Francisco Martínez Bulnes Ibahernando : Lire en été

-

S’il existe une période favorable pour lire, même si toute période est toujours bonne, c’est bien l’été. Pendant les longues journées de vacances d’été, il donne du temps pour tout ce qui ne peut être fait avec un dévouement exclusif pour des raisons professionnelles. Les vacances d’été sont un bon moment pour se consacrer pleinement à la lecture, ou à la relecture, du livre choisi pour se lancer dans l’aventure, l’histoire ou la fiction d’un bon roman parmi la large vitrine qui s’offre au plaisir de la lecture. Le grand écrivain argentin Jorge Luis Borges disait : « Il y a ceux qui ne peuvent pas imaginer un monde sans oiseaux ; Il y a ceux qui ne peuvent pas imaginer un monde sans eau ; Quant à moi, je ne peux pas imaginer un monde sans livres. À une autre époque, il a même déclaré : « Je ne suis pas fier des livres que j’ai écrits ; mais d’après les livres que j’ai lus. Je pense la même chose que l’auteur de « Aleh ». Sans l’apport – à la connaissance – du livre et de sa lecture, il y aurait un vide difficilement imaginable. Il est vrai que les nouvelles technologies ont incorporé d’autres terminaux de connaissance, mais elles ne pourront jamais remplacer l’intimité ou la compagnie qu’offre le livre imprimé dans ces moments de complicité mutuelle entre le livre et le lecteur. Javier Cercas, notre tout nouveau membre de l’Académie royale espagnole de langue, définit également le moment de la lecture comme un exercice de réciprocité entre l’auteur et le lecteur. Pour donner l’exemple, je me suis laissé conduire, pour la deuxième fois, par la main de Camilo José Cela et, avec lui, je marche et je vois, avec sa meilleure plume, le paysage et les habitants des endroits les plus inaperçus de la planète. première ligne. “Del Miño, al Bidasoa” est une œuvre illustrative, descriptive et divertissante, comme ses autres livres : “Voyage à Alcarria” et “Juifs, Maures et Chrétiens”. Cela, au langage épuré, spontané et populaire, nous ravit toujours avec les petites histoires qui surgissent au fil du chemin avec les personnages attachants qu’il rencontre de manière inattendue. Car qu’est-ce que la vie ? sinon un long voyage de contemplations, de rencontres et d’adieux. Mes meilleurs vœux vont donc à tous ceux qui, pendant leur temps libre, choisissent de se consacrer pleinement à la lecture du livre qu’ils préfèrent et oublient l’enchevêtrement politique des canulars, de la boue et des tribunaux. Bonne lecture et bon été !

Ce contenu est exclusif aux abonnés

Choisissez la formule d’abonnement qui vous convient le mieux.

Êtes-vous déjà abonné? Se connecter

-

PREV Ce sont les livres les plus recommandés par les psychologues en ce moment
NEXT Un livre pour découvrir les affaires