Guillermo Francos remet en cause la mobilisation universitaire : « L’austérité doit toucher tout le monde »

Guillermo Francos remet en cause la mobilisation universitaire : « L’austérité doit toucher tout le monde »
Guillermo Francos remet en cause la mobilisation universitaire : « L’austérité doit toucher tout le monde »
-

Le ministre de l’Intérieur Guillermo Francos a remis en question la mobilisation que mènera le secteur universitaire mardi après-midi prochain et, dans le même esprit, a sévèrement critiqué le recteur de l’Université de Buenos Aires (UBA), Ricardo Gelpi, pour avoir glissé une éventuelle fermeture de l’université.

Le responsable a assuré que “l’Argentine traverse un moment d’énorme austérité dans le secteur public” et a souligné que “L’ajustement et l’austérité doivent toucher tout le monde”en référence à la revendication budgétaire soutenue par les universités.

Il a en outre confirmé que le président Javier Milei donnera un message sur la chaîne nationale ce lundi soir faire le point sur les résultats économiques obtenus jusqu’à présent sous son administration.

Comme il l’avait annoncé lors de son discours au Forum Llao Llao, le chef de l’Etat donnera ce lundi 22 avril une émission nationale pour dresser le bilan des quatre premiers mois de son gouvernement. À ce propos, Francos a assuré que l’objectif de Milei est de “communiquer au peuple ce qu’il a fait jusqu’à présent, les résultats et les perspectives”.

Conflit avec les universités

En ce qui concerne la réduction des fonds qui touche également les universités nationales, Francos a expliqué que le gouvernement “gère les ressources en les répartissant entre les différents domaines” et a assuré qu'”elles servent les secteurs les plus humbles et les plus nécessiteux de la population”.

“Chacun doit comprendre le moment que nous vivons et apporter sa contribution”a ajouté le ministre ce dimanche en dialogue avec Radio Rivadavia, deux jours avant la mobilisation massive attendue mardi après-midi devant la Casa Rosada.

À son tour, le chef du portefeuille Intérieur a critiqué le recteur de l’UBARicardo Gelpi, qui a mis en garde contre la possibilité que cette maison d’études ferme ses portes faute de fonds.

Gelpi avait assuré que “s’il n’y a pas d’argent” pour répondre aux besoins budgétaires, “il n’y aura pas d’autre choix que de fermer”, dans le cadre de l’appel lancé par les universités à une marche fédérale

“Si le recteur de l’UBA estime que la meilleure façon de surmonter ce moment est de fermer l’université, il n’est pas qualifié pour diriger l’UBA”Francos a répondu.

Le ministre a sévèrement critiqué la gestion des différentes universités publiques ces dernières années, après que le gouvernement a confirmé qu’il auditerait les fonds alloués au secteur universitaire.

“On sait que de nombreuses universités ont été utilisées politiquement ces dernières années. Vous voyez qui les dirige, les gens qui y sont et le nombre d’employés qu’elles ont et vous entendez constamment qui sont ceux qui sont dans les universités”, a-t-il déclaré. remarqua Francs.

La tension entre l’exécutif et les autorités universitaires s’est intensifiée ces derniers jours, malgré le fait que le gouvernement ait annoncé cette semaine un accord avec les universités qui envisageait un Augmentation des fonds de 140% en deux tranches (mars et mai) et un audit dans le secteur.

Cependant, les maisons d’études ont précisé qu’il s’agissait d’un proposition informelle, ils ont rejeté l’accord et ont ratifié la mobilisation mardi prochain. En outre, ils ont accepté de répondre à la proposition mercredi 24 prochain. De plus, Gelpi a expliqué ce vendredi que la dernière proposition du ministère de l’Éducation avait été faite dans le but de “désactiver la marche” et a révélé que les 70 premiers. Le % d’augmentation pour les dépenses d’entretien que le Gouvernement a proposé “n’est pas encore arrivé”.

Ainsi, la mobilisation en faveur de l’Université Publique aura lieu mardi prochain, en avril, et visera à protester contre la réduction des subventions dans toutes les universités.

Le rassemblement débutera à 15h30, tandis que l’événement principal aura lieu à 18h00, devant la Casa Rosada, où sera prononcé un discours dans lequel ils exigeront une mise à jour du budget dans un contexte d’inflation croissante et l’ajustement que l’Exécutif applique dans tous les domaines.

-

PREV Sandra Ortiz révèle des discussions avec l’ancien directeur de l’UNGRD, Olmedo López
NEXT L’importance de valoriser la démocratie, la liberté et la paix était le thème central de la Master Class de début d’année académique de la Faculté de Droit « Actualités UCN à jour – Universidad Católica del Norte