Les 10 livres incontournables à lire cet été : de Stephen King à Gabriel García Márquez

Les 10 livres incontournables à lire cet été : de Stephen King à Gabriel García Márquez
Les 10 livres incontournables à lire cet été : de Stephen King à Gabriel García Márquez
-

Dix bons livres à lire cet été

Nous avons assisté à une belle saison littéraire qui marque désormais son tournant avec l’arrivée de l’été. Depuis Infobae Espagne Nous avons commenté quelques livres incontournables à lire tout au long de ces mois et, à cette occasion, nous avons sélectionné dix titres cela nous emmène des auteurs dédiés aux petites découvertes.

Bien sûr, il en reste beaucoup sur le chemin et il faudrait y ajouter des œuvres fondamentales pour comprendre cette année littéraire comme Un animal sauvagede Joël Dicker; le recueil d’histoires Un endroit ensoleillé pour les gens sombresde Mariana Enriquez; L’appelle livre effrayant de Leïla Guerriero sur l’un des survivants de la dictature argentine ; Sois à moidu ignifuge Richard Ford ou le joyau de la couronne, Biographie de Xde Catherine Laceyun livre totémique.

“Si vous aimez le noir”, de Stephen King. (Plaza & Janés)

Il retourne roi de la terreur Ou qu’est-ce qui est pareil, Stephen King. Après le coup porté à l’ère Trump houxmaintenant l’écrivain lance ceci recueil d’histoires qui rassemblent leur essence dans sa forme la plus pure pour plonger dans la partie la plus sombre de l’être humain. Une anthologie de 12 histoires indispensable à lire petit à petit tout au long de la période estivale.

“La diseuse de bonne aventure et l’idiot”, Jonas Jonasson. (Salamandre)

L’auteur de Best-seller Le grand-père qui a sauté par la fenêtre et s’est enfuinous propose une nouvelle satire de quoi nous ravir par l’originalité de sa proposition et son sens ludique de la littérature. Dans ce document, une jeune astrophysicienne nommée Petra a calculé que l’atmosphère va s’effondrer dans 12 jours. En parallèle, nous rencontrerons une série de personnages qui se retrouvent dans une situation extrême. À partir de ce postulat, l’écrivain réfléchira sur notre présent à travers des instantanés comme surréaliste comme révélateur qui fait rire et pleurer en même temps.

« Août bleu », de Deborah Levy. (Maison aléatoire)

Le nouveau roman du dramaturge, poète et romancier britannique, plusieurs fois finaliste au Prix ​​​​Man Booker. A cette occasion il nous propose une histoire de mélancolie et de métamorphose, ainsi que de liberté de créationà travers un personnage féminin, un pianiste virtuose 34 ans qui est au sommet de sa carrière lorsqu’en plein concert, il entre dans un blocage absolu. A partir de ce moment, nous entrerons dans un espace de recherche qui nous emmènera d’Athènes à Paris et qui nous ramènera à une enfance perdue, à un passé qui réclame encore sa vengeance nostalgique à travers les objets ou les ressources les plus inattendus.

“La Centrale”, d’Élisabeth Filhol. (Anagramme)

Maintenant que nous disposons d’un peu de temps, cela vaut la peine de s’arrêter dans ce roman qui explore le coeur d’un centrale nucléaire et les gens qui y travaillent pour parler d’incertitude, insécurité du travail et une peur constante. Grâce à cette histoire, nous apprendrons qu’il existe en France 56 réacteurs nucléaires en activité qui emploient quelque 40 000 personnes qui, pour la plupart, sont sous-traitées. Une exploration fascinante d’une série d’existences qui oscillent entre danger et vie quotidienne à travers une prose hypnotique.

“Baumgartner” de Paul Auster. (Seix Barral)

Après la mort du grand écrivain américain, il est indispensable de récupérer son œuvre presque posthume, dans laquelle, déjà très malade du cancer et après sept ans de silence, il revint avec un roman crépusculaire mettant en vedette un homme septuagénaire tourmenté par la perte de sa femme. Ongle pièce élégiaque dans lequel l’auteur déploie son talent narratif habituel pour aborder le deuil, le coucher du soleilà travers le plus précieux introspection.

« Rendez-vous en août » de Gabriel García Márquez. (Maison aléatoire)

A cette occasion, ce roman a été publié à l’occasion du 97e anniversaire de la naissance du prix Nobel de littérature. C’est une nouvelle qui a été conçue comme une histoire et qui est aujourd’hui récupérée par ses enfants après plusieurs réécritures par l’auteur. C’est un travail de encouragement féministe mettant en vedette une femme qui, chaque année au mois d’août, prend un ferry pour se rendre sur l’île où est enterrée sa mère. Ainsi, à chaque voyage, lors de cette petite escapade, vous vivrez une série de expériences libératrices.

“La Séduction”, de Sara Torres. (Livres de réservoir)

On se laisse absolument séduire par cela nouvelle voix féminine qui est devenu une véritable révélation avec son précédent roman, Ce qu’il y a. A cette occasion, le désir est une fois de plus mis au premier plan à travers l’histoire entre un jeune photographe et un écrivain chevronné entre qui va s’établir une relation d’amitié dans laquelle il y a de la place pour fantasme sexuel. Ongle prose immersive et hypnotique qui fascine et remue.

« Pissenlits », de Yasunari Kawabata. (Seix Barral)

Cette œuvre d’un des grands est récupérée avant-garde des lettres japonaisesauteur de pièces majeures telles que Le beau et le triste et mentor du légendaire Yukio Mishima. C’est aussi un texte posthume (l’auteur s’est suicidé) et il est publié pour la première fois dans notre pays, ce qui représente une somme considérable. événement. Il s’agit d’une réflexion sur les décisions humaines à travers l’histoire d’une jeune femme amoureuse qui souffre d’une étrange condition, la « cécité corporelle », par laquelle les personnes et les objets qu’elle aime deviennent invisibles, c’est pourquoi elle sera admise dans un centre psychiatrique. Absolument dévastateur.

« De l’autre côté », de Can Xue. (Aristas Martínez)

Il fait partie chaque année des incontournables de la liste des favoris des lauréats du prix Nobel. Après La frontière, Des nuages ​​flottants déjà vieillis ou Feuilles rougesce volume est récupéré, ce qui constitue un recueil d’histoires cela nous rapproche de la personnalité de cet auteur incontestable. dix histoires dans lequel le paysage physique et fantomatique acquiert une importance fondamentale, ainsi que reflet du temps passé, présent et futur.

« Deux ou trois choses dont je suis sûr », par Dorothy Allison. (Errata Naturae)

Après le roman qui l’a propulsée au rang de succès culte, Bâtardcette écrivaine fondamentale revient pour comprendre sa génération, qui se consacre à décortiquer le les femmes de sa famille pour leur rendre hommage à travers une prose aussi lyrique que parfois acérée. Ongle demande féminine contre les abus du patriarcat plein d’humour et la beauté narrative, qui a sa caractéristique viscérale et irrévérencieux.

-

PREV LIVRES | África Alonso, auteur de « A Timid Light » : « J’avais du miel sur les lèvres et je voulais juste écrire » | Le journal espagnol
NEXT Les 100 meilleurs livres du 21e siècle, gracieuseté du New York Times