le lourd héritage que la municipalité veut inverser

le lourd héritage que la municipalité veut inverser
le lourd héritage que la municipalité veut inverser
-

La conversion du trolleybus diesel à moteur électrique De bonnes nouvelles attendent à l’horizon des transports traversés par la crise et d’une flotte qui semble « rapiécée ». Une attente qui se concentre sur le lancement de la cinquième unité transformée sous l’actuelle administration de Pablo Javkin dans la Commune, mais dans un cadre complexe. Il ne reste plus que 7 unités Trolza d’origine russe, 7 fabriquées au Brésil et 4 ont été converties du diesel à la propulsion électrique. Un total de 19 véhicules bien loin des promesses d’atteindre 27 trolleybus estimées en septembre dernier. Aujourd’hui, la réalité indique que les unités sont réparées et utilisent des pièces de rechange provenant de voitures hors service pour être opérationnelles. La situation s’est aggravée avec la mise hors service de la ligne Q en décembre dernier.

Selon diverses sources consultées, Sur les 12 voitures que l’État municipal a achetées par appel d’offres à la société russe Trolza sous l’administration de Mónica Fein, seules 7 restent opérationnelles (avec des carrosseries presque effondrées en un coup d’œil). La réalité indique que la voiture 28 a pris feu et que les unités 21 et 22 ont été renvoyées. Deux autres Trolzas sont arrêtées faute de pièces de rechange. L’acquisition est le fruit de multiples efforts commencés il y a dix ans et cristallisés avec l’arrivée des trolls russes pour environ 4 millions de dollars. Beaucoup d’entre eux se sont effondrés en raison d’une surcharge de leurs batteries et sont tombés hors service en raison d’une surchauffe due à la chaleur. Les batteries étaient à l’époque évoquées comme une valeur ajoutée lors de leur achat et leur donnaient une plus grande autonomie dans leurs déplacements. Mais en 2020, l’entreprise a fait faillite et la ville s’est retrouvée sans service technique ni garantie.

Par contre, actuellement Il existe 7 trolleybus brésiliens de 1994 : les Volvo/Marcopolo/Powertronics. Ces véhicules, bien qu’ils mesuraient zéro kilomètre, ont été fabriqués au Brésil en 1987 pour un système de trolleybus de Belo Horizonte, ce qui n’a pas été réalisé et ils ont été stockés.

Mauvais état

Au total, la ligne K dispose d’un parc de 19 voitures, mais 17 sont nécessaires quotidiennement pour assurer le service dans les rues de Rosario. Le problème s’observe dans le mauvais état des unités. Dans les entrepôts de l’ouest de Rosario, les unités hors service sont stockées, une sorte de cimetière automobile, d’où sont retirées les pièces de rechange pour maintenir opérationnelles celles en service. Il existe un autre entrepôt d’unités démontées, où les pièces automobiles sont utilisées pour réparer ce qui est encore debout.

Le programme de conversion des bus diesel en trolleybus électriques est en attente. La dernière voiture transformée (36 interne) a été présentée en début d’année et il n’en existe que 4 (voitures n°33, 34, 35 et 36). Lors de la présentation de la dernière unité convertie, en janvier de cette année, on avait annoncé l’incorporation imminente de deux autres unités : les unités 37 (elle est terminée et pourrait commencer à rouler dans deux mois) et 38. Ce programme est réalisé avec la collaboration entre la municipalité, l’Université nationale de Rosario (UNR) et l’entreprise Inventu, qui a récupéré les châssis de voitures équipées de moteurs diesel hors d’usage et les a équipées de moteurs électriques pour la propulsion.

L’intention était de renouveler l’ensemble de la ligne K entre 2024 et 2025, mais si la détérioration se poursuit et qu’il n’y a pas d’investissement, cela pourrait conduire à un avenir incertain, parmi lequel il n’est pas exclu que la flotte soit entièrement composée de carburant. des bus motorisés, comme cela s’est produit dans les années 90.

Un autre sujet d’inquiétude est le retard marqué dans l’extension de la route K vers Viamonte et Esmeralda, dans la région de La Sibérie. Seules les colonnes sont là mais tout le reste manque.

Ligne Q

Puisqu’il y avait “fatigue” due à la chaleur dans les batteries des unités qui composaient la gamme Q, un événement survenu en décembre dernier, il n’y a aucun détail sur son retour dans les rues de Rosario. Le 8 mai 2023, ce service avait été rétabli au sein des transports de la ville. Comme en 2022, il relie les zones sud-ouest et ouest à la zone centrale et au Centre universitaire de Rosario (CUR). Avant sa mise hors service, une partie de ce tracé a été absorbée par la ligne 127.

Cependant, depuis décembre dernier et après l’annulation du Q, tous ces trolleybus sont passés au K. À leur tour, certains se sont arrêtés faute de pièces de rechange et la voiture interne 28 a été détruite dans un incendie en 2023 à San Juan et Dorrego.

-

NEXT Les experts trouvent une méthode pour empêcher les chats de détruire le canapé – DW – 04/07/2024