Désespéré de munitions pour soumettre l’Ukraine, Vladimir Poutine sollicite l’aide des arsenaux de Kim Jong-un

Désespéré de munitions pour soumettre l’Ukraine, Vladimir Poutine sollicite l’aide des arsenaux de Kim Jong-un
Désespéré de munitions pour soumettre l’Ukraine, Vladimir Poutine sollicite l’aide des arsenaux de Kim Jong-un
-

Entendre

SÉOUL.- Cette semaine, le président Vladimir Poutine visite Corée du Nord rencontrer pour la deuxième fois en six mois son pair Kim Jong Undans le cadre d’un processus d’approfondissement des liens militaires entre les deux pays renforcer les capacités de guerre de la Russie en Ukraine avec des armes nord-coréennes.

Poutine était pour la dernière fois en Corée du Nord en 2000, lorsqu’il est devenu le premier dirigeant russe ou soviétique à visiter le pays. Le voyage de cette semaine commence demain et met en évidence l’importance stratégique croissante de la Corée du Nord pour Poutine, notamment parce que sa capacité à fournir les armes conventionnelles dont la Russie a désespérément besoin pour son aventure militaire en Ukraine.

Vladimir Poutine et Kim Jong-un se rapprochent depuis un certain temps pour renforcer leurs liens afin d’accroître la capacité militaire de la Russie.GETTY

Kim a rencontré Poutine pour la dernière fois en septembre de l’année dernière au cosmodrome de Vostochny, dans l’est de la Russie, une réunion qui a inauguré une nouvelle ère dans les relations bilatérales.

Pour Kim et son pays – un paria en Occident – ​​c’était une occasion rare pour quelqu’un de les rechercher comme alliés. Et pour Poutine, cela signifie renforcer les liens avec un État qui lui fournit déjà les munitions nécessaires pour maintenir actif le front de combat.

Les deux pays ont officiellement confirmé la visite de deux jours. “À l’invitation du président de la Commission des affaires d’État de la RPDC, Kim Jong-un, Vladimir Poutine effectuera une visite d’État et d’amitié en République populaire démocratique de Corée les 18 et 19 juin”, a rapporté le Kremlin.

Quelques jours avant l’arrivée de Poutine à Pyongyang, la capitale nord-coréenne, Le Kremlin a promis d’encourager la coopération de la Russie avec la Corée du Nord « dans tous les domaines ».

Pyongyang et Moscou étaient alliés pendant la guerre froide, jusqu’à ce que leurs relations se refroidissent après l’éclatement de l’Union soviétique. Mais au cours des deux dernières années, et sur la base d’une hostilité partagée à l’égard des États-Unis, les deux gouvernements se sont à nouveau rapprochés : La Russie, pour sa guerre contre l’Ukraine, et la Corée du Nord, pour son programme d’armes nucléaires.

Lorsque la guerre en Ukraine a commencé à s’éterniser, La Russie avait un besoin urgent de se procurer des armes conventionnelles, notamment des obus d’artillerie. Et c’est ce que la Corée du Nord doit offrir. En échange, Kim souhaite moderniser ses systèmes d’armes et la Russie a des technologies militaires avancées et d’autres améliorations à partager.

Sur cette photographie diffusée par l’agence Spoutnik, le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un visitent le cosmodrome de Vostochny, dans la région de l’Amour, le 13 septembre 2023.MIKHAIL METZEL – PISCINE

Selon des responsables américains et sud-coréens, depuis que la Russie a lancé son invasion à grande échelle de l’Ukraine en février 2022, la Corée du Nord lui a envoyé des milliers de conteneurs de munitions. Et ils disent qu’en retour Moscou a envoyé des milliers de conteneurs d’aide et d’autres aides.

Dans les semaines qui ont précédé la visite de Poutine, Kim a affiché ce qu’il avait à offrir à son homologue russe. Le mois dernier, il a visité les installations de les usines de munitions de son pays, ont salué l’augmentation de la production d’armes et ont montré des entrepôts remplis de missiles balistiques à courte portéeselon Washington, similaire aux missiles nord-coréens que la Russie a tirés sur l’Ukraine.

