéité de ses objectifs rendent difficile la quantification d’un montant global, mais des sources du secteur soulignent que compte tenu de l’ampleur des tâches concernées et de la longue durée sur laquelle les contrats seraient prolongéspourrait atteindre une fourchette d’environ 500 millions d’euros sur une période pouvant aller jusqu’à sept ans.

Les activités à récompenser étaient déjà externalisées, puisqu’il s’agit de tâches d’exploitation et de maintenance, ainsi que de développement des systèmes informatiques de Telefónica Espagne, elles impliquent donc des actions sur des centaines d’applications qui gèrent différentes activités.

Parmi les groupes invités à participer initialement figuraient une vingtaine des plus grands groupes internationaux de services technologiques, même si au final, les groupes avec lesquels Telefónica a négocié ont également été l’un des trois gagnants. Accenturel’Israélien Amdocs, IBM, les Japonais Données NTT -filiale de la téléco japonaise-, ainsi que les deux firmes indiennes, Tata Communications et Tech Mahindra.

-

NEXT Mt. Gox a transféré 2,7 milliards de dollars de BTC vers une nouvelle adresse de portefeuille