Les associations de libraires demandent l’archivage de la facture du livre

Les associations de libraires demandent l’archivage de la facture du livre
Les associations de libraires demandent l’archivage de la facture du livre
-

(Image de fichier) Foire du livre 2024, organisée à Corferias.

Photo de : Mauricio Alvarado Lozada

Quatre associations du secteur de l’édition en Colombie ont demandé l’arrêt du projet de loi 427 sur le livre qui circule actuellement au Congrès de la République et qui a déjà été approuvé lors du premier débat à la Chambre des Représentants, car elles prétendent ne pas avoir été consultées et définissent le document comme une « explosion ».

Vous etes peut etre intéressé: L’« Effet Venise » ou la Biennale comme catapulte artistique

La demande a été faite à travers une déclaration signée par l’Association colombienne de littérature pour enfants et jeunes (ACLIJ), l’Association des éditeurs universitaires de Colombie (ASEUC) et la Chambre colombienne d’édition indépendante (CCEI). Là, ils demandent que la Commission VI de la Chambre des Représentants dépose le projet de loi numéro 427 « par lequel l’écosystème du livre en Colombie est renforcé et d’autres dispositions sont dictées ».

Parmi les raisons avancées dans le texte, ils considèrent que le projet ne reflète pas les intérêts des auteurs, éditeurs, libraires et autres acteurs de l’écosystème du livre.

« Le projet de loi numéro 427 est un élan dont la rédaction n’a pas compris ni exprimé la complexité du secteur, ni pris en compte les besoins de tous ses acteurs. Nous participerons aux débats et auditions publiques autant de fois que nécessaire, mais notre recommandation reste d’archiver le projet car nous n’y voyons pas une base de discussion fertile ou appropriée », précise la lettre.

De même, les syndicats soulignent que leurs suggestions n’ont pas été prises en compte dans le projet et qu’elles n’ont pas été entendues dans le débat. “Certaines de nos organisations ont parlé avec des membres des UTL de certains représentants à la Chambre, nous ne voyons pas nos suggestions reflétées dans le projet de loi et, par conséquent, nous sentons que nous n’avons pas été entendus”, expriment-ils.

Dans la déclaration, ils citent en exemple le ministère de la Culture, qui travaille sur la loi générale sur la culture, qui assure avoir eu une conversation directe avec le secteur et que, bien qu’il ne soit pas encore public, il a montré son contenu à travers des socialisations. .au secteur.

Selon le document dans lequel le projet de loi 427 est présenté, il vise à « promouvoir un développement réglementaire et institutionnel harmonieux aux niveaux national, départemental, départemental et municipal pour renforcer l’écosystème du livre en Colombie ».

Vous pouvez également lire : Un musée sous-marin protège les coraux dans les Caraïbes colombiennes

-

NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires