Ils craignent un manque de personnel pour les gardes

Ils craignent un manque de personnel pour les gardes
Ils craignent un manque de personnel pour les gardes
-

S’il reste à connaître la date de traitement du Fonde la loi au Sénatles responsables municipaux et provinciaux mettent en garde contre la possibilité de manque de médecins pour les gardespuisque l’article qui les exempte serait abrogé et qu’ils seraient couverts par le impôt sur le revenudont le plancher s’élève à un rémunération mensuelle brute de 1 800 000 $ (en termes nets, 1 494 000 $).

À titre de référence, le maire de la ville de Buenos Aires, Bolívar, Marcos Pisanoa souligné qu’il avait lancé un appel commun au 135 chefs communaux de la province de Buenos Aires de partager “notre énorme inquiétude, car nous allons nous retrouver sans pouvoir couvrir les hôpitaux”. En ce sens, il a indiqué avoir demandé une rencontre conjointe avec le ministre provincial de la Santé, Nicolas Kreplak: “Ceux qui font le week-end abandonnent parce que l’AFIP le prend, ce serait travailler pour le fisc“.

« Actuellement, les agents de santé ne paient pas d’impôt sur le revenu, mais nous sommes inquiets car à Bolívar, environ 100 travailleurs le paieront. À l’intérieur du pays, nous allons nous retrouver sans médecins si la taxe est appliquée comme le prévoit la loi. Ensuite. Les médecins qui doivent être de garde vont abandonner parce qu’ils vont prendre des bénéfices. Le salaire n’est pas un profit, c’est pourquoi notre demande », a-t-il ajouté dans une interview à AM Radio Provincia.

Nicolás Kreplak : « Les cliniques vont fondre »

Il Ministre de la Santé de la province de Buenos Aires, Nicolás Kreplaka évoqué la situation du service de santé privé sur le territoire de Buenos Aires : “On constate une augmentation de la demande de 30 à 50 % dans le secteur public. “De nombreuses personnes qui bénéficiaient d’une aide sociale ne l’ont plus ou doivent payer un ticket modérateur pour pouvoir bénéficier de soins dans le secteur privé.”

« Après quatre ans avec un gouvernement qui a investi dans la santé et misé sur l’État, on se retrouve avec un gouvernement qui a paralysé les travaux publics. Et cela affecte beaucoup de choses”, a déclaré le responsable dans une interview à La Capital, ajoutant que “dans le système public et privé, il y a moins d’offre que ce qui est nécessaire, et pas seulement en haute saison, mais toute l’année”.

kreplak.jpg

Nicolás Kreplak, ministre de la Santé de Buenos Aires.

Télam

Enfin, il a évoqué la recomposition du impôt sur le revenu: “Une loi était sortie qui présentait Daniel GollanQuoi exempté les agents de santé du paiement des bénéfices, parce qu’après la quatrième équipe, les médecins ne veulent pas faire une cinquième équipe parce qu’ils ne la facturent pas, puisque le total est déduit des bénéfices. Nous avons donc une pénurie de gardes dans toute la province et maintenant le gouvernement abroge cette loi. »

Loi de Bases : le gouverneur de Chubut a prévu que les sénateurs patagons rejetteront l’impôt sur le revenu

Il Gouverneur de Chubut, Ignacio Torresa confirmé que tout Les sénateurs patagons voteront contre la restitution du plancher de l’impôt sur le revenu dans le débat sur Bases du droit à la chambre haute : “Tout le monde va voter contre”.

Dans des déclarations à la radio, le président provincial a exprimé et argumenté son rejet de la section fiscale : « Tout le monde va voter contre Ganancias car l’élément de zone défavorable n’est pas pris en compte au minimum non imposable. Le coût de la vie en Patagonie est beaucoup plus élevé.” “Nous soutenons la grande majorité de la loi des bases”, a-t-il ajouté dans des déclarations à Radio avec toi.

“Il y a un dilemme avec les profits qui aurait pu être résolu. En fait, pour nous, un régime d’investissement important est important : il y a de nombreux investissements ralentis par l’incertitude générée“, a ajouté le gouverneur de Chubut.

En ce sens, Torres a expliqué que « les bénéfices Nous allons voter contre car il ne prend pas en compte ces asymétries. Que demandions-nous, nous les Patagons ? Que le poste zone défavorable soit considéré dans le minimum non imposable. “Il y a 18 voix qui vont voter contre les bénéfices.”


#Argentina

-

PREV L’UNSa demande que le pass gratuit soit reconnu pour ses étudiants – Salta
NEXT Miss Bolivie : « Il est temps d’utiliser le geste créatif comme résistance » | Il sera présenté ce samedi 11 au Niceto Club