Moscou et Pyongyang ils nient le commerce des armes, qui sont interdits par les sanctions de l’ONU. Mais lors du sommet du G7 en Italie la semaine dernière, les dirigeants du groupe ont condamné « dans les termes les plus fermes la coopération militaire croissante » entre les deux pays, y compris l’exportation de missiles balistiques par la Corée du Nord et leur utilisation par la Russie contre l’Ukraine.

“Ce voyage de Poutine signifie que la Russie a un besoin urgent d’armes nord-coréennes pour sa guerre en Ukraine”, a déclaré ce week-end le conseiller à la sécurité nationale sud-coréen, Chang Ho-jin, à la télévision Yonhap News. “Et en échange, les Nord-Coréens essaieront d’obtenir de lui tout ce qu’ils peuvent, car la situation joue en leur faveur.”

Chang a déclaré qu’avant le voyage de Poutine, la Corée du Sud avait averti Moscou qu’elle “ne devrait pas franchir certaines limites”, sans toutefois donner de détails. Mais certains analystes sud-coréens pensent que Kim pourrait profiter du voyage de Poutine en Corée du Sud. pour essayer d’amener les Russes à l’aider à moderniser ses armes nucléaires et pour tenter de rétablir une alliance militaire de type guerre froide avec Moscou.

Les perspectives étaient très sombres pour Kim, jusqu’à ce que la guerre en Ukraine ouvre un monde de possibilités.

L’économie de son pays a été dévastée pendant des années par les sanctions imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU pour arrêter le programme d’armes nucléaires nord-coréen. Et en 2019, la tentative de Kim d’obtenir la levée des sanctions par le biais de sa diplomatie directe avec le président de l’époque, Donald Trump, s’est soldée par un échec et sans accord.

Sur cette image, publiée par le service de presse du ministère russe de la Défense le mardi 21 mai 2024, un missile russe Iskander est visible lors d’exercices visant à entraîner l’armée à l’utilisation d’armes nucléaires tactiques, dans un lieu tenu secret en Russie.Service de presse du ministère russe de la Défense

La réponse de Kim a été de redoubler son programme d’armes nucléaires, envisageant une « néo-guerre froide » qui augmenterait la valeur stratégique de son pays pour la Chine et la Russie en Asie du Nord-Est, tandis que les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud élargissaient leur propre programme de coopération militaire.

La Corée du Nord était l’un des rares pays à soutenir ouvertement l’invasion de l’Ukraine par Poutine. En échange, Poutine a invité Kim au cosmodrome de Vostochny l’année dernière, où il a déclaré que la Russie était prête à aider la Corée du Nord à lancer des satellites. Kim a besoin de satellites pour mieux surveiller ses cibles militaires, mais il a jusqu’à présent eu du mal à les mettre en orbite.

Lors de ce voyage l’année dernière en Russie, Kim a visité des installations spatiales et militaires russes sensibleset à un moment donné, il a porté un toast à Poutine pour ce qu’il a appelé « son combat sacré » contre la « bande maléfique » de l’Occident.

Les accords de l’ONU interdisent à la Russie de fournir du matériel militaire à la Corée du Nord, mais la décision d’héberger Kim dans des installations de haute technologie qui fabriquent des fusées et des avions de combat a aidé la Russie à montrer le type de technologie que la Corée du Nord convoitait depuis longtemps dans le cadre de sa confrontation avec elle. les États-Unis et leurs alliés.

Confronté à une avalanche de sanctions et de pressions internationales suite à son invasion de l’Ukraine, Poutine a renforcé ses relations avec les adversaires américains dans le monde, notamments L’Iran, la Corée du Nord et la Syrie, ce qui implique que le défi pour Washington dépasse déjà le cadre européen.

Pour les États-Unis et leurs alliés, ce lien de plus en plus étroit entre Pyongyang et Moscou a des implications sécuritaires. Les experts de la défense affirment que l’utilisation de missiles par la Corée du Nord sur le champ de bataille en Ukraine, par exemple, pourrait fournir à la Corée du Nord des données très précieuses sur les performances de ces armes contre les systèmes de défense antimissile occidentaux.

D’un autre côté, cette approche conspire également contre les efforts internationaux visant à étouffer la capacité de Kim à gagner des devises étrangères grâce à des activités illicites.

Par Choe Sang-Hun

Traduction de Jaime Arrambide

Apprenez à connaître le projet Trust

-

NEXT Les experts trouvent une méthode pour empêcher les chats de détruire le canapé – DW – 04/07/2024