La CGT évite de se mobiliser contre la loi Bases et privilégie les syndicats « combatifs »

La CGT évite de se mobiliser contre la loi Bases et privilégie les syndicats « combatifs »
La CGT évite de se mobiliser contre la loi Bases et privilégie les syndicats « combatifs »
-

La CGT a décidé de ne pas se mobiliser contre le Loi de base au moment de son traitement au Sénat. C’est ainsi que la « petite table » du syndicat l’a défini après avoir considéré que les actions contre l’initiative parlementaire du Javier Milei Ils ont été couverts par la marche pour la Fête du Travail, le 1er mai, et par la deuxième grève nationale, le 9 de ce mois.

La décision ne ferme pas l’alternative à une manifestation organisée ce jour-là par des groupes syndicaux. Concrètement, on s’attend à ce que certains syndicats du centre majoritaire manifestent, comme Les chauffeurs de camion, les mécaniciens de Smata, l’Association des Bancaires et d’autres du Courant Fédéral des Travailleurs, ainsi que les deux versions du CTA. En fait, Pablo Moyano, co-secrétaire général de la CGT et député du syndicat des chauffeurs, s’est déjà exprimé à ce sujet.

Nous réalisons ce projet collectivement. Soutenez El Destape en cliquant ici. Continuons à écrire l’histoire.

INSCRIVEZ-VOUS À LA DÉCOUVERTE

La distinction réside dans l’engagement des secteurs majoritaires de la CGT à maintenir une voie de dialogue avec le Gouvernement. Cette chaîne a été ouverte le 11 avril à la Casa Rosada lors de la réunion convoquée par le chef de cabinet, Nicolás Posse, le ministre de l’Intérieur, Guillermo Francos, le secrétaire au Travail, Julio Cordero et le conseiller présidentiel non rémunéré Santiago Caputo avec un « petite table » s’est développée à partir du siège et est restée active même après la dernière grève nationale.

Même si le triumvirat a jusqu’ici appelé à deux grèves nationales avant le premier semestre de la direction libertaire dans une ligne plus comparable à celle de Pablo Moyano qu’à celle des secteurs orientés vers le dialogue comme les « gros » des grands syndicats de services et le « indépendants” de bonnes relations avec tous les gouvernements, Sous les radars, la CGT a eu des échanges avec les responsables de la gestion quotidienne des syndicats.. Concrètement, avec Cordero pour débloquer certaines des approbations en attente des accords conjoints des principaux secteurs (comme les chauffeurs de camions eux-mêmes) et aussi avec le secteur de la santé, où José Luis Lingeri (Œuvres de santé) a obtenu l’engagement qu’ils analyseront les réclamations permanentes pour obtenir de nouveaux fonds pour les œuvres sociales syndicales.

Le Gouvernement est toujours incapable de décrypter les actions des dirigeants. Alors qu’ils pensaient que le dialogue avec la réunion de La Rosada était devenu plus fluide, ils furent surpris par l’appel presque immédiat à la deuxième grève générale. Depuis, ils ont accepté de tenir les négociations mais à l’abri de la lumière publique pour éviter l’usure d’un nouveau camouflet. Pour les deux parties, il s’agit d’une dynamique marquée par la vie quotidienne. Et toujours à un pas de la rupture.

-

NEXT L’aspiration à créer un monde pacifique sera le thème d’un festival au Vietnam (+Photos)