Une journée dans ma tête…, critique du livre de Santi Balmes (2024)

Une journée dans ma tête…, critique du livre de Santi Balmes (2024)
Une journée dans ma tête…, critique du livre de Santi Balmes (2024)
-

Santi Balmes Il n’a pas de filtre, comme on dit maintenant. Au moins, il n’a pas le temps de parler de lui, ce à quoi il se consacre dans ces 192 pages. Appelez cela un déficit d’attention, une hyperactivité ou des pensées qui se chevauchent. Ici, ils débordent, et cela se limite théoriquement à un jour donné de leur vie. Le bilan est épuisant. Une imagination inépuisable. Une turbine pour relier les idées qui bouleverse. Et il alterne des moments pétillants et amusants avec d’autres moins réussis. Je suis convaincu qu’il le sait lui-même et qu’il l’assume. Et je suis sûr que cela fait partie de son charme.

Après tout, c’est quelque chose qui s’est également produit fréquemment dans certains albums de L’amour des lesbiennes et surtout dans plusieurs de ses concerts. La combinaison de moments marquants, où l’inspiration volait haut, avec un humour qui, du moins pour moi, en particulier, m’a rendu indigeste et m’a fait oublier à quel point je les aimais à l’époque. “Manœuvres d’évasion” (2005), “Histoires chinoises pour enfants du Japon” (2007) et une grande partie de “1999” (2009), ses trois premiers albums en espagnol.

Ici, les moments hilarants alternent (j’ai ri plus d’une fois) avec d’autres que je trouve un peu encombrants, notamment lorsqu’il s’engage dans des conversations imaginaires surréalistes avec Charles Bukowski. J’aime cependant le jeu extrait de nombreuses chansons choisies, regroupées en playlists à la fin de chaque section. Il y en a plus d’une centaine, je pense. Le tout d’auteurs très divers. Du Velvet Underground à David Bowie. Et ce qui m’a le plus convaincu, et de loin, dans ce livre irrégulier et sans trop de prétentions, bien qu’il soit très bien écrit (pour mieux mesurer son pouls littéraire, il a déjà d’autres ouvrages), c’est le chapitre consacré à expliquer ce que signifie être Catalan d’aujourd’hui : cela me semble cadrer. Sa lecture devrait être obligatoire en fonction des domaines.

-

NEXT les subventions aux livres sont discriminatoires