Breaking news
Qui est dans la mêlée électorale à Jhabua (ST) ? -

Le cénote de Chapalla, la majestueuse attraction touristique cachée dans les hauteurs d’Ayacucho : mysticisme et histoire derrière l’espace naturel

Le cénote de Chapalla, la majestueuse attraction touristique cachée dans les hauteurs d’Ayacucho : mysticisme et histoire derrière l’espace naturel
Le cénote de Chapalla, la majestueuse attraction touristique cachée dans les hauteurs d’Ayacucho : mysticisme et histoire derrière l’espace naturel
-

Au cœur d’Ayacucho, le cénote de Chapalla se révèle comme un trésor naturel, fusionnant la beauté de ses eaux cristallines avec les mythes et légendes locales. (TV Pérou)

Dans le centre urbain de Carampa, district d’Alcamenca, province de Víctor Fajardo, à Ayacuchoon y trouve un majestueux trésor naturel : le cénote de Chapalla. À première vue, cet espace naturel ressemble à un cratère caché dans des terres arides.

D’un diamètre de 50 mètres, le cénote est situé 3 200 mètres d’altitude. Il est limité au nord par la rivière Pampas ; à l’est avec le ravin Parahuana Huaycco, jusqu’à Ampo Orcco ; au sud avec la sierra de Toma, la colline de Ccatun Pampa, la colline de Taulli et la Quebrada de Patara, qui se jette dans la rivière Caracha ; et à l’ouest avec la rivière Caracha, jusqu’à sa confluence avec la rivière Pampas à Collobamba.

Ce phénomène naturel a la forme d’un puits, semblable aux cenotes mexicains, qui a inspiré son nom. Selon TV Perú, « c’est le seul cénote péruvien caché à Ayacucho ». Ce qui fascine vraiment les locaux, ce n’est pas seulement sa structure, mais aussi le gamme de couleurs de ses eaux cristallines et le calme qu’offre le lieu, un havre de paix en pleine nature. C’est une source qui émerge imposante et sereine, ornant le paysage de teintes changeantes, du bleu au jade et au turquoise, captant l’attention des visiteurs.

Nous explorons l’histoire et la signification spirituelle du cénote de Chapalla, connu en quechua sous le nom de Huariñahuai. (Composition Infobae : Agence de Voyage à Ayacucho)

Les habitants de la région ont une légende sur la formation du Cénote de Chapalla. Selon la tradition orale, l’endroit qu’occupe aujourd’hui le cénote était à l’origine une église. Son naufrage aurait cédé la place à la formation de cet écrin naturel.

En dialogue avec Pérou 21l’enseignant Edwin Campos Cisneros Il a expliqué que le nom de l’attraction touristique vient du quechua et est Huariñahuai, qui signifie œil de Pachamama.

Cette histoire est cependant antérieure à l’ère coloniale. Avant l’arrivée des colonisateurs, c’était un site sacré pour civilisations préhispaniques, utilisé pour les rituels et les offrandes. Elle était considérée comme un lieu de connexion spirituelle intense avec la nature et les divinités précolombiennes.

Lors de l’arrivée des Espagnols, la vie des peuples autochtones a connu des changements dramatiques. Les sanctuaires ancestraux furent détruits, les habitants dépossédés de leurs terres et les premières haciendas surgirent, comme Carampa, Chaqa, Kullubamba, Qaqitunaentre autres, transformant complètement le paysage.

Un lieu sacré, avant même l’arrivée des Espagnols. (Agence de voyages Ayacucho)

L’empire Wari atteint la région de Chapalla. Des preuves architecturales et d’autres vestiges révèlent sa présence. Cette culture accordait une grande importance aux lagunes et au soleil en tant qu’entités sacrées, transformant la zone en un espace de dévotion à Pachamama, la Terre Mère.

Aujourd’hui, cette vénération persiste. Les habitants locaux Ils considèrent bien cette eau comme un Apu, divinité tutélaire, et continue d’offrir du respect et des offrandes, comme des fruits. De plus, ils placent des bougies, dans un acte de gratitude et d’harmonie avec la nature.

Les cénotes sont des phénomènes naturels formés par la filtration de l’eau, en connexion avec les réseaux fluviaux souterrains et la mer. (Edmond Véreau)

--

La couleur distinctive et captivante du cénote de Chapalla est due à un facteur surprenant : la présence de roche calcaire dans ses environs. Cette roche, formée par le minéral calcaire, est responsable des teintes uniques de l’eau du cénote.

C’est l’interaction chimique entre la roche calcaire et l’eau qui confère cette nuance particulière. Ce phénomène naturel est non seulement l’une des caractéristiques les plus remarquables du cénote, mais contribue également à son attractivité.

De plus, la roche calcaire joue un rôle crucial dans l’écosystème des cénotes. Il est connu pour son capacité à filtrer l’eaucréant des conditions favorables à la vie aquatique et enrichissant ainsi la biodiversité de la zone.

La communauté locale vénère le cénote comme un Apu, une divinité, et maintient des traditions d’offrandes et de respect. (Visite du cénote de Chapalla)

La journée d’exploration à Ayacucho commence tôt, à 6h50 du matin, sur la Plaza de Armas, en face de la cathédrale d’Ayacucho. De là, les aventuriers partent vers le centre urbain de Carampa, dans la commune d’Alcamenca, province de Víctor Fajardo.

Après un bref arrêt à Condorcocha pour le petit-déjeuner (non inclus dans le forfait), le groupe arrive vers 10h30 au cénote de Chapalla. Cet espace naturel possède des eaux vertes qui pourraient provenir de sources souterraines. La beauté du cénote captive à la fois les visiteurs et les locaux.

Le prochain arrêt est les grottes de Anjaramachay, huit minutes de descente du cénote. À l’intérieur, se trouvent des eaux turquoise cristallines, idéales pour la photographie. L’exploration dans ces grottes a une limite pour des raisons de sécurité, liées à la diminution de l’oxygène.

Pour le déjeuner, le groupe visite les mamitas vianderas, qui proposent des repas (en supplément). Le retour à Huamanga est prévu à 14h30 et la journée se termine vers 18h00.

Le cénote de Chapalla est unique au Pérou et se différencie par son emplacement en haute altitude et sa riche histoire culturelle. (Agences de voyages Ayacucho)

Les cénotes, puits d’eau profonde, sont considérés comme des joyaux naturels. Ils sont formés par la filtration des pluies et des courants des rivières souterraines, dont l’origine remonte aux périodes Glaciers du Pléistocène. Ces puits font, pour la plupart, partie d’anciens réseaux fluviaux souterrains.

Un aspect fascinant est son lien avec la mer. Beaucoup d’entre eux sont des extensions de systèmes fluviaux souterrains. Dans ces puits, la différence entre les densités de l’eau douce et de l’eau marine est notable, avec des transitions qui peuvent se produire à à plusieurs kilomètres de la côte.

Cette transition, connue sous le nom d’halocline, provoque des effets visuels impressionnants. La nette distinction entre les couches d’eau douce et salée offre un spectacle unique. Les couleurs, la réfraction de la lumière et la nette division entre les deux types d’eau sont visuellement frappantes, présentant un contraste aquatique qui éveille la curiosité et l’émerveillement.

-

-

PREV “Excusez-vous auprès des gens”
NEXT “Excusez-vous auprès des gens”