Salles de bains et micro-ondes inondés par des cafards : c’est ainsi que fonctionne la police des transports de San José

Salles de bains et micro-ondes inondés par des cafards : c’est ainsi que fonctionne la police des transports de San José
Salles de bains et micro-ondes inondés par des cafards : c’est ainsi que fonctionne la police des transports de San José
-

Les policiers de San José Transit travaillent dans un commissariat aux toilettes inondées, à la salle à manger négligée et au four à micro-ondes infesté de cafards. Les images partagées sur ce support par les agents dénotent les besoins auxquels ils sont confrontés dans leurs espaces de travail.

Dans l’une des vidéos, vous pouvez voir comment l’eau déborde des toilettes, tandis que le policier marche même sur le sol inondé. L’un des urinoirs est bouché, sale et plein de corrosion et il n’y a pas d’eau dans aucun des lavabos. Dans un autre audiovisuel, on voit des cafards sortir du micro-ondes.

Selon un agent de la police de la circulation en poste dans cette délégation, située à côté du viaduc de Zapote, bien qu’ils disposent de personnel de nettoyage, les installations sont généralement sales en raison du manque d’entretien des toilettes. Par exemple, si un tuyau éclate, ce sont les mêmes collègues qui « courent » acheter le tuyau et la colle pour faire la réparation, a-t-il dénoncé.

Il a ajouté que dans le passé, des fumigations périodiques étaient effectuées pour minimiser les parasites, mais que ce service n’est plus disponible. Ces plaintes et d’autres liées au manque d’uniformes ou de pièces de rechange pour leurs véhicules ont été présentées à la Direction et au siège, mais elles n’ont pas reçu de réponse, a déclaré le responsable, dont le nom ne sera pas mentionné dans cette note, car il craint des représailles. dans son travail. .

EN SAVOIR PLUS: La police de la circulation a été réduite de 30 % au cours de la dernière décennie

La délégation de la police routière de Zapote C’est le seul qui s’occupe de tous les incidents de la capitale et au moins 20 agents y travaillent par équipe. Aucun d’entre eux n’a d’endroit décent pour manger, ni d’appareil propre pour réchauffer les aliments, a rapporté l’agent.

Plaintes connues et négligées

Selon Gustavo Mora, membre du CTP-MOPT et de la section Police routière de l’Association nationale des employés publics et privés (ANEP), les blattes ne sont pas seulement présentes dans le four à micro-ondes, mais aussi dans les véhicules, car les fonctionnaires ne disposent pas d’un endroit approprié. manger et ils choisissent de le faire dans les unités.

“Dans les toilettes, il n’y a souvent pas d’eau et quand il y en a, elles sont inondées”, a confirmé Mora. De plus, il a indiqué qu’en raison de ces débordements, il est courant que la réception du bâtiment, ainsi que d’autres zones, dégagent une odeur d’urine.

Mora a souligné que, bien que le ministère de la Santé ait été informé de cette situation, la délégation n’a pas été fermée. “L’année dernière, un jour de pluie, de l’eau est entrée dans le plafond et un collègue a vu un fragment du plafond tomber sur son pied, ce qui l’a laissé incapable d’agir pendant un mois”, a-t-il déclaré.

Outre les dégâts causés au bâtiment, Mora a indiqué que la délégation de Zapote était devenue un entrepôt d’unités non fonctionnelles. D’autres voitures de patrouille défectueuses ont également été emmenées dans l’espace où opérait auparavant l’école de police des transports.

Enfin, il a indiqué qu’actuellement les agents de la circulation travaillent dans des rôles 2x2x2, dans lesquels ils travaillent pendant deux jours consécutifs, se reposent pendant deux jours et retournent ensuite au travail pendant deux jours. Selon des sources, depuis la mise en place de ce type d’équipe, le temps d’attente pour intervenir en cas d’incident est passé d’une à cinq heures, car il n’y a pas les agents nécessaires à chaque équipe.

Afin de trouver une solution à tous ces problèmes, Mora a demandé des rencontres avec les autorités compétentes. Cependant, il a déclaré qu’ils n’avaient pas reçu de solution concrète et ont seulement indiqué qu’ils travailleraient sur cette question.

Il a averti que si les mauvaises conditions de travail persistent, ils chercheront le soutien de différents députés qui ont déjà exprimé leur soutien aux policiers concernés et n’ont pas exclu une manifestation de la police des transports.

Selon Mora et l’officier qui s’est entretenu avec ce média sous anonymat, la situation au sein de la police s’est aggravée depuis plusieurs mois. Ils attribuent cela aux décisions de la Direction de la police routière, comme l’unification des sous-délégations existantes dans différentes zones de San José en une seule située à Zapote. Il a soutenu que lorsqu’un responsable exprime son mécontentement, il reçoit des « sanctions », comme une mission de plusieurs semaines ou des transferts dans des délégations plus éloignées.

Des images prises au poste de police des transports à Zapote montrent des salles de bains inondées et des cafards dans le micro-ondes. (LN avec images fournies)

Que dit le MOPT ?

En réponse aux questions adressées au bureau de presse du ministère des Travaux publics et Transports, ce ministère a répondu que depuis le début de cette année, des travaux de rénovation ont été effectués dans cette délégation, puisque l’armurerie a également été déplacée à cet endroit. Une partie de ces correctifs consiste à peindre la salle à manger, bien qu’il ne soit pas précisé quand cela sera fait.

Concernant l’inondation des services sanitaires, le MOPT a déclaré qu’une salle de bains bouchée avait été détectée parce qu’ils déposaient du papier toilette dans les toilettes, au lieu de la poubelle. “Ce problème a déjà été résolu”, indique le courrier électronique de réponse, attribué à Martín Sánchez, directeur adjoint de la police des transports.

Concernant l’infestation de cafards ou le manque de meubles dans la salle à manger, il a déclaré qu’il n’y avait aucun rapport à ce sujet, mais a assuré que “une attention y sera portée et une coordination sera faite avec le responsable administratif pour apporter une solution”. ” Il a même promis de revoir les postes budgétaires pour acheter des chaises pour cette année.

Autres problèmes accumulés

Les besoins de la Police des Transits ne se limitent pas au mauvais état des installations, mais aussi aux unités. L’agent a déclaré qu’à plusieurs reprises, lui ou un collègue a payé le changement d’huile ou de pneu de son véhicule de travail, ce qui est interdit, mais ils sont obligés de le faire pour éviter que les patrouilles ne soient bloquées.

Dans un précédent rapport, La nation, reflétait également d’autres lacunes dans les uniformes. Selon le policier, ils ont reçu il y a deux mois des uniformes obsolètes qui correspondent à des vêtements stockés depuis des années. « Ils nous ont même donné des pantalons à plis, qui ne sont plus utilisés depuis environ cinq ans. » Il a ajouté qu’un de ses collègues souffrait depuis plusieurs jours d’une maladie du pied due à l’usure de ses chaussures.

L’image montre la salle à manger de la délégation Zapote. Les chaises sont en mauvais état. (Fourni)

-

PREV l’audience contre Juan Carlos Martínez, “l’Infirmier”, se poursuivra lundi
NEXT L’importance de valoriser la démocratie, la liberté et la paix était le thème central de la Master Class de début d’année académique de la Faculté de Droit « Actualités UCN à jour – Universidad Católica del Norte