tu ne voleras pas. Vol et marché dans l’histoire occidentale – Le plaisir de lire

-

“Prodi retrace le long processus par lequel, depuis le Moyen Âge, s’est tissée la relation intime entre l’État moderne, l’Église et le marché pour donner naissance aux démocraties modernes.”

Cet essai propose une réflexion aussi érudite qu’aiguisée sur la genèse du marché en Occident, cet espace qui, entre le Moyen Âge et l’époque moderne, s’est imposé en Europe comme sujet, comme identité collective et comme un forum autonome pour juger de la valeur des marchandises. Paolo Prodi montre que le système marchand, contrairement à ce que l’on pense habituellement, a représenté historiquement un tout unitaire qui a donné naissance à l’affirmation de l’État de droit, de la démocratie et des libertés sociales et économiques, au point que la démocratie ne peut survivre sans le marché, ni le marché sans démocratie politique. Cependant, à l’ère de la mondialisation, où le pouvoir économique exige un nouveau droit « à la carte » réduisant le droit au contrat, le marché est entré dans une profonde métamorphose dont on entrevoit à peine les contours. Un livre lucide qui offre des clés réfléchies pour entrevoir l’orientation des décennies à venir.
Paul Prodi (Scandiano, 1932 – Bologne, 2016) était un historien, homme politique et professeur d’université, expert en histoire du droit romain et canonique. Il a enseigné l’histoire moderne aux universités de Trente, Rome et Bologne. Il fut l’un des fondateurs de la revue Il Mulino, à partir de laquelle naquit plus tard la célèbre maison d’édition d’essais italienne du même nom, et en 1973, il fonda l’Institut historique italo-allemand, qu’il dirigea pendant plus de deux décennies. Parmi ses nombreux livres, il convient de souligner Une histoire de justice. De la pluralité des juridictions au dualisme moderne entre conscience et droit et Le souverain pontife : un corps et deux âmes.

-

PREV Troisième Foire du livre de Pudahuel
NEXT Pablo Semén présente le livre It’s Among Us