WikiLeaks mobilise le soutien international au Chili face à l’audience critique d’extradition d’Assange

WikiLeaks mobilise le soutien international au Chili face à l’audience critique d’extradition d’Assange
WikiLeaks mobilise le soutien international au Chili face à l’audience critique d’extradition d’Assange
-

La délégation de WikiLeaks, conduite par Kristinn Hrafnsson, est arrivée au Chili dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse organisée par l’UNESCO. L’événement, qui rassemble des journalistes du monde entier dans des forums et des discussions, est “un forum idéal pour débattre et mobiliser des soutiens avant la prochaine audience d’extradition de Julian Assange, prévue le 20 mai”, a indiqué la délégation dans un communiqué.

Lors de cette audience, il sera déterminé si Assange sera ou non extradé vers les États-Unis, un pays où il est accusé de charges qui pourraient le condamner à une peine allant jusqu’à 175 ans de prison en vertu de la loi sur l’espionnage de 1917.

Lors de cette visite au Chili, Hrafnsson – accompagné de Jennifer Robinson, avocate principale de la défense d’Assange, et de Joseph Farrell, ambassadeur de WikiLeaks – rencontrera des parlementaires et des autorités chiliennes pour examiner les faits. Par ailleurs, ils rapportent dans un communiqué qu’ils maintiennent “l’espoir que le président Gabriel Boric puisse les recevoir, ce qui représenterait un soutien important dans un contexte mondial”.

« Nous sommes à un tournant critique à la fois pour Julian et pour l’avenir de la liberté d’expression dans le monde », a déclaré Kristinn Hrafnsson. En outre, il a ajouté qu’il espère que « le président Boric se joindra à la voix de dirigeants progressistes tels que Gustavo Petro, Luiz Inácio Lula da Silva, Andrés Manuel López Obrador, Luis Arce et Alberto et Cristina Fernández, qui en 2022 ont exprimé leur soutien à Assange, exhortant l’Australie à être plus proactive dans sa défense » : En ce sens, il a déclaré que « votre soutien serait crucial pour garantir que les droits fondamentaux soient respectés et que des précédents équitables soient établis pour le traitement des journalistes et des lanceurs d’alerte dans le monde entier ».

La délégation de WikiLeaks soutient que cet effort « intervient dans un contexte où l’absence de garanties claires de la part des États-Unis, notamment en ce qui concerne la non-application de la peine de mort, a intensifié l’inquiétude internationale. Ces préoccupations soulignent la nécessité d’un engagement mondial en faveur de la justice et du respect des droits de l’homme dans les processus juridiques transnationaux.

  • Pour plus d’analyses et découvrir les secrets de la politique, rejoignez notre communauté +Político, le pari d’El Mostrador pour ceux qui pensent que la politique est essentielle pour une meilleure démocratie. Inscription gratuite ICI.

#Chile

-

PREV Le gouverneur de La Guajira refuse d’envoyer des Vénézuéliens à la frontière
NEXT Des responsables de l’ADR ont été intimidés et menacés par des individus armés dans une friche du Cauca : leur véhicule a été volé