La crise ne s’arrête pas pour Pixar : le studio d’animation va licencier 175 salariés, soit 14% de ses effectifs

La crise ne s’arrête pas pour Pixar : le studio d’animation va licencier 175 salariés, soit 14% de ses effectifs
La crise ne s’arrête pas pour Pixar : le studio d’animation va licencier 175 salariés, soit 14% de ses effectifs
-

Une image des studios Pixar (Crédits : EFE/Adam S Davis)

Pixar a annoncé le licenciement d’environ 175 de ses travailleurs, qui représente 14 pour cent de son effectif total. Le président de la société, Jim Morrisaurait informé son équipe ce mardi que les salariés concernés recevront un avis à la fin de cette semaine, comme le rapporte Variété. Les employés du célèbre studio d’animation se préparent à des licenciements depuis janvier, mais les réductions ont été inférieures à la réduction de 20 pour cent qui avait été spéculée et attendue à l’époque.

Cette situation confirme la état comateux dans lequel se trouve ce qui, il y a peu d’années, était une mine d’or audiovisuelle et narrative pour Disney. Aucune de ses dernières sorties, y compris Élémentaire (un film qui a eu du mal à démarrer au box-office et qui n’a pas rapporté les recettes attendues malgré la reprise après la débâcle initiale), a retenu l’attention du public et les revenus qu’ils ont générés sont en dessous des chiffres qu’il gérait avant 2020.

Cela peut vous intéresser : La Mairie de Burriana (Vox) censure l’achat de « Barbie » et de « 20 000 espèces d’abeilles » pour sa bibliothèque pour son contenu sur le féminisme et la transsexualité

Pete Docteur, le directeur créatif de Pixar, a récemment annoncé à la presse que ne considère pas que le studio « fait des films pour enfants ». Il semble que les plus petits corroborent ses propos. Lors de son week-end d’ouverture, Élémentaire levé 29,5 millions de dollars (environ 27 millions d’euros), le pire début au box-office de son histoire (même si cela a abouti à une collecte totale de près de 500 millions de dollars). Des films Pixar encore plus oubliables comme Le voyage d’Arlo (2015), En avant (sortie en mars 2020, une mauvaise période pour les salles de cinéma) ou Année-lumière Ils ont eu de meilleures ouvertures lors de leur premier week-end dans les salles américaines.

Une image de “Elemental” (Pixar Animation Studios)

L’apparence de Disney+qui abrite dans son catalogue tous les films classiques de Disney, ceux de l’univers de merveille et Guerres des étoiles, en plus de tous ceux de Pixar, a changé le modèle de consommation de l’usine à rêves. En général, toutes les plateformes ont transformé les voyages et les visites au cinéma en quelque chose de sporadique et presque anecdotique.

Ce n’est pas en vain que des films comme Âme, Lucas et Grille Ils ont été créés directement sur la plateforme pendant la pandémie et au moment de la désescalade, lorsque les vaccins contre le Covid-19 étaient la seule nouvelle qui comptait. Comme l’indique un article de Variété, de nombreuses familles préfèrent attendre la sortie du film directement sur Disney+, car elles Il est moins cher de payer l’abonnement mensuel que des billets de cinéma pour toute la famille.

Pixar a reconnu ces erreurs et a tenté de les corriger. « Pendant la pandémie, nous avons formé le public à regarder nos films sur Disney+. “Je ne vais pas dire qu’il y avait beaucoup d’options.”Morris a dit Variété l’été dernier. « À cette époque, c’était la seule chose que nous pouvions faire. Nous avons un peu de travail pour débloquer cette situation et motiver les familles à aller au cinéma et à ne pas attendre quelques mois pour le voir sur Disney+”, affirmait-il alors.

Cela peut vous intéresser : John Galliano, le génie de la mode qu’il est encore difficile de pardonner : “Ils lui ont enlevé sa carrière et il a payé son amende, je ne pense pas qu’il devrait rester éternellement dans une prison sociale”

Une scène du film “Lightyear” (Pixar Animation Studios)

-

PREV “La chambre d’à côté”, le nouveau film de Pedro Almodóvar, sortira en Espagne le 18 octobre
NEXT Warner et DC confirment la suite de Batman Ninja, le film d’animation réalisé par le créateur d’Afro Samurai