Les États-Unis estiment que Maduro n’autorisera pas d’élections libres

-

Une femme passe devant un graffiti représentant le président vénézuélien Nicolás Maduro à Caracas, le 8 mai 2024. (Photo de Juan BARRETO / AFP)

Une femme passe devant un graffiti représentant le président vénézuélien Nicolás Maduro à Caracas, le 8 mai 2024. (Photo de Juan BARRETO / AFP)

Face aux élections au Venezuela et à la stratégie de la Maison Blanche consistant simplement à faire pression sur eux pour qu’ils soient libres, un groupe de sénateurs des deux partis, démocrate et républicain, se mobilise déjà avec la conviction que Nicolás Maduro n’abandonnera pas le pouvoir pour quelque raison que ce soit. manière. Ils soulignent la persécution croissante de la société civile et des militants politiques au Venezuela, citant la persécution continue de María Corina Machado, l’arrestation de membres de sa campagne, le refus d’offrir un passage sûr aux opposants réfugiés dans l’ambassade d’Argentine et des informations selon lesquelles torture des prisonniers politiques.

DAVID ALANDETE

Ces sénateurs nord-américains ont appelé de toute urgence à la fermeture des prisons politiques et à la libération de tous les prisonniers politiques, et ont demandé à l’administration Biden d’imposer des sanctions individuelles aux responsables de ces violations. “Ces actions portent directement atteinte aux conditions requises pour une élection présidentielle libre et équitable”, ont déclaré les législateurs dans un communiqué officiel. “Nous condamnons fermement cet environnement dangereux d’intimidation, qui érode la crédibilité du processus électoral en cours, ne laissant aucun doute sur le fait que les élections du 28 juillet ne rempliront pas les conditions nécessaires pour être libres, équitables ou démocratiques.”

Ces demandes sont pertinentes car elles ne proviennent pas uniquement du Parti républicain. Les sénateurs républicains Marco Rubio, de Floride, et Bill Cassidy, de Louisiane, ont été rejoints par le démocrate Ben Cardin, du Maryland, allié de l’administration Biden. Cette position représente une désapprobation de la stratégie de l’équipe Biden qui a tenté de convaincre le régime d’autoriser des élections libres en permettant la libération de la figure présumée du dictateur Maduro, l’homme d’affaires colombien Alex Saab. Après sa livraison au Venezuela, le régime chaviste a ratifié la disqualification de Machado et a arrêté d’autres opposants.

L’opposition s’est rassemblée autour d’un autre candidat, Edmundo González. D’autres proches de Maduro, notamment les gouvernements du Brésil et de Colombie, ont exhorté le dictateur à accepter les résultats. Le président colombien Gustavo Petro a même suggéré à Maduro d’organiser un référendum sur la manière dont les gagnants et les perdants des élections devraient accepter le résultat.

Plus de détails dans ABC DE L’ESPAGNE

-

PREV Ils attendent avec impatience Milei en Italie : son agenda, la coïncidence avec le Pape et le tête-à-tête avec Georgieva
NEXT Le plus beau drapeau d’Amérique du Sud et le top 3 du classement mondial ont dépassé celui du Pérou et des États-Unis | Drapeaux | Mexique | Le plus beau drapeau du monde | Quelle est l’histoire du drapeau mexicain ? | Quel est le plus bel hymne national d’Amérique du Sud ? | | Monde