Le récit de Buenos Aires du « Microcentro Cuenta Cuentos » a déjà son anthologie

Le récit de Buenos Aires du « Microcentro Cuenta Cuentos » a déjà son anthologie
Le récit de Buenos Aires du « Microcentro Cuenta Cuentos » a déjà son anthologie
-

Le livre “Microcentro 9 stories” a été présenté au centre culturel Arthaus Central

L’anthologie Microcentre 9 étagesédité à partir du concours littéraire Microcentre du contea été présenté à Arthaus Central avec la participation des gagnants, l’éditeur Ana Ojedale coordinateur du concours, Ignacio Iraolaet Javier Grossmandirecteur de la société de production organisatrice.

Microcentre du conte Il a été créé dans le but de faire connaître de nouveaux récits sur la ville de Buenos Aires, en plus de promouvoir la création littéraire. Le jury était composé des écrivains Mariana Enriquez et Fabien Casaset le journaliste Lala Toutonian.

Javier Grossman Il a souligné que le concours est devenu un stimulant pour générer de nouvelles idées : « Nous aimons les histoires et, par-dessus tout, nous aimons créer les environnements nécessaires pour que les jeunes auteurs puissent les raconter », a-t-il déclaré. Il a exprimé une grande fierté et un grand bonheur de présenter un livre d’histoires urbaines centré sur le Microcentre de la Ville de Buenos Aires, et il a remercié tous ceux qui lui ont permis de réaliser le concours.

L’anthologie est composée des neuf œuvres finalistes du concours “Microcentro Cuenta Cuentos”.

Pour sa part, Ignacio Iraola Il a exprimé l’importance que les concours ont dans la carrière d’un écrivain pour se faire connaître, car ils constituent la garantie d’être lu. “Dans ce cas, il y avait un jury d’un immense prestige qui a permis à de nombreuses personnes de se présenter”, a-t-il résumé.

Ana Ojeda, éditeur du livre, s’est concentré sur une analyse exhaustive et détaillée de chacune des histoires qui font partie de ce livre. Il a souligné leurs points de rencontre, leurs différences, leurs thèmes, leurs problèmes et leurs voix. « Je trouve intéressant d’étudier quelle image émerge de cette partie de la ville installée dans le discours public comme la Ville. C’est-à-dire comme une synecdoque de la ville dans son ensemble. Les neuf récits de cette anthologie peuvent s’organiser autour de deux axes antagonistes : d’une part, l’idée du grand nombre versus ce qui se passe à huis clos, c’est-à-dire le privé (parfois intime) et le public », a-t-il expliqué.

Ojeda Il a annoncé que dans l’anthologie il y avait des histoires de policiers corrompus, de familles en tension, d’attentes aux fenêtres, de TOC, de procédures, de dessins avec un modèle vivant, d’ouvriers de boulangerie, au bord de la psychose. Voyages en train, voyages en métro, voyages en bus. Les gens traversant des rues bondées ou vides ; les gens qui vont au travail, qui reviennent du travail ; qui cherche du travail ; les places, les pauvres, les chiens, les piétons, les désirs, les espoirs et les attentes.

Le jury composé de Lala Toutonian, Mariana Enriquez et Fabián Casas, et du coordinateur Ignacio Iraola, ainsi que de la gagnante du concours, Renata Bergna

Pour clôturer l’événement, certains des gagnants ont pris la parole et ont exprimé leurs motivations pour écrire ces pièces, en plus de faire avancer leurs projets futurs. Renata Bégna Il est revenu à Ojeda pour souligner à quel point il est surprenant de découvrir à quel point « toutes les histoires sont entrelacées d’une manière ou d’une autre. Différents écrits et auteurs ont capturé un air similaire au microcentre de Buenos Aires.

Julia Díaz Luque, originaire de Cordoue, a souligné sa particularité d’être originaire d’une province et de parler du Microcentre de la ville de Buenos Aires. « Ma condition de non-habitant de Buenos Aires m’a fait réfléchir sur ce que j’avais à dire sur ce lieu dont je connais à peine les limites. Cela m’a ramené à l’époque où je venais faire de la paperasse, presque comme un étranger, et à l’époque où je vivais à l’extérieur du pays, où l’on s’approprie cet endroit très étranger.

L’anthologie est composée des neuf œuvres finalistes du concours appartenant à Renata Bégna, Emiliano Pérez Garay, Nicolas Fernández Murian, Sofia De Cucco Alconada, Julia Díaz Luque, Gabriel Avalos Abouin, Leandro Manuel Calle, Nicolas Hochman et Julien Di Benedetto.

[Fotos: gentileza prensa MCC]

-

PREV “C’est l’album de nos plus beaux souvenirs” : Jean Ferrari et les détails du livre El Comercio qui célèbre les 100 ans de l’U | Centenaire | Archives historiques d’El Comercio | Pedro Ortiz Bisso | LUMIÈRES
NEXT Les librairies de Castilla-La Mancha affichent leur “profond mécontentement” face à la gestion de la Banque du Livre