Le président de l’Équateur dénonce la tentative de coup d’État lors d’une attaque contre le trafic de drogue

Le président de l’Équateur dénonce la tentative de coup d’État lors d’une attaque contre le trafic de drogue
Le président de l’Équateur dénonce la tentative de coup d’État lors d’une attaque contre le trafic de drogue
-

QUITO.- Il Président de l’Équateur, Daniel Noboaa dénoncé ce vendredi qu’en janvier dernier, une tentative de coup d’État avait été enregistrée lors de la violente offensive du trafic de drogue, au cours de laquelle il y a eu vingt morts et a conduit à la déclaration de l’état de conflit armé interne pour neutraliser les groupes “terroristes”.

“Aujourd’hui, après diverses informations et après avoir dématérialisé certains appareils, nous constatons qu’il y a même eu une tentative de coup d’Etat”, a déclaré le président, en présentant au Congrès un rapport de gestion tel qu’établi par la Constitution.

“En tant qu’Equatoriens, nous avons expérimenté l’ampleur de l’horreur que le terrorisme a eu dans notre pays”, a ajouté Noboa, qui, six mois après son arrivée au pouvoir, jouit d’une grande popularité (60%) grâce à sa lutte contre la criminalité.

L’évasion d’un chef criminel d’une prison a déclenché en janvier une violente attaque de la part de gangs liés à la mafia albanaise et aux cartels de la drogue. Mexique et La Colombie avec de violentes émeutes de prisonniers, des attaques contre la presse, des explosions de voitures piégées, le maintien en détention temporaire de quelque 200 gardiens de prison et policiers, faisant également une vingtaine de morts.

À cette époque, Noboa a décrété l’état d’urgence pour mobiliser les militaires, qui a duré les 90 jours autorisés par la loi. Il a également déclaré le pays en conflit armé interne, qui, selon la Cour constitutionnelle, peut s’étendre indéfiniment.

Aux termes de cette déclaration, il a ordonné aux forces armées de neutraliser une vingtaine d’organisations criminelles, qu’il a qualifiées de « terroristes » et de « belligérants », et qui sont accusées d’infiltrer toutes les sphères de l’État comme la justice.

Le chef de l’Etat a souligné que les mafias “ont des complices et des alliés à tous les niveaux du pays (…) elles sont partout”.

“Aujourd’hui, d’un pas ferme, l’État est nettoyé, d’un pas ferme les dirigeants tombent, d’un pas ferme les groupes narcoterroristes se désintègrent, d’un pas ferme ce sont eux (les criminels) qui ont peur de partez et plus nous” dans la rue, a déclaré Noboa, élu lors d’élections anticipées pour une période de 18 mois.

 NULL      

FONTAINE: Avec les informations de l’AFP

-

NEXT L’aspiration à créer un monde pacifique sera le thème d’un festival au Vietnam (+Photos)