La malédiction de “Poltergeist” revient avec un film sur la fin tragique de la protagoniste, Heather O’Rourke

-

Le cinéma d’horreur regorge de films soi-disant « maudits ». Une série de films qui, en plus d’être des références cinématographiques, véhiculent des légendes urbaines et des théories surnaturelles sur des malheurs survenus sur le plateau ou liés à leurs participants. L’une de ces sagas marquées par la tragédie est « Poltergeist : Strange Phenomena » (1982, Tobe Hooper) et ses suites, liées à plusieurs décès et dont il a même été affirmé que de vrais cadavres ont été utilisés sur le plateau. Plus de 40 ans plus tard, le documentaire « She Was Here » revient sur la prétendue malédiction en se concentrant sur la figure de Heather O’Rourke, la protagoniste féminine de la trilogie “Poltergeist”, décédé prématurément après le tournage du troisième opus.

Heather O’Rourke//Getty Images

Dominique Dunnéqui jouait la sœur aînée dans le premier film, a été étranglée par son ex-petit-ami et est décédée après être restée dans le coma pendant 4 jours, quelques semaines seulement après la première. Julian Beck et Will Samson, membres éminents de la distribution de “Poltergeist II: The Other Side (Brian Gibson, 1986)”, sont également décédés peu de temps après avoir travaillé sur la franchise. Beck avait 60 ans et souffrait d’un cancer de l’estomac et n’a pas survécu au tournage. Sampson est décédé 2 ans plus tard après avoir compliqué une opération rénale alors qu’il était un peu plus jeune, à 53 ans. Ils jouaient respectivement un révérend et un chaman.

Mais La mort la plus médiatisée et la plus inattendue a été celle de la petite protagoniste de toute la saga, Heather O’Rourke.. L’actrice a subi pendant le tournage de “Poltergeist III” (1988, Gary Sherman) les conséquences d’un parasite intestinal et, après une série de complications et d’erreurs de diagnostic, une sténose aiguë (une obstruction du système digestif) a mis fin à ses jours très tôt. le tournage du film était terminé. L’équipe n’a jamais voulu le terminer, mais y était obligée par contrat et, Dans le montage final, vous pouvez voir comment, dans plusieurs scènes, le personnage est joué par un doublesans faire face à la caméra.

Ron Wolfson//Getty Images

Le documentaire ‘Heather O’Rourke : She Was Here’, qui cherchera à être distribué sur le marché imminent du Festival de Cannes 2024est, selon son synopsis officiel, “un film qui préservera l’histoire de Heather, récemment ternie par des rumeurs et de fausses accusations, avec l’aide de ceux qui l’ont mieux connue”. La famille O’Rourke, avec son co-“Poltergeist” “Ils se souviendront de l’actrice de près et personnellement à travers leurs propres histoires, ainsi que des photographies et des vidéos personnelles inédites.”

Ces “rumeurs et fausses accusations” évoquées par les responsables du documentaire semblent faire référence à certains affirmations d’Henry Winkler, co-star d’O’Rourke dans “Happy Days”, dans lesquelles il a laissé entendre que l’enfant star était “torturée par son père” et qu'”elle s’est suicidée ou a été assassinée”.. Bien que Winkler ait fait ces affirmations en 1988, les médias sociaux les ont ressuscitées ces dernières années :

La sœur de Heather, Tammy, a catégoriquement nié les accusations. il y a trois ans dans une interview avec le réalisateur du documentaire, Nick Bailey, sur son podcast Fancounters, et la vérité est que les déclarations de Winkler sont si étranges qu’il s’agit probablement d’une confusion plutôt malheureuse. Mais la vérité est que, Plus de 40 ans après, la malédiction de « Poltergeist » continue de faire parler d’elle.

Portrait de Fran Chico

Fran Chico est une experte en cinéma et séries, spécialisée dans la diffusion culturelle et la critique cinématographique. Il est un critique reconnu sur Rotten Tomatoes et Filmaffinity. Bien que son genre de prédilection soit l’horreur, il vous parle du nouveau blockbuster Marvel MCU ainsi que d’un film d’auteur à réclamer sur le circuit des festivals. Aucune série de Netflix, HBO Max, Amazon Prime Video ou Disney+ n’échappe à son radar, qui fouille dans le catalogue de chaque plateforme pour recommander et analyser ses meilleurs contenus.

Fran écrit pour Fotogramas depuis plus d’un an, mais ses débuts remontent à près de deux décennies dans des forums de cinéma et des blogs tels que Planeta Claqueta ou Moviementarios. Il a été fondateur et membre du conseil d’administration de la publication numérique de critique et d’analyse cinématographique Revista Mutaciones et membre de l’Association des informateurs cinématographiques d’Espagne (AICE), l’organisation qui décerne les Prix Feroz, ainsi qu’un électeur pour les Blogos de Oro al films indépendants. Après avoir obtenu le Master de critique cinématographique de l’École de cinéma de Madrid (ECAM) enseigné par Caimán Cuadernos de Cine, il a collaboré et/ou couvert des festivals de cinéma comme Saint-Sébastien, Sitges et Filmadrid en tant que presse spécialisée pendant plus de 10 ans, ainsi que la manière d’interroger des réalisateurs, acteurs et actrices pertinents de l’industrie nationale comme Penélope Cruz, Carlos Saura, Ana de Armas, José Luis Cuerda ou José Sacristán et internationale comme James Wan, Edgar Wright ou Dario Argento.

Ses connaissances et son expérience l’ont amené à devenir blogueur de films vidéo pour la Fnac Espagne et réalisateur et animateur du podcast Holocausto Zinéfago, avec plus de 150 programmes diffusés et disponibles dans lesquels cinéma et humour se mélangent d’une manière unique et originale.

-

PREV Le réalisateur de “La Momie” de Brendan Fraser attaque le remake de Tom Cruise : “Je me suis senti insulté”
NEXT La date approximative de début du tournage des “Les Quatre Fantastiques” a été révélée