Il y en a désormais 23 : ils ajoutent cinq prépayés à la précaution pour faire reculer les augmentations

Il y en a désormais 23 : ils ajoutent cinq prépayés à la précaution pour faire reculer les augmentations
Il y en a désormais 23 : ils ajoutent cinq prépayés à la précaution pour faire reculer les augmentations
-

NA.- La Surintendance des Services de Santé de la Nation (SSS) a étendu la mesure de précaution contre les entreprises de prépaiement à 5 entreprises supplémentaires, dans le but de reprendre rétroactivement les augmentations jusqu’en décembre de l’année dernière et d’ordonner le retour aux utilisateurs de ce qui est perçu ci-dessus. inflation au cours des quatre derniers mois.

L’agence d’État constituée Hôpital allemand, hôpital britannique, CEMIC, Grupo DDM SA et le Cercle Médical Lomas de Zamoraà la plainte pour “abus de la part des sociétés de médicaments prépayés dans la détermination des augmentations de tarifs pour leurs utilisateurs”, comme l’explique le gouvernement.

Avec les nouvelles signatures ajoutées, l’injonction est désormais Il couvre 23 forfaits prépayés qui couvrent 95% des bénéficiaires couverts par ce régime. Le recours déposé par le SSS vise à ce que les entreprises reculent leurs prix jusqu’en décembre et à ce que le tribunal ordonne le remboursement des augmentations qui ont dépassé l’indice des prix à la consommation (IPC) ces derniers mois.

De même, l’Exécutif a déclaré que « la mesure de précaution de la Surintendance est basée sur sauvegarder la concurrence pour défendre le libre marché contre les pratiques anticoncurrentielles“, comme l’abus de position dominante et l’excès dans la détermination arbitraire et injustifiée de l’augmentation des quotas.”

  • Le Gouvernement a présenté la mesure conservatoire devant le Tribunal 9 de la Chambre Civile et Commerciale Fédérale.
  • Selon des sources officielles, les paiements prépayés inclus dans ce document sont au nombre de 18, élargissant ceux atteints par la résolution Commerce : OSDE, Swiss Medical, Omint, Galeno, Medicus, Accord Salud, Hospital Italiano, Medif, Sancor, Medicina Esencial, Prevencin Salud, Hominis, Avalian, Federada Salud, SIPSSA, OS Pasteur, Hierrquicos Salud et Met Crdoba.
  • Selon les estimations de la Surintendance des Services de Santé, ces sociétés regroupent 90% des affiliés.

Concernant la mesure de précaution, des sources officielles ont indiqué qu’« il ne s’agit pas d’une intervention sur le marché mais bien du contraire : une action menée par la Surintendance dans son rôle de superviseur afin que les indicateurs sont transparents et la libre concurrence est garantie”.

En outre, ils ont souligné que « le Gouvernement a déréglementé le système de santé dans le but que tous les bénéficiaires puissent choisir librement entre les œuvres sociales et les œuvres prépayées, et dans le but de promouvoir la libre concurrence et une plus grande transparence entre les acteurs, afin de parvenir à une plus équitable, solidaire et efficace ».

Par ailleurs, l’Exécutif a déclaré qu'”il s’agit d’une action indépendante de la mesure de protection contre la cartellisation qui est également en cours au sein de la Commission Nationale pour la Défense de la Concurrence”.

La justice a demandé au gouvernement d’expliquer pourquoi il se poursuit pour paiements anticipés

Un juge a demandé au gouvernement d’expliquer pourquoi il avait déposé un recours en amparo contre le augmentation aveugle des sociétés de médicaments prépayés ce qui a été autorisé par un DNU toujours en vigueur émis par le gouvernement lui-même.

En outre, la demande vise à établir si la résolution qui a ordonné le retour des tarifs prépayés à décembre 2023 neutralise les effets de la protection présentée.

Le juge fédéral civil et commercial Mercedes Maquieira Il a fait cette demande au gouvernement en guise de “clarification” sur les termes de la protection et sur la résolution émise par le ministère de l’Industrie et du Commerce concernant les tarifs des entreprises.

Il l’a fait dans le cadre d’une action judiciaire intentée par le Surintendance des services de santé, présenté le jour même où le gouvernement a décidé d’ordonner que les tarifs facturés par les entreprises soient antidatés aux valeurs de décembre 2023.

En fait, le gouvernement demande au pouvoir judiciaire d’ordonner aux sociétés de prépaiement d’annuler l’augmentation des tarifs qui, d’une part, Il a été autorisé par DNU 70/23 et, d’autre part, il a déjà été neutralisé par une résolution d’une organisation qui dépend du gouvernement lui-même.

En effet, le secrétaire à l’Industrie et au Commercequi dépend du ministère de l’Économie, a publié la semaine dernière une mesure obligeant les sociétés de médicaments prépayés à fixer les prix aux valeurs de décembre dernier et à calculer les augmentations sur la base de l’inflation calculée par l’INDEC.

La demande d’éclaircissements formulée par le juge est préalable à sa décision d’accepter ou non la compétence ou le refuse afin que la juridiction intervienne dans le contentieux administratif fédéral.

-

PREV L’avocat a parlé de la « Posada San Francisco » et a déclaré qu’il s’agissait d’un « Centre culturel et artistique ».
NEXT L’importance de valoriser la démocratie, la liberté et la paix était le thème central de la Master Class de début d’année académique de la Faculté de Droit « Actualités UCN à jour – Universidad Católica del Norte