Le projet dont Coppola rêve depuis les années 80 sera présenté en première en 2024

-

Jeudi dernier, le 16 mai Le Festival International du Film de Cannes a vu la première de « Megalopolis »le dernier film Francis Ford Coppola. Cette bande est un rêve devenu réalité pour le réalisateur italo-américainqui dit avoir conçu l’idée de son film en 1977 après avoir terminé le tournage de “Apocalypse Now”.

La « mégalopole » est une épopée de science-fiction ce qui a pris plus de quarante ans pour voir la lumière. Avec 138 minutes de séquences, un décor new-yorkais et un casting d’ensemble, La dernière proposition de Coppola (même si cela peut sembler un mensonge !)ou trouver un distributeur aux Etats-Unis, où il devrait également pouvoir être projeté en IMAX. En Espagne, TriPictures se chargera de projeter le film dans nos cinémas, même si toujours pas de date de sortie. En toute certitude, du moins dans notre pays, « Megalopolis » sortira avant la fin de l’année. Ici, nous vous laissons la bande-annonce:

Coppola n’a pas eu la vie facile : aucun distributeur ne pariait sur le film

Francis Ford Coppola, réalisateur, scénariste et producteur de films actif depuis 1962, est à l’origine des grandes étapes de l’histoire du cinéma. Nous lui devons »Le parrain» (ses trois livraisons), «Dracula par Bram Stoker» ou le déjà mentionné «Apocalypse maintenant» ; Nous lui devons également, en tant que producteur, «Creux endormi” et “THXX 1138» (le premier long métrage de celui qui deviendra George Lucas) ; et, indirectement, en tant que père d’un autre grand de l’industrie cinématographique, «Marie-Antoinette” et “Les suicides vierges“, entre autres.

En tout Il y a plus de 40 productions dans lesquelles il a participé ce géant de l’industrie, qui n’est pas sorti depuis “Twixt” en 2011 (et qu’il nous avait tous trompés, nous faisant croire pendant des années qu’il bénéficiait d’une retraite bien méritée). Avec plus de soixante ans d’expérience, Coppola récolte 5 Oscars, 2 Palmes d’Or, 2 prix du Festival de Saint-Sébastien et même un prix Princesse des Asturies.

La production de La “Mégalopole” a dû être reportée à plusieurs occasions. Coppola a refusé de participer jusqu’en 1996sachant qu’il avait d’autres projets entre les mains qui lui apporteraient de plus grands avantages économiques. Il a écrit le scénario et faire une lecture avec l’équipe en 2001mais la nature du film était en conflit avec les attentats des Twin Towers et de la part de la société de production Il a été considéré que le public général Je n’étais pas encore prêt pour une cassette comme celle-ci.

Coppola disposait de 400 pages de notes pour le scénario de “Megalopolis”

Le film parle de l’histoire d’un New York (rebaptisée « Nouvelle Rome ») avenir. César Catilinale protagoniste, C’est un architecte utopiste et idéaliste qui croit qu’il y a encore de la place pour le changement dans la ville ; fait face au maire fermé et conservateur, Franklyn Cicero, défenseur du statu quo. Entre les deux, Ce n’est pas seulement le sort de la ville qui est en jeu, mais aussi la loyauté de Julia., fille de Cicéron et amante de César. Une armée de personnages aux noms tout aussi extravagants (Hamilton Crassus, Wow Platinum ou Vesta Sweetwater, entre autres) complètent le dramatis choral d’une épopée de grande envergure.

Le vétéran de la science-fiction Adam Pilote (star des trois derniers épisodes de “Star Wars”, “Ferrari” ou “La Maison Gucci”) donne un visage à l’idéaliste Catilina ; Giancarlo Esposito (également avec une longue carrière dans le genre ; “Westworld”, “Okja” ou “The Mandalorian”, entre autres) est son antagoniste, et Nathalie Emmanuel (Missandei dans “Game of Thrones”) incarne Julia divisée. Parmi les personnages secondaires, on retrouve des visages comme Place Aubrey (“Parcs et loisirs”, “Le Lotus Blanc”), Jason Schwartzman (“Asteroid City”, “The Hunger Games : Ballade des oiseaux chanteurs et des serpents”) ou Shia La Beouf (“Moi, robot”, “Constantine”).

Les mégalopoles polarisent et suscitent toutes sortes de critiques

“Megalopolis” a concouru en France en mai dernier, où il a concouru pour la Palme d’Or contre le nouveau de Lanthimos (“Kinds of Kindness”, toujours avec Emma Stone comme protagoniste) et le dernier de Baker (“Anora”, de l’esprit qui nous a été apporté par “The Florida Project”), qu’il n’a pas réussi à battre.

Après la première à Cannes, Les critiques sont mitigées, ce qui place le score de “Megalopolis” dans une fourchette intermédiaire dangereuse. Metacritic lui donne un 5,8, en attendant plus d’avis ; et le tomatomètre Rotten Tomatoes l’approuve par la peau des dents avec 51 %. Très probablement, “Mégalopolis” fera le tour du circuit des festivals d’été de classe A, ce qui nous donnera plus de critiques et d’opinions de la part de la presse ainsi que des professionnels présents.

En Espagne il n’y a pas encore de date de sortie (et encore moins savoir où et quand le projet passionné de Coppola arrivera sur les plateformes). Cependant, et c’est presque certain, On peut s’attendre à trouver « Megalopolis » au Zinemaldia de Saint-Sébastien ce mois de septembre, occupant une place d’honneur parmi les films de la Sélection Officielle.

-

NEXT Netflix, Max, Prime Video et Disney+ seront diffusés ce week-end (5 juillet)