Haïti enregistre de nouvelles attaques après la nomination du Premier ministre

Haïti enregistre de nouvelles attaques après la nomination du Premier ministre
Haïti enregistre de nouvelles attaques après la nomination du Premier ministre
-

PRINCE-PORT.- Des quartiers entiers de la capitale de Haïti Ils ont été assiégés par des gangs lors d’une vague de violence comprenant des incendies de maisons et des affrontements armés avec les forces de police pendant des heures. Cette attaque massive intervient quelques jours seulement après l’annonce du nouveau premier ministre du pays, Edgard Leblanc Fils.

Les incidents ont commencé mercredi soir dans des zones telles que Solino et Delmas 18, 20 et 24, situées au sud-ouest du principal aéroport international, fermé depuis près de deux mois en raison de la poursuite des violences générées par les gangs.

Des témoins ont décrit des scènes de terreur, avec des membres de gangs incendiant tout sur leur passage. Un homme identifié uniquement comme Néne, craignant des représailles, a décrit comment il s’est caché toute la nuit alors que les flammes engloutissaient son quartier. Avec une valise rouge remplie de vêtements, la seule chose qu’il a pu récupérer, lui et sa famille ont réussi à s’échapper pendant une brève accalmie dans les combats.

Ce qui était autrefois des quartiers animés ressemblait désormais à des villes fantômes à l’aube, avec un silence tendu interrompu seulement par les bruits sporadiques d’animaux solitaires. Véhicules incendiés et murs marqués de graffitis constituent le paysage désolé que la violence laisse derrière elle.

Parmi ceux qui ont perdu leur maison se trouve Martineda, qui a fui avec son fils de 4 ans après que des membres d’un gang ont incendié leur maison. « Je lui ai dit : ‘N’aie pas peur. C’est la vie en Haïti’ »a-t-il commenté en tenant au-dessus de sa tête une lourde charge de marchandises, dont du beurre, qu’il espérait vendre pour gagner un peu d’argent et trouver une nouvelle maison.

Ce récent épisode de violence a laissé des centaines de personnes déplacées, contraintes de fuir à pied, à moto ou à bord de minibus colorés appelés tap-taps. Les nouvelles autorités attendent le déploiement d’une mission internationale supervisée par l’ONU, avec la police kenyane, dont la mise en œuvre ne s’est pas encore concrétisée.

 NULL      

FONTAINE: Avec les informations d’AP

-

PREV L’Ukraine a ordonné la première libération des prisonniers qui demandaient à lutter contre l’invasion russe
NEXT Qui sont les cinq jeunes filles israéliennes qui apparaissent kidnappées dans la nouvelle vidéo de l’attaque du Hamas le 7 octobre