L’OTAN soutient le droit de l’Ukraine d’attaquer des cibles sur le territoire russe en guise de légitime défense

L’OTAN soutient le droit de l’Ukraine d’attaquer des cibles sur le territoire russe en guise de légitime défense
L’OTAN soutient le droit de l’Ukraine d’attaquer des cibles sur le territoire russe en guise de légitime défense
-

L’OTAN a soutenu le droit de l’Ukraine d’attaquer des cibles sur le territoire russe à titre de légitime défense (EFE/EPA/OLIVIER HOSLET)

Le secrétaire général du OTAN, Jens Stoltenberga déclaré ce jeudi que l’Ukraine a «droit de se défendre» et donc de toucher des objectifs militaires sur le territoire russe, puisque celui-ci a été envahi illégalement.

Nous ne devons pas oublier qu’il s’agit d’une guerre d’agression. La Russie a envahi l’Ukraine en violation flagrante du droit international“, a déclaré Stoltenberg dans une interview publiée dans L’avant-garde.

Le chef de l’OTAN a insisté sur le fait que si le armée russe Il a « toute liberté de rassembler des troupes et d’attaquer depuis son territoire mais les Ukrainiens ne peuvent pas répondre, il est très difficile d’exercer sa légitime défense ».

Il a également défendu que dans une guerre, il n’y a pas de décisions qui ne comportent littéralement des risques, même si le plus grand de tous est « que Vladimir Poutine l’emporte », une situation qu’il considère comme dangereuse tant pour l’Ukraine que pour l’OTAN.

Il a également célébré la fourniture par l’Espagne d’un milliard d’armes à l’Ukraine, annoncée par le président du gouvernement, Pedro Sánchezce lundi à la suite de la visite du président ukrainien, Volodimir Zelensky.

Le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a insisté sur le fait que si l’armée russe a « toute liberté de rassembler des troupes et d’attaquer mais que les Ukrainiens ne peuvent pas répondre, il est très difficile d’exercer l’autodéfense » (Reuters)

Ce sont des équipes très importantes et démontrent le rôle clé que joue l’Espagne.», a exprimé Stoltenberg.

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN se sont réunis jeudi à Prague au milieu d’appels croissants aux principaux alliés pour qu’ils lèvent les restrictions empêchant Kiev d’utiliser les armes occidentales pour attaquer à l’intérieur de la Russie.

La réunion de deux jours dans la capitale tchèque vise à se concentrer sur les efforts visant à élaborer un plan de soutien à l’Ukraine lors du sommet de l’OTAN à Washington en juillet prochain.

L’Ukraine fait pression sur ses partisans, principalement États Unispour lui permettre d’utiliser des armes à plus longue portée pour atteindre des cibles en Russie.

Les États-Unis et l’Allemagne ont jusqu’à présent refusé d’autoriser Kiev à attaquer de l’autre côté de la frontière, craignant que cela ne les rapproche d’un conflit direct avec Moscou.

Le président français, Emmanuel Macrona déclaré mardi que l’Ukraine devrait pouvoir « neutraliser » les bases russes utilisées pour lancer des attaques.

Toutefois, le chancelier allemand, Olaf Scholzs’est montré moins engagé, affirmant que Kiev devait agir dans le respect de la loi et que Berlin n’avait de toute façon pas fourni les armes nécessaires pour frapper la Russie.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que l’Ukraine devrait être en mesure de « neutraliser » les bases en Russie utilisées pour lancer des attaques (REUTERS/Annegret Hilse)

De l’autre côté de l’Atlantique, le Maison Blanche s’oppose toujours à l’utilisation par l’Ukraine Armes américaines d’attaquer à l’intérieur de la Russie, bien que le secrétaire d’État, Anthony Blinkena laissé entendre que cette stratégie pourrait changer.

Pendant ce temps, Moscou a réagi vivement, le président Vladimir Poutine avertissant qu’il y aurait de « graves conséquences » si les pays occidentaux approuvaient l’Ukraine.

De son côté, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, J’affirme que L’Ukraine peut utiliser les armes qu’elle reçoit du Canada pour attaquer le territoire russe.

Joly, lors d’une conférence de presse avec son homologue suédois, Tobias Billstromà Stockholm, a déclaré que Il n’y a « aucune condition d’utilisateur final sur les expéditions d’armes vers l’Ukraine » réalisée par le Canada.

« Nous croyons que nous devons être agressifs sur cette question », a déclaré Joly.

Le ministre canadien a estimé que « la Russie n’a pas de lignes rouges ». “C’est pourquoi nous devons nous assurer qu’en ce qui concerne la défense de l’Ukraine, nous les aidons et que nous sommes à leurs côtés”, a-t-il ajouté.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Camerona déclaré plus tôt ce mois-ci que, tout comme la Russie attaque l’Ukraine sur son propre territoire, on peut parfaitement comprendre pourquoi l’Ukraine ressent le besoin de se défendre, même avec des attaques dirigées contre le territoire russe.

(Avec informations de l’EFE et de l’AFP)

-

NEXT L’aspiration à créer un monde pacifique sera le thème d’un festival au Vietnam (+Photos)