La Editrice Culturelle a présenté à la Foire du Livre l’œuvre picturale de Niní Bernardello « Dessiner à l’horizon » – Gouvernement de Terre de Feu

La Editrice Culturelle a présenté à la Foire du Livre l’œuvre picturale de Niní Bernardello « Dessiner à l’horizon » – Gouvernement de Terre de Feu
La Editrice Culturelle a présenté à la Foire du Livre l’œuvre picturale de Niní Bernardello « Dessiner à l’horizon » – Gouvernement de Terre de Feu
-

La Terre de Feu a vécu sa journée à la Foire Internationale du Livre, où a été présenté le catalogue de l’œuvre picturale de l’artiste Niní Bernardello « Dibujando en el Horizonte », l’une des dernières publications de l’Éditeur Culturel provincial.

La célébration a eu lieu dans la salle Horacio González du pavillon ocre du Parc des Expositions de La Rural de Buenos Aires, avec la participation de Priscila Vallone, directrice provinciale de l’Editora Cultural de Tierra del Fuego ; Matilde Marín, commissaire ; Fabián Muggeri, designer ; et Juan Fernando García, écrivain.

Vallone a souligné que « l’idée était de montrer l’une des dernières publications de l’éditeur et de revoir l’œuvre poétique de Niní Bernardello, qui, avec son œuvre plastique et poétique, a laissé une marque impressionnante et a été un phare pour les générations futures ».

“Niní est partie dans son corps mais elle reste vivante avec la transcendance et la permanence de son travail, nous nous souvenons d’elle tout le temps, en suivant ses traces et le chemin qu’elle a ouvert aux artistes de la province”, a déclaré le responsable de la rédaction culturelle.

Matilde Marín, la conservatrice du matériel pictural de cette publication, a décrit Bernardello comme un artiste avec une vision et une carrière larges ; « Étant poète et plasticien, un regard se nourrissait de l’autre. J’ai toujours été intéressé par sa polyvalence, par la façon dont elle aimait expérimenter et par la façon dont elle gérait toutes les techniques, ce n’est pas facile et elle l’a très bien fait.

Fabián Muggeri est designer et a travaillé avec Bernardello sur sa dernière publication de sa vie, « Marine Sunsets ». Après la mort de l’artiste, elle a participé à la création du site ninibernadello.com.ar où est publiée son côté poétique et plasticien.

“C’était très difficile de rassembler tout son matériel, de le sélectionner, de trouver la chronologie de son travail et de voir sa recherche, son look contemporain et la façon dont il expérimentait différentes techniques poétiques et visuelles”, se souvient Muggeri.

Pour sa part. L’écrivain Juan Fernando García, qui fut le compilateur de l’œuvre poétique de Bernardello publiée dans le livre « Oficio », a rappelé que « la Foire du livre est un lieu qui pour elle était un espace de rencontres et pour nous c’est toujours un moment agréable de l’amener, évoquez-la, souvenez-vous d’elle et, en outre, continuez à insister sur son héritage non seulement en tant qu’artiste visuel mais aussi en tant que poète.

“Je crois que la poésie de Niní est parmi les meilleures qui aient été écrites en Argentine dans la seconde moitié du XXe siècle, en raison de son œuvre très personnelle et singulière, de son utilisation d’un langage absolument raffiné, de l’utilisation de la connaissance et du fait qu’elle a créé un savoir-faire du mot dans la construction du poème », a-t-il conclu.

-

PREV Cristina Rivera Garza remporte un prix Pulitzer pour son livre sur le meurtre de sa petite sœur
NEXT Le livre que Liliana Bodoc avait publié avant de mourir et que même ses enfants ne savaient pas