Le Vatican a excommunié un archevêque qui rejetait l’autorité du pape François

-

Il Vatican exclu de l’Église catholique Carlo Maria Viganòarchevêque italien ultraconservateur de 83 ans, pour rejeter l’autorité du pape François. L’homme a été convoqué en juin devant la justice du Saint-Siège pour ses critiques à l’égard du pontife.

Dans un communiqué, le Dicastère pour la Doctrine de la Fe, Il a déclaré que la décision de l’excommunier était pour “son refus de reconnaître et de se soumettre au pontife suprême“En outre, ils ont affirmé qu’ils étaient au courant des déclarations publiques de Viganò par lesquelles il montrait le refus de communion avec les membres de l’église.

Les critiques de l’archevêque italien à l’égard du pape François

Cet influent prélat italien, qui fut ambassadeur du Saint-Siège aux États-Unisa annoncé avoir été convoqué le 20 juin devant la justice de la Vaticanaccusé d’avoir “nié la légitimité du pape François” y “a rejeté le Concile Vatican II“.

papa francisco.jpg

L’archevêque italien a lancé de vives critiques contre le pape François.

Sur son compte du réseau social X, il a évoqué cette convocation et exprimé : «Je répudie, rejette et condamne les scandales, erreurs et hérésies de Jorge Mario Bergoglioqui a une gestion du pouvoir absolument tyrannique.” Par ailleurs, il a souligné que les accusations portées contre lui sont pour lui “un honneur“.

En même temps, il parlait de Concile Vatican II (1962-65), envisageait l’adaptation de l’Église au monde moderne et affirmait qu’« elle représente le cancer idéologique, théologique, moral et liturgique dont l’Église synodale ‘bergoglienne’ est la métastase nécessaire”.

Viganò a été nonce apostolique, l’équivalent de l’ambassadeur du Saint-Siège à Washington, de 2011 à 2016. Il est connu pour son accusations répétées contre le pape et ses positions contre son autorité. Cette mesure exceptionnelle pourrait avoir un fort impact dans les milieux ultra-conservateurs, notamment aux Etats-Unis, où l’opposition au pontificat du pape argentin est forte.

Le pape François a rejeté la légalisation des drogues

Le Souverain Pontife a réitéré sa ferme opposition à la légalisation de la consommation de droguesdénonçant le “marchands de mort“Francisco a fait référence aux pays dans lesquels la consommation de drogue est devenue légale et maintenue : “La toxicomanie ne sera pas réduite par la libéralisation de l’usage des drogues, comme cela a été proposé ou déjà mis en œuvre dans certains pays. C’est un fantasme

Par ailleurs, le Pape a assuré que « c’est un devoir moral de mettre un terme à la production et au trafic de ces substances dangereuses. Il a ensuite qualifié les trafiquants de «meurtriers“Guidé par”la logique du pouvoir et de l’argent“. Il a également dénoncé le “impact destructeur“du trafic de substances dans l’environnement, notamment dans le bassin amazonien.

Devant ça “flagelle“, quoi “semer la souffrance et la mort“, Jorge Bergoglio a appelé à la bienveillance envers les personnes dépendantes, nous invitant à “agir, à nous arrêter dans les situations de fragilité et de douleur, à savoir écouter le cri de solitude et d’angoisse”.

-

PREV L’astuce maison qui peut vous sauver la vie en cas d’urgence selon un ambulancier
NEXT Visa américain : pour VOYAGER dans ces 7 pays, vous pouvez être REFUSÉ