Miller revient au Páramo pour donner de nouvelles nuances à son apocalypse

-

Après avoir ressuscité la saga qu’il avait lui-même créée en 1979 avec  : La route de la fureur Georges Miller retourne au Páramo avec Furieux, un prequel centré sur le personnage qu’il jouerait ensuite Charlize Theron et qui est ici en charge de et les jeunes Alyla Browne.

Jouer le méchant Dr Dementus, partage la vedette dans un film aussi plein de sang, d’essence et de moteurs qui tournent en rond qu’on pourrait s’y attendre de la part du réalisateur australien. Êtes-vous prêt à appuyer à nouveau sur l’accélérateur ?

“Furiosa : de la saga Mad Max”

“Rachat”, murmuré Charlize Theron dans Mad Max : La route de la fureur quand Tom Hardy (la même à qui, on s’en doute, l’actrice se serait fait sauter la tête avec grand plaisir) lui a demandé quel objectif elle espérait atteindre. A ce moment-là, à l’abri de la course aux enfers organisée par Georges Miller, De nombreux téléspectateurs se demandent en même temps quelles atrocités son personnage aurait commis pour que ce mot, prononcé par elle, sonne ainsi.

Maintenant que Furieux arrive pour répondre à nos questions, certains d’entre nous qui étaient stupéfaits il y a neuf ans sont entrés dans la pièce agités. Peu importe sa renommée en tant que boucher, Le réalisateur australien a toujours été très doué pour créer une atmosphère, Il était donc inévitable de se demander si la biographie du camionneur le plus impérieux du Páramo aurait mieux fait de rester une pure insinuation.

Heureusement Georges Miller reste le même que toujours, y compris la capacité de renverser les attentes (insérez votre référence à Pieds heureux). Ainsi, le meilleur que l’on puisse dire de Furieux C’est qu’elle insiste pour ne pas suivre son prédécesseur, même si cela la conduit parfois à s’engager sur des terrains glissants.

Ouais rage au volant organisé une course vers la liberté, Ce film est l’histoire d’une captivité, ce qui conduit à une évolution très différente. Adieu ce « du point A au point B » qui convenait si bien pour orchestrer des courses-poursuites, et bonjour à une vengeance couvée depuis des années, racontée en chapitres et visant à expliquer comment le protagoniste est passé du statut de machine à survie. (Alyla Browne) au jeune adulte (Anya Taylor-Joy), et de là à ça dur à cuire que nous connaissons tous.

Cela signifie que L’action met du temps à arriver… mais elle arrive. Le premier avertissement est une scène qui aurait tué plus d’un machaca à succès, mais qui sert ici de fond à un panoramique de caméra. Depuis lors, tout est (post)apocalypse, en partie à cause du spectaculaire habituel et en partie parce que nous voyons en détail le fonctionnement de cette culture, fondée sur la faim, la soif et le pillage, qui jusqu’à présent n’était présente que par éclairs.

La présence étonnamment efficace d’un Chris Hemsworth qui n’a besoin que de parler de burpees et de cracher “putain” tous les trois mots. Le mari de Elsa Pataky (qui, dans tout ça, apparaît ici dans un double rôle) nous fait comprendre pourquoi des choses anormales comme Joe Immortel et ses acolytes ont réussi à rester sur le trône : au fond, parce que les alternatives étaient tout aussi mauvaises qu’eux, mais bien plus stupides.

De cette façon, les défauts et tout (n’importe qui achète le personnage de Tom Hulme, peu importe le soin avec lequel le script le traite ?), Furieux résout son plus grand défi : être elle-même, sans cesser de nous inciter à revoir le tome précédent… et le reste de la saga, en plus. Plus sombre que jamais, et avec bien plus de désir de montrer la souffrance des innocents, Miller a renouvelé sa mythologie de manière inattendue. Et nous avons, une fois de plus, eu la chance d’en être témoins.

FICHE TECHNIQUE

“Furiosa : de la saga Mad Max”


  • Directeur:

    Georges Miller


  • Genre:

    Action, science-fiction


  • Pays:

    Australie


  • Synopsis:

    Enlevée par la horde du chef Dementus, la jeune Furiosa quitte le Lieu Vert de son enfance pour affronter les guerres et les atrocités des seigneurs du Wasteland.

  • Scénario: George Miller, Nick Lathouris

  • Distribution: Anya Taylor-Joy, Chris Hemsworth, Alyla Browne, Tom Burke

  • Durée: 148 minutes.

  • Verdict: Une variété différente (mais tonitruante) de rage au volant.

  • Distributeur: Warner Bros.

  • Première: 24/05/2024

-

PREV L’IA choisit les 20 personnages les plus puissants de l’univers Marvel
NEXT Deadpool et Wolverine peuvent battre des records. Deux mois avant sa sortie, les ventes de billets aux Etats-Unis atteignent un rythme sans précédent pour un film classé « R »