Résidus de Quiulacocha | Ressources du Cerro de Pasco | Exploitation minière | Cerro de Pasco prépare les conditions finales pour explorer les résidus de Quiulacocha | ÉCONOMIE

Résidus de Quiulacocha | Ressources du Cerro de Pasco | Exploitation minière | Cerro de Pasco prépare les conditions finales pour explorer les résidus de Quiulacocha | ÉCONOMIE
Résidus de Quiulacocha | Ressources du Cerro de Pasco | Exploitation minière | Cerro de Pasco prépare les conditions finales pour explorer les résidus de Quiulacocha | ÉCONOMIE
-

Ressources Cerro de Pasco Inc. (CDPR) a communiqué qu’elle est actuellement en train de répondre aux dernières exigences relatives à une servitude légale de deux ans, donnant accès aux superficies correspondant à la concession El Metalurgista de la CDPR et au projet de résidus Quiulacocha.

La servitude, qui permet à la société de mener des activités d’exploration dans le cadre d’un programme de forage sonique de 40 puits, devrait être approuvée par résolution suprême en décembre de cette année.

Chronologie du processus de servitude

Le processus de servitude a été initié par le CDPR le 25 août 2022 avec l’autorisation et l’orientation de la Direction Générale des Mines (DGM) du Ministère de l’Énergie et des Mines (Minem).

Les audiences ont eu lieu entre le CDPR et Activos Mineros SAC (AMSAC), qui contrôle les droits de surface sur toute la zone du projet de résidus Quiulacocha. Ayant confirmé le rejet de l’AMSAC à une servitude foncière volontaire, la DGM a soutenu le début d’un processus de servitude légale (ou forcée).

Le processus reconnaît que CDPR a un droit irrévocable et indéfini d’explorer et d’exploiter la concession El Metalurgista, qui englobe les résidus Quiulacocha.

Toutefois, des retards sont survenus à la suite de deux appels distincts et consécutifs déposés par l’AMSAC. La première a été examinée par le Conseil minier indépendant et résolue par le DGM. La seconde, présentée le 19 septembre 2023, est actuellement en cours, et doit être évaluée par le Conseil des Mines le 30 novembre.

« Les appels de l’AMSAC, bien entendu, échappent à notre contrôle. Ce processus a été long, mais les servitudes forcées sont rares et ne se sont produites que cinq fois dans le passé. Nous respectons les formalités du pays et reconnaissons la diligence des autorités qui continuent de nous aider à sortir de l’impasse et à aller de l’avant. La servitude ouvrira la voie à un développement rapide du projet de résidus Quiulacocha»a déclaré Guy Goulet, PDG de Ressources Cerro De Pasco.

--

En raison des retards dus aux appels de l’AMSAC, la résolution suprême devrait être présentée pour signature en décembre. « Il s’agit d’un projet pleinement soutenu par la communauté locale et qui revêt une importance cruciale pour Colline Pasco», a noté Guy Goulet.

Les travaux à Quiulacocha Tailings

Pendant la saison des pluies au Pérou, le processus de forage est difficile. Cependant, “« Il est possible de forer sous la pluie, à condition que les conditions permettant une exécution sûre et de qualité soient réunies. », a noté le CDPR. Un autre facteur à considérer est le phénomène El Niño.

En conséquence, le CDPR prévoit de commencer les études géophysiques et tomographiques avant la fin de l’année, ainsi que de lancer le programme de forage des résidus de Quiulacocha dès que les conditions météorologiques le permettront.

Selon le nouveau calendrier, le CDPR prévoit d’achever le programme de forage de 40 puits et la première phase de l’évaluation économique préliminaire (PEA) des résidus. Quiulacocha pour le deuxième trimestre 2024.

Le CDPR paiera à l’AMSAC environ 1 million de dollars américains pour la servitude et sera autorisé à accéder et à forer dans sa propre zone de concession pendant une période pouvant aller jusqu’à deux ans, donnant ainsi accès aux zones de surface d’El Metalurgista du CDPR.

A LIRE AUSSI : Les travailleurs de Las Bambas entameraient une grève illimitée fin novembre

-

-

PREV Ica : le gouverneur régional Jorge Hurtado annonce 50 voitures de patrouille et 200 motos pour la police | ÉDITION
NEXT Ricardo Gallardo inaugure la restauration de l’Atrium de l’Église de Tlaxcala