Israël-Hamas | « C’est la huitième fois que nous devons déménager » : l’exode permanent auquel les Palestiniens de Gaza ont été contraints par la guerre

Israël-Hamas | « C’est la huitième fois que nous devons déménager » : l’exode permanent auquel les Palestiniens de Gaza ont été contraints par la guerre
Israël-Hamas | « C’est la huitième fois que nous devons déménager » : l’exode permanent auquel les Palestiniens de Gaza ont été contraints par la guerre
-

Source des images, Getty Images

Légende, La famine s’est installée à Gaza, où l’entrée de l’aide humanitaire est irrégulière et où la grande majorité de ses habitants ont perdu tout ce qu’ils possédaient.
Informations sur l’article
  • Auteur, Redaction
  • Rôle, BBC News Monde
  • 21 mai 2024, 03h47 GMT

Avec les enfants à la remorque, avec les personnes âgées malades, avec les quatre affaires qu’ils pouvaient récupérer chez eux. Avec le froid de l’hiver et maintenant avec la chaleur qui commence à se resserrer.

Il y a sept mois, plus d’un million et demi de Palestiniens ont entamé un exode à la recherche d’un refuge après le début de l’offensive militaire israélienne à Gaza, ce qui les a conduits dans un pèlerinage qui semble sans fin.

Les yeux toujours tournés vers le sud, où les troupes israéliennes leur disaient qu’ils seraient « en sécurité », un flot de personnes a été déplacée de Jabalia vers la ville de Gaza, de là vers Deir al Balah et Khan Yunis et, enfin, jusqu’à la fin. de la fuite, Rafah, où l’on ne peut plus avancer le long du mur qui sépare cette ville de l’Egypte.

Aujourd’hui, Rafah n’est pas non plus en sécurité.

L’armée israélienne a commencé ses opérations il y a quelques jours dans la ville, où elle prétend que des membres du Hamas se cachent, et a ordonné l’évacuation de la zone orientale de la municipalité frontalière, où vivaient 280 000 personnes avant la guerre et qui accueille aujourd’hui plus de 1 ,4 millions.

Il leur est demandé de déménager à Al Mawasi, une zone agricole sablonneuse qu’Israël a désignée comme « zone humanitaire » et qui s’est étendue jusqu’à Deir al Balah et certaines parties de l’ouest de Khan Younis. Ils assurent qu’ils y trouveront des hôpitaux et des tentes ainsi que des fournitures de première nécessité.

Rien qu’au cours des deux dernières semaines, plus de 800 000 personnes ont dû quitter Rafah, selon les chiffres de l’ONU. La prise du poste frontière avec l’Égypte par les troupes israéliennes a également bloqué l’entrée de l’aide humanitaire, et les Nations Unies ont dénoncé le manque de nourriture et de carburant pour subvenir aux besoins de la population.

Source des images, Reuters

Légende, Plus de 75 % de la population de Gaza a dû quitter son domicile et la plupart d’entre eux ont été contraints de déménager à plusieurs reprises.

“Personne ne se soucie de notre destin”

Ghada el Kurd, mère de deux enfants qui a dû déménager six fois au cours des quatre derniers mois, ne sait plus quoi faire.

« Je suis très confus… Je n’ai nulle part où aller. “C’est le dernier endroit que je connais”, a déclaré à la BBC la femme déplacée à Rafah.

« Si je veux retourner à Khan Yunis, je n’ai nulle part où aller, tout est détruit. Et le quartier d’Al Mawasi est surpeuplé et je ne peux plus vivre sous une tente, il fait très chaud et ma santé ne le permet pas. Et à Deir al Balah… il y a beaucoup d’attentats à la bombe… et c’est très dangereux », a-t-il déploré.

Légende, La plupart des camps de fortune où les réfugiés ont trouvé refuge sont insalubres et manquent d’installations sanitaires.

Dans une situation similaire se trouve Rasha Sheikh Jalil, qui a également été déplacée dans une tente à Rafah avec son mari et ses quatre enfants lorsqu’elle a reçu l’ordre d’évacuation.

Rasha se préparait à retourner dans son quartier de la ville de Gaza lorsqu’elle a appris qu’ils devaient à nouveau déménager.

« Personne ne se soucie de notre destin. “Depuis sept mois, nous n’avons eu ni confort ni tranquillité.”

“Il y a nulle part où aller”

Les intenses bombardements israéliens qui ont débuté le 7 octobre, en représailles à l’attaque du Hamas qui a fait 1.200 morts et 252 kidnappés, ont gravement touché la quasi-totalité de la bande de Gaza, l’une des zones les plus densément peuplées au monde.

Beaucoup de ses bâtiments sont restés en ruines.et des centaines de milliers de personnes survivent dans des tentes et tentes installées par l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, ou fabriquées par eux-mêmes avec du plastique, des tôles et des bâches.

Beaucoup sont situés dans des zones avec peu d’accès à l’eau, aux douches, aux toilettes ou à tout type d’assainissement. La malnutrition et les maladies infectieuses font des ravages depuis des mois, selon l’ONU.

L’UNRWA estime que 75 % des habitants de Gaza ont dû quitter leurs foyers dans une guerre au cours de laquelle plus de 35 000 personnes sont déjà mortes, selon les chiffres du ministère de la Santé de Gaza.

“Il y a nulle part où aller. Khan Yunis, soyons clairs, n’est que des décombres », a confirmé à la BBC James Elder, porte-parole de l’Unicef, qui s’est rendu à Gaza le mois dernier. « J’ai parcouru les rues de Khan Yunis. “Ce n’est pas un peu détruit, c’est complètement dévasté.”

Source des images, Getty Images

Légende, La ville de Khan Younis, au sud de la bande de Gaza, a été entièrement détruite.

Concernant Deir al Balah, Elder a assuré qu ‘”il y a des eaux usées qui jaillissent dans les rues parce que le réseau d’assainissement est détruit, et Al Mawasi est une plage, une zone de sable, et l’été commence à arriver”.

« Nous avons reçu des informations faisant état d’enfants mourant de déshydratation. Alors, quand ils nous disent que les gens doivent se déplacer vers les zones humanitaires, c’est une terrible ironie, car les travailleurs humanitaires n’opèrent pas dans ces zones », a dénoncé Elder.

Malgré cela, a-t-il ajouté, « les familles vont déménager. Ils bougeront parce que soit ils bougent, soit ils seront bombardés.

Les témoignages comme ceux de Ghada et Rasha se multiplient dans toute la bande de Gaza.

Dans le nord de Gaza, où environ 300 000 personnes sont prises au piège, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a signalé qu’une « véritable famine » sévit en raison du manque d’aide humanitaire.

Source des images, Getty Images

Légende, Les quartiers de Deir el Balah sont devenus une mer de tentes pour les déplacés.

Objets brûlés

« Depuis qu’ils ont commencé à bombarder au début de la guerre, nous nous sommes déplacés vers différents endroits. C’est la huitième fois que nous déménageons », a déclaré une femme qui n’a pas voulu s’identifier au programme Gaza Lifeline sur le service arabe de la BBC.

Habitant du quartier d’Al Zeitun, dans la ville de Gaza, qui a récemment été le théâtre d’une intense opération de l’armée israélienne et a contraint plus de 100 000 personnes à déménagerla femme et sa famille ne se sont pas dirigées vers le sud, mais ont fait des pèlerinages dans différents hôpitaux et écoles à la recherche d’un refuge au fil des mois, dans un voyage terrifiant.

« Ils nous ont demandé d’aller dans l’ouest de Gaza sans préavis. Nous sommes partis à 2 heures du matin et sommes arrivés aux écoles le matin. Nous avons passé tout ce temps sans manger ni boire d’eau, avec les enfants marchant devant nous. Certains ont transporté leurs enfants ou des parents âgés en fauteuil roulant jusqu’à notre arrivée au camp de personnes déplacées », a-t-il déclaré au programme.

Lorsque l’opération fut terminée et qu’ils voulurent rentrer chez eux pour récupérer leurs affaires, Ils ont découvert que les troupes israéliennes les avaient brûlésa-t-il dénoncé.

Source des images, Reuters

Légende, De nombreux habitants ont désespérément tenté de récupérer une partie de leurs biens dans le quartier de Zeitun, dans la ville de Gaza, cible d’une récente opération militaire israélienne.

« Ils ont bombardé des gens alors qu’ils s’apprêtaient à inspecter leurs biens. Nous ne savons pas ce qui est arrivé à nos maisons. On dit que les murs ont été démolis ou complètement détruits. Où allons-nous aller ? Vers qui allons-nous aller ?“, a déploré la femme.

Un autre habitant d’Al Zeitoun, Atef Muhammad Ahmad Al-Mashalti, a déménagé avec sa famille à Jabalia lorsque les bombardements ont commencé, mais s’est ensuite installé dans un autre quartier de la ville de Gaza, Sheikh Raduan.

Comme tant d’autres, Atef et sa famille ont dû fuir chez eux avec tout ce qu’ils avaient sur eux et, petit à petit, ils se sont retrouvés à court de ressources : « Tous ces voyages demandent beaucoup d’efforts et d’argent pour pouvoir démarrer une nouvelle vie. vie », a expliqué l’homme au programme Gaza Lifeline.

“Seul Dieu connaît l’épreuve que nous traversons”, a-t-il ajouté.

Et n’oubliez pas que vous pouvez recevoir des notifications dans notre application. Téléchargez la dernière version et activez-les.

-

NEXT L’aspiration à créer un monde pacifique sera le thème d’un festival au Vietnam (+Photos)