Breaking news
De Zerbi arrive sur le marché -

Monsalve confirme que le Venezuela a accepté de bénéficier d’une procédure d’expulsion en mai

Monsalve confirme que le Venezuela a accepté de bénéficier d’une procédure d’expulsion en mai
Monsalve confirme que le Venezuela a accepté de bénéficier d’une procédure d’expulsion en mai
-

Le sous-secrétaire de l’Intérieur, Manuel Monsalve, confirmé ce jeudi que Le Venezuela a accepté de bénéficier d’un processus d’expulsion de notre pays -par voie aérienne-, qui aura lieu dans deux semaines.

“Nous informons qu’hier nous avons reçu – par la voie diplomatique – une réponse du Ministère des Relations du Gouvernement du Venezuela, accepter un vol pour le processus d’expulsion au cours de la première semaine de mai” a expliqué Monsalve.

Dans le même esprit, le sous-secrétaire a souligné qu’« au cours de la journée d’aujourd’hui, dans le cadre du Consensus de BrasiliaJ’espère avoir des dialogues qui nous permettent de garantir d’avoir des plans de vol et non il suffit de demander les autorisations chaque fois qu’un vol est nécessaire, mais ayez des plans de vol qui peut avoir un itinéraire connu, d’accord, d’accord.”

Monsalve a également détaillé qu’il y a 150 citoyens vénézuéliens qui seront expulsés dans le processus qui débutera le mois prochain.

En ce sens, l’autorité a soutenu que Sur un vol charter, 60 personnes expulsées ont pu monter à bordil faudra donc plus d’un voyage pour achever l’ensemble du processus, c’est pourquoi il a demandé la création de celui-ci. “plans de vol”.

Il Consensus de Brasilia Il s’agit d’un mécanisme d’intégration régionale créé en 2023, composé de 12 pays d’Amérique du Sud, et qui vise à renforcer et à resserrer les liens entre ses participants.

PROJET DE CONTRÔLE DES SUJETS D’EXPULSION

Parallèlement, l’équipe de l’Intérieur a annoncé la présentation d’un projet de loi visant à renforcer le contrôle des personnes bénéficiant d’ordres d’expulsion.

À l’heure actuelle, il apparaît que la conception envisagée par l’Exécutif est élargir les sujets d’expulsion et imposer des mesures de précaution pour eux.

Il député socialiste Raúl Leiva Il a annoncé que “ces modifications juridiques annoncées vont de pair avec la possibilité d’améliorer le contrôle de ces personnes, soit par l’application de mesures de précaution, soit à terme, ériger l’outrage administratif en délit“.

Son pair de l’UDI Henry Leal a révélé qu’« au Chili, il y a près de 20 mille expulsions en attente. C’est pratiquement impossible de tout contrôler ces personnes”.

Ainsi, “Je pense que nous devons recourir à des mesures technologiquesou des mécanismes qui permettent à ces personnes de devoir se rendre à un certain endroit, dans un commissariat de police, pour établir et renouveler définitivement leur adresse.”

-

PREV PCB à Plottier : Jorge Lara et Ricardo Esquivel sont convoqués pour témoigner dans l’affaire des dossiers déposés
NEXT Ils dénoncent que les conseillers de Bucaramanga auraient payé pour nommer un représentant