L’entreprise déclare son insolvabilité mais le MTOP s’assure que les ressources sont

L’entreprise déclare son insolvabilité mais le MTOP s’assure que les ressources sont
L’entreprise déclare son insolvabilité mais le MTOP s’assure que les ressources sont
-

La Syndicat National des Travailleurs et des Transporteurs (Unott) s’est déclarée en état d’alerte concernant la dette salariale que l’entreprise copsa maintient avec ses travailleurs, en pleine crise du secteur tout au long Uruguay. Depuis le Ministère des Transports et des Travaux Publics (MTOP) Ils confirment que l’entreprise dispose des ressources nécessaires pour faire face à ses obligations, mais des alternatives de financement sont également à l’étude.

“C’est avec une grande inquiétude que nous apprenons que les travailleurs de Copsa ont été informés de l’insolvabilité de l’entreprise pour le paiement des salaires du mois de mars. Cela ajoute à l’historique violations des dettes salariales et des accords, mais la situation est extrêmement grave, elle atteint un point de non-retour”, a déclaré mercredi le coordonnateur interministériel des transports, alors que le conflit commençait à devenir public.

Hier, il y a eu une réunion entre les parties impliquées dans le Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale (MTSS)sans aucun résultat pour les plus de 800 travailleurs concernés, à qui l’on doit un demi-salaire de mars, ainsi que d’autres indemnités. prime et salaire de vacances depuis 2021.

Selon Copsa, l’incapacité de remplir ses obligations est due au fait qu’il a dû payer une facture du Direction générale des impôts (DGI) et de Banque de Sécurité Sociale (BPS). Cependant, Unott souligne qu’aucune raison spécifique n’a été signalée aux autorités pour justifier la déclaration d’insolvabilité.

« C’est une situation qui n’est pas nouvelle pour nous mais qui nous inquiète car le représentant du Ministère des transports et nous lui avons demandé si la situation était différente chez Copsa, si les ventes avaient diminué. des billets, tout changement; et elle me dit non, devant la compagnie, que les ventes de billets en mars ont été bonnes. L’entreprise nous confirme qu’elle compte plus de 200 travailleurs de moins qu’avant la pandémie et pourtant elle n’a pas les moyens de payer », a expliqué le dirigeant de l’Unott. Miguel Marrero à Radio Monte-Carlo.

De même, le syndicaliste a souligné que la Copsa déclare qu’« ils continuent à revendiquer le droit Ministère des transportsavec lequel nous n’avons aucune objection car il s’agit d’une question commerciale”, en ce qui concerne l’argument de l’entreprise selon lequel le frais le courant n’est pas suffisant pour couvrir le frais. “Ce que nous disons, c’est qu’ils ne peuvent pas prendre en otage les travailleurs et les usagers pour cette revendication”, a ajouté le dirigeant syndical.

Même si l’ensemble du secteur des transports traverse une période crise En raison de la dégradation du service ces dernières années, « la seule qui ne paie pas est la Copsa », a déclaré Marrero. En ce sens, il a confirmé qu’Unott n’excluait aucune mesure, puisque l’entreprise n’a même pas présenté de formule de paiement des salaires dus.

D’un autre côté, le MTOP étudie la possibilité de fournir un prêt Copsa pour payer les salaires, une possibilité qui est analysée conjointement avec le Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et la Bureau de la planification et du budget (OPP). « Ce serait un avant-goût d’un entiercement plus grand pour l’ensemble du secteur », a expliqué Marrero, qui a décrit la mesure comme « un coup de main pour sauver ce moment très compliqué ».

-

NEXT Plus de 170 000 victimes du conflit ont été indemnisées en Colombie