La décision que François a prise avec l’ancien secrétaire de Benoît XVI de mettre fin à une relation tendue

La décision que François a prise avec l’ancien secrétaire de Benoît XVI de mettre fin à une relation tendue
La décision que François a prise avec l’ancien secrétaire de Benoît XVI de mettre fin à une relation tendue
-

Entendre

ROME.- Comme l’avait prévu LA NACION il y a deux mois, ce lundi le Pape François a donné une nouvelle mission pour l’ancien secrétaire particulier de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, archevêque allemand. Gänswein sera nonce (ambassadeur du Saint-Siège) en Lituanie, en Estonie et en Lettonie, comme l’a confirmé le Vatican dans un communiqué.

“Le Saint-Père a nommé Son Excellence Mgr Georg Gänswein, archevêque titulaire d’Urbisaglia et préfet émérite de la Maison pontificale, nonce apostolique en Lituanie, en Estonie et en Lettonie”, indique le communiqué auquel LA NACION a eu accès.

Le pape François s’entretient avec l’archevêque de la Maison papale, Georg Gaenswein, lors de son audience générale hebdomadaire, dans la salle Paul VI du Vatican, le 15 janvier 2020. (AP Photo/Alessandra Tarantino, File)

L’annonce apparaît comme un geste de réconciliation après des mois de tensions entre le jésuite argentin et le prélat allemand de 67 ansà qui le pape a ordonné en 2023 de retourner dans son diocèse d’origine à Fribourg, une décision inhabituelle interprétée comme une punition.

Malgré la complexité de leur relation, le pape François a décidé de donner une nouvelle opportunité pour Gänswein. Dans le passé, Francis avait exprimé son mécontentement à l’égard du livre de Gänswein : Rien que la vérité, ma vie aux côtés de Benoît XVIpublié quelques jours après la mort de Benoît XVI et mis en lumière prétendues différences entre les deux papes.

Dans son récent livre-interview, « Le Successeur, mes souvenirs de Benoît XVI », publié plus tôt cette année, François a mentionné que la publication du livre était « très triste » et un « manque de noblesse et d’humanité ».

Gänswein a accompagné François lors de son premier jour en tant que papeArchive

« Que le jour des funérailles soit publié un livre qui me fait tourner la tête et demi, dire des choses qui ne sont pas vraies, c’est très triste. Bien sûr, cela ne m’affecte pas dans le sens où cela ne me conditionne pas. Mais ça m’a fait mal que Benedicto ait été utilisé. Le livre a été publié le jour des funérailles“J’ai vécu cela comme un manque de noblesse et d’humanité”, déclare-t-il dans ce livre-interview, dans lequel pour la première fois Il a raconté en détail sa coexistence sans précédent, mais harmonieuse, avec son prédécesseur..

Georg Gansweinqui était le bras droit de Benoît XVI depuis 2005 et est resté à ses côtés même après sa démission en 2013, Il était sans poste officiel depuis la mort de Benedicto l’année dernière. Son retour en Allemagne et son manque de rôle actif dans l’Église avaient suscité des spéculations sur son avenir.

En fait, l’année dernière, lorsqu’il s’est rendu à Rome pour célébrer une Messe à la Basilique Saint-Pierre le 31 décembre, premier anniversaire de la mort de Benoît, Gänswein est allé saluer Francisco. A cette occasion, lors d’une audience, il aurait exprimé au Pontife sa volonté de collaborer et son malaise de se trouver sans aucune position, selon certaines voix. Et c’est ainsi que le Pape, dans ce que certains interprètent comme une manière de pardonner, Il aurait décidé de changer le destin de celui que beaucoup pensaient déjà « à la retraite » par avance.

La nomination de Gänswein comme nonce dans les pays baltes arrive à un moment important, alors que le pape François et le roi Charles III sont tous deux confrontés à des problèmes de santé.

Gänswein, qui a été une personnalité influente au Vatican, est désormais chargé de représenter le Saint-Siège en Lituanie, en Estonie et en Lettonie. Cette nouvelle mission lui permettra de poursuivre son service auprès de l’Église dans un rôle diplomatique crucial, apportant sa vaste expérience et ses connaissances dans un contexte international.

Georg Gänswein, surnommé le « George Clooney » du Vatican pour son apparitiona eu une carrière exceptionnelle et multiforme. Né dans la Forêt-Noire allemande le 30 juillet 1956, Gänswein est l’aîné de cinq enfants. Avant d’entrer au séminaire, il a obtenu une licence de pilote, a travaillé comme facteur et moniteur de ski. Il a été ordonné prêtre à Fribourg en 1984 et envoyé à Rome pour étudier le droit canonique, qu’il a ensuite enseigné à l’Université pontificale Sainte-Croix de l’Opus Dei.

Gänswein était aux côtés de Joseph Ratzinger depuis 2003lorsque le cardinal de l’époque et titulaire de l’ancien Saint-Office l’a choisi pour être son secrétaire particulier au sein de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, où Don Georg avait commencé à travailler en 1996.

01/05/2023 le secrétaire personnel du pape Benoît XVI, Georg Gänswein (à droite), à ​​côté du cercueil, lors des funérailles du pontife émérite Benoît XVI, dans la basilique Saint-Pierre, le 5 janvier 2023, à Ciudad del Vatican, Rome (Italie).

16 avril 2005 Le « Père Giorgio » est devenu le bras droit de Benoît XVI, élu successeur de Jean-Paul II. Le 6 janvier 2013, peu avant sa retentissante abdication, pour le récompenser de sa fidélité, Benoît XVI l’a ordonné archevêque et, quelques semaines auparavant, préfet de la Maison papale, poste clé. De cet endroit, en plus de le protéger, cela l’a transformé en quelqu’un de immense influenceen le désignant comme l’homme qui décidait qui pourrait avoir une audience officielle avec le pape d’alors.

Par respect pour Benoît, Francisco a décidé de laisser Gänswein dans ce rôlejusqu’en janvier 2020 lui a demandé de prendre congé lorsqu’une tempête éclata autour de la publication d’un livre de défense du célibat écrit théoriquement à quatre mains par Ratzinger et le cardinal africain ultra-conservateur Robert Sarah.

DOSSIER – Le pape François, lors de son audience générale hebdomadaire, sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 18 octobre 2023. (AP Photo/Alessandra Tarantino, File)Alessandra Tarantino – AP

Ratzinger a demandé que sa signature soit retirée de cette œuvre et Gänswein était soupçonné d’être à l’origine d’une opération que l’aile ultra-conservatrice avait tenté de lancer.en utilisant le pape émérite âgé et fragile.

«J’ai été obligé de demander au secrétaire de Benedicto de demander un ‘congé volontaire’en conservant le poste de préfet de la Maison Pontificale ainsi que le salaire », a rappelé François dans son dernier livre-interview.

Malgré ce passé mouvementé, maintenant une autre étape va commencer. Bien que des versions d’un éventuel poste de nonce du Gänswein se soient déjà répandues dans le passé, cette nouvelle opportunité est une décision inattendue, mais totalement en accord avec cette miséricorde, cette ouverture de cœur et ce manque de rigidité prêché par le premier pape jésuite depuis le début de son pontificat.

Agences AP et AFP

LA NATION

Apprenez à connaître le projet Trust

-

NEXT Les experts trouvent une méthode pour empêcher les chats de détruire le canapé – DW – 04/07/2024