Une révolution serait une bonne chose

-

Plus de la moitié des enfants vivent dans la pauvreté. Peu de nourriture parvient aux écoles. Les écoles sont en mauvais état depuis des décennies. Le manque de fournitures, de matériels de base et de formation des enseignants, dont nous savons qu’ils sont insuffisants.

Places abandonnées ou en décomposition. Des espaces urbains sans prendre en compte les enfants.

Peu de spectacles destinés aux enfants. Soyons reconnaissants d’avoir des clubs et des instituts d’art et de culte religieux où nos enfants peuvent se sentir soutenus.

Je consulte, parce que peut-être qu’avec tant de travail, certaines choses me manquent et je vis dans un monde parallèle. jeLes enfants font-ils partie de la société ?

Je vois de nombreux appareils séduisants dans les magasins, équipés de tout type d’artefact qui stimule l’inaction corporelle, la déconnexion sociale et d’autres facteurs ayant diverses connotations négatives qui nécessitent une approche particulière.

On les observe également Des magasins de jouets alléchants, pleins de couleurs et d’options de shopping. Malbouffe, attraits des consommateurs.

En observant ces scènes, il n’est pas difficile de remarquer que lL’enfance mais aussi l’adolescence sont de simples objets commerciaux.

Où sont les les politiques publiques qui en découlent qui n’implique pas un vote ou un blocage de rues, de ponts ou d’avenues ?

Après les chiffres qui nous terrifient, selon lesquels plus de la moitié des enfants de la République argentine sont pauvres, Où sont les projets à modifier, à travailler pour les inverser ?

Où sont les tables de discussion et d’organisation avec Vous avez appelé divers spécialistes du domaine ?

Bien sûr, je parle d’entités gouvernementales et ceux qui revendiquent avec puissance et force.

Nous sommes nombreux à avoir des idées claires et réalisables à mettre en œuvre. ET?

Les enfants ne votent-ils pas ? Ups, je suis désolé. Il m’a échappé.

Les jolis carrés pourraient leur donner. Egalement des écoles dotées de budgets et d’enseignants formés et bien payés.

Nous savons déjà. C’est un vieux argument, comme les hommes politiques qui défendent toujours la même chose.

Je me concentre sur l’enfance et l’adolescence comme je le fais toujours, tout en écoutant ces êtres merveilleux qui n’ont que quelques années, je fais mon chemin avec des ressources limitées et je ressens la magie de la Vie.

Au-delà de tous les obstacles, il existe des esprits brillants. Des âmes qui éclairent et des projets qui attendent.

nous avons besoin d’une révolution de parents exigeant tout ce qui est nécessaire.

Des rues sûres pour qu’ils peuvent voyager seuls.

Réseaux de confinement si nécessaire. Permettez-moi de clarifier : ne venez pas avec ces plaintes qui durent mille ans et les enfants qui dénoncent des abus, par exemple, doivent vivre à nouveau avec ces monstres. Ne vous moquez plus.

La perversité envers les enfants et les adolescents est généralement criminelle.

Sommes-nous complices ? Parce que le silence nous donne cette catégorie.

Nous ne savons pas comment démarrer cette révolution ? ¿Oh vraiment? Ou avons-nous peur ? Ou est-ce que nous ne nous en soucions pas beaucoup non plus et ne voulons pas quitter notre zone de confort ?

Je pose ces questions parce qu’il est toujours plus facile de jeter la balle et de dire que c’est la faute de quelqu’un d’autre. Et à la maison ? Moi, Argentin est la réponse ?

Que rien ne peut être fait ? Demandez aux grands révolutionnaires de l’histoire si cela est vrai.

Peut-être qu’ils n’avaient aucune chance de se laisser distraire des vitraux si beaux et avec de nombreux appareilss.

Désolé si je vous ai dérangé. C’était mon intention.

Continuez simplement votre journée, mais rappelez-vous que nous sommes nombreux à lutter avec force pour un cadeau inclusif. Pas de E, mais des GENS, ceux qui sortent du ventre d’une femme.

Laura Collavini, diplômée

Psychopédagogue

Auteur du livre Mon environnement et moi.

Président de la Fondation Être

[email protected]

-

PREV Les foires commerciales et agricoles continuent à Granma
NEXT L’importance de valoriser la démocratie, la liberté et la paix était le thème central de la Master Class de début d’année académique de la Faculté de Droit « Actualités UCN à jour – Universidad Católica del Norte