MSC, Hapag-Lloyd et ONE suspendent la réception des paiements en Bolivie pour les transférer au Chili et au Pérou

MSC, Hapag-Lloyd et ONE suspendent la réception des paiements en Bolivie pour les transférer au Chili et au Pérou
MSC, Hapag-Lloyd et ONE suspendent la réception des paiements en Bolivie pour les transférer au Chili et au Pérou
-

Par Comité de rédaction de PortalPortuario/Agence ABI

@PortalPortuario


Compagnie de navigation méditerranéenne (MSC), La table de Lloyd et Réseau Océan Express (ONE) ont décidé de suspendre la réception des paiements en Bolivie par le service du commerce extérieur et a annoncé qu’ils le feraient à partir de ce mois-ci dans les ports de Chili et Pérouoù arrive la plupart des marchandises boliviennes.

Il convient de mentionner que les trois compagnies maritimes sont responsables du transport de plus de 40 % des marchandises exportées et importées qui entrent et sortent de la Bolivie via les zones portuaires chiliennes et péruviennes. La mesure exige que les transactions soient effectuées en dollars uniquement dans les bureaux du Chili et du Pérou.

Ce qui précède a été confirmé par le directeur de l’Administration des Services Portuaires de Bolivie (ASP-B), Dante Justinianoqui a déclaré que “les trois compagnies maritimes n’effectuent plus de transactions dans le pays, même si cela ne signifie pas la suspension des services, mais simplement un changement dans les conditions de paiement”.

Cependant, Justiniano a souligné que la mesure n’affectera pas le commerce extérieur bolivien et que les utilisateurs pourront opter pour le même service fourni par 10 autres compagnies maritimes. “Si j’ai 11 personnes qui me proposent un service et que trois autres m’imposent un mode de paiement, j’ai le pouvoir de m’adresser aux 11 autres qui ne posent pas de conditions et me proposent une offre de livraison”, a-t-il déclaré.

Dans cette logique, le chef de l’ASP-B a indiqué que MSC traite environ 40 % du fret bolivien, Hapag Lloyd 5 % et ONE (Mercator) « n’atteint même pas 2 % ».

“Les autres compagnies maritimes traitent plus de 50% du fret bolivien et elles se déplacent (de la même manière) normalement et le fret expédié dans le pays est payé normalement, sans complications ni problèmes”, a-t-il déclaré.

En outre, il a également dénoncé le fait que les opérateurs du commerce extérieur susmentionnés ont commencé à facturer des commissions de 35% pour pouvoir échanger des devises et assurer les opérations d’importation et d’exportation du Pérou et du Chili.

« Cela peut être résolu, nous parlons d’entreprises transactionnelles qui ont leur propre logique, leurs propres politiques. Mais en tant qu’État bolivien, nous créerons des canaux pour éviter tout préjudice à nos importateurs et exportateurs », a déclaré Justiniano.

En revanche, il a annoncé que la société Lignes de transport maritime Coscoproposera bientôt des propositions avec de nouveaux frais d’expédition qui aideront le commerce extérieur de la Bolivie.


-

PREV Le réformateur Masoud Pezeshkian remporte les élections présidentielles en Iran : il cherchera à ouvrir le pays | International
NEXT La Jornada : Le Courrier Illustré