Les pingouins et leur contribution à l’écosystème. Par Dr. Roberto Rojas Institut Académique des Sciences Naturelles UDLA, Siège de Viña del Mar – G5noticias

Les pingouins et leur contribution à l’écosystème. Par Dr. Roberto Rojas Institut Académique des Sciences Naturelles UDLA, Siège de Viña del Mar – G5noticias
Les pingouins et leur contribution à l’écosystème. Par Dr. Roberto Rojas Institut Académique des Sciences Naturelles UDLA, Siège de Viña del Mar – G5noticias
-

Le Chili a une géographie diversifiée, abritant une variété d’espèces adaptées à différentes conditions environnementales. Les spécimens emblématiques sont les manchots, particulièrement habitués à la vie en mer et sur glace, comme les manchots de Humboldt présents dans la région de Coquimbo, les manchots de Magellan et royaux situés principalement dans les zones de Patagonie et de l’Antarctique.

L’observation des manchots dans des zones telles que l’Isla Damas à Coquimbo, l’Isla Grande de Chiloé, l’Isla Magdalena en dehors de Punta Arenas ou Porvenir, offre aux visiteurs la possibilité d’observer et de connaître la vie de ces oiseaux dans leur habitat naturel, contribuant ainsi à la conservation de ces espèces et en favorisant la sensibilisation à l’environnement.

Outre l’attrait touristique qu’ils représentent, dans les différentes zones où ils vivent, ils jouent un rôle transcendantal dans l’écosystème, en fournissant des nutriments tels que l’azote et le phosphore qui enrichissent le sol et agissent comme des engrais naturels. Ils régulent également la diversité et le volume des espèces dans des milieux sensibles comme la zone magellanique.

Dans cette zone géographique, les manchots possèdent de multiples adaptations aux climats froids, comme un plumage dense et résistant à l’eau, formant une barrière contre les basses températures de la mer Antarctique et le vent de Patagonie. Leurs plumes sont également recouvertes d’une couche huileuse qui agit comme un isolant thermique. À l’intérieur, ils contiennent des peptides et/ou des protéines adaptés pour inhiber la formation de glace.

Bien que le soin et la protection des différentes espèces présentes dans le pays ainsi que la préservation de leurs habitats soient dirigés à la fois par le ministère de l’Environnement, le Service de l’agriculture et de l’élevage, le sous-secrétaire à la pêche et à l’aquaculture et l’Institut chilien de l’Antarctique, en tant que citoyens, nous ont également le devoir de comprendre et de valoriser ces espèces nobles pour leur contribution à l’écosystème marin.


#Chile

-

PREV La signature de l’avis est retardée et La Libertad Avanza vient à l’idée d’accepter les modifications
NEXT Ils ont kidnappé sa voiture à Neuquén et il a attaqué un inspecteur pour la sortir de l’entrepôt