« Mon passage à l’École de Théâtre UV a été un cadeau de la vie » – G5noticias

« Mon passage à l’École de Théâtre UV a été un cadeau de la vie » – G5noticias
« Mon passage à l’École de Théâtre UV a été un cadeau de la vie » – G5noticias
-

Actrice, réalisatrice, militante, pédagogue, formatrice et Fille illustre de Valparaíso : telles sont quelques-unes des facettes de Myriam Espinoza, l’éminente universitaire qui, après 17 ans et à 74 ans, a décidé de se retirer de l’École de Théâtre UV, pour entreprendre ses projets personnels.

Il est arrivé à l’UV en 2007, en abordant les matières de direction théâtrale et la pratique de la spécialité Pédagogie théâtrale dans le premier plan d’études du diplôme. L’année suivante, il commence à développer l’un de ses plus grands rêves, le projet Escalera Arriba, qui amène le théâtre aux habitants des collines de Buenos Aires.

Mais son histoire a commencé bien plus tôt. Il est diplômé de l’École Normale de Viña del Mar et a étudié le Théâtre à l’Université du Chili, Valparaíso. Depuis la fin des années 60, il a fait partie de la Jeunesse communiste et a rejoint le Parti communiste en 1973, d’où il a mené un travail intense jusqu’en 1990, travaillant pendant près de 25 ans dans les prisons, toujours sous la bannière du théâtre politique.

Ce jeudi 18 avril, c’est toute la communauté de l’École de Théâtre qui a assisté à ses adieux : universitaires, fonctionnaires, étudiants et diplômés de diverses promotions se sont réunis sur l’esplanade du Parc Culturel de Valparaíso, dans un événement émouvant pour souligner leur contribution et leur héritage. au théâtre de Buenos Aires.

Passion pour le théâtre

Concernant ses adieux, Myriam s’est dite « très surprise ; J’ai participé à quelques réunions spéciales, mais c’est différent, car ils ont mobilisé les cours dans un très grand effort, venir avec les étudiants pendant la semaine est un double effort de la part des collègues et des étudiants, donc je me sens très heureux.

« Je vais avoir 75 ans, j’ai beaucoup d’énergie pour continuer à faire les choses. Je suis fan de ce que je fais et je n’avais pas de temps pour mes projets dans le domaine du théâtre, j’étais dévoué à cent pour cent à l’école et j’ai dû mettre d’autres choses de côté. Aujourd’hui, j’aurai du temps pour mes initiatives et pour prendre soin de moi physiquement”, a-t-il ajouté.

Concernant sa carrière, il a commenté : « Je travaille depuis 56 ans, aujourd’hui je termine une étape qui représente plus de la moitié de ma vie et cela a été très dur, mais je dois me déconnecter. Depuis 2007, je suis à l’école, sur un chemin plein de développement, de croissance et d’amour. Mon passage à l’école a été un cadeau de la vie.

« Au Teatro UV, nous travaillons très bien, ensemble, nous nous soutenons, nous nous soutenons, il n’y a pas d’environnement de travail, mais plutôt de faire les choses que nous aimons. “Tous ceux qui y travaillent aiment le théâtre et les étudiants qui viennent aussi, et ceux qui ne finissent pas par partir”, a-t-il déclaré.

Il laisse un message aux nouvelles générations : « Pour les étudiants, cela doit être une passion et pas seulement un plaisir. Ils doivent aimer le théâtre, ils doivent être clairs sur le fait qu’ils ne peuvent rien faire d’autre professionnellement dans la vie que le théâtre, et si c’est le cas, ils auront du travail, ils seront heureux, créatifs et productifs.

Fondations scolaires

Claudio Marín, directeur de l’École de Théâtre UV, a souligné que « nous aimons beaucoup Myriam Espinoza, j’ai appris à connaître et à comprendre sa vision du travail social, politique et de résistance. Il a développé un travail pédagogique vraiment remarquable. Avec ce type d’actions, ce que nous héritons d’elle, ce sont les fondements de notre École, faisant également partie d’une génération fondamentale pour le théâtre dans notre ville et notre pays.

« Nous devons reconnaître nos professeurs, cet hommage dans la vie est extrêmement important. J’ai une profonde admiration pour son travail, j’ai eu le privilège de la connaître et de partager un espace commun dans notre Ecole, qui est intense, dramatique, difficile, merveilleux, avec tous ses bords, et où Myriam m’a appris un chemin de confiance, ” il ajouta.

De son côté, Marcela Inzunza, responsable du cours, a déclaré qu’elle avait rencontré Myriam il y a 17 ans à l’École, « à cette époque, nous avons commencé à forger une profonde amitié, notamment en raison de son traitement horizontal, de son orientation vers le travail d’équipe, de son respect et affection. honnête et sincérité. Nous avons entrepris des démarches communes dans la mention de la Didactique du Théâtre, dans le projet Escalera Arriba et dans le lien avec les organisations sociales et les entités éducatives de Valparaíso, en guidant les pratiques de mention et les premières pratiques d’application dans le thème du séminaire didactique.

« Le lien que l’École de Théâtre UV a établi avec les écoles publiques à haut niveau de vulnérabilité, à travers sa gestion, a impliqué que les directions et les unités techniques pédagogiques aient confiance dans leur travail professionnel, ouvrant les portes à nos étudiants, faisant confiance aux stratégies pédagogiques. et les méthodologies qui ont été mises en œuvre, surprenantes par les beaux résultats de ces expériences préprofessionnelles, marquant positivement les communautés de Buenos Aires », a-t-il souligné.

-

PREV En quoi consiste le projet de la Municipalité pour « améliorer et embellir » la capitale ?
NEXT L’assassinat du directeur de La Modelo déclenche des mesures d’urgence pour protéger le personnel de l’Inpec