La Fête des Travailleurs, une fête municipale dans la province de Cuba (+Photos)

-

Des enfants, des jeunes, des femmes et des hommes, consacrés à l’étude et au travail quotidien et créatif, ainsi que des collectifs d’Avant-gardes nationales, sont passés ce mercredi devant le monument au Héros des trois guerres pour l’indépendance de Cuba au XIXe siècle, dans un Fête de la ville.

Portant des affiches avec des slogans révolutionnaires et vêtus des couleurs allégoriques du drapeau national (rouge, bleu et blanc), les travailleurs, ainsi que leurs familles et le peuple en général, ont ratifié leur soutien inconditionnel à la Révolution cubaine.

Ekaterina Gowen, secrétaire générale du Syndicat des travailleurs cubains (CTC) de la province, a reconnu les efforts des groupes de travailleurs du territoire, représentés par différents syndicats, dont le Syndicat de l’Énergie et des Mines, le premier bloc à défiler.

Depuis le podium et devant la grande fête de la Journée internationale des travailleurs, Gowen a souligné que cet anniversaire important est célébré dans un contexte actuel qui exige de plus grands efforts pour la reprise économique du pays.

Il a également réaffirmé la condamnation du blocus économique, commercial et financier injuste imposé par le gouvernement des États-Unis à la plus grande des Antilles.

De soutien inconditionnel aux causes justes, il a exprimé son rejet du génocide perpétré par Israël contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza, avec la complicité des Etats-Unis, a-t-il dit.

L’événement a été présidé par Marta Ayala, membre du Bureau politique du PCC et directrice générale du Centre d’ingénierie génétique et biotechnologie (CIGB) et Deivy Pérez, membre du Comité central du PCC et premier secrétaire de la province, comme ainsi que les ministres et autres dirigeants.

ro/mpg

#Cuba

-

PREV Nelfi Guarnizo veut être la meilleure buteuse de la Colombie à la Coupe du monde de football adapté, voici son histoire
NEXT Le maire de Bucaramanga a répondu à ceux qui le traitaient de « nazi » et a souligné la « permissivité » du système judiciaire colombien