Les députés poursuivront le débat sur le projet de loi qui réglemente l’utilisation de produits agrochimiques à Entre Ríos – El Heraldo

Les députés poursuivront le débat sur le projet de loi qui réglemente l’utilisation de produits agrochimiques à Entre Ríos – El Heraldo
Les députés poursuivront le débat sur le projet de loi qui réglemente l’utilisation de produits agrochimiques à Entre Ríos – El Heraldo
-

Aujourd’hui, la Commission de l’Environnement et des Ressources Naturelles de la Chambre des Députés d’Entre Ríos se réunira à nouveau, présidée par le député provincial, Juan Manuel Rossi, afin de continuer à discuter du « Projet de loi n° 26 117 sur les « Bonnes pratiques dans l’utilisation des produits phytosanitaires et pesticides domestiques dans la province d’Entre Ríos ».
Il convient de noter que lors de la réunion précédente du jeudi 11 avril, au cours de laquelle sont intervenus des intervenants appartenant à des organisations environnementales, ils ont émis de vives critiques à l’égard du projet au cours du débat, ils ont convenu qu’il fallait modifier l’initiative, ainsi que le niveau de contamination des produits agrochimiques et que « le modèle agro-industriel ne fonctionne pas ».

Le projet

Le projet de base est le même que celui que l’Exécutif a présenté en novembre 2022, lorsque le gouverneur était Gustavo Bordet, ont confirmé des sources législatives. Il s’agit d’un organisme de régulation promu par l’ancien ministre de la Production et actuel député, Juan José Bahillo (MpER-PJ).
Dans ce schéma, les distances minimales pour la pulvérisation de produits agrochimiques en présence de personnes sont de 100 mètres pour celles effectuées à terre et de 200 mètres pour les pulvérisations aériennes, a publié Era Verde.
Dans le cas des établissements d’enseignement ruraux, un régime spécial est établi, dans lequel « une distance de 150 mètres mesurée à partir du périmètre de l’école est considérée comme délimitant la zone d’exclusion, avec pour les applications aériennes la distance étant de 500 mètres, mesurée à partir du périmètre ». .de l’établissement d’enseignement.
A partir de cette distance, on considère une zone tampon qui va de la limite de la zone d’exclusion (150 mètres du périmètre) jusqu’à 500 mètres pour les équipements au sol ; de la limite de la zone d’exclusion des équipements aériens (500 mètres du périmètre scolaire) à 3000 mètres.

#Argentina

-

PREV Les factures de gaz arrivent avec des augmentations allant jusqu’à plus de 400%
NEXT Qui est Maxi Espíndola, désigné comme le nouvel amour de Tini Stoessel : “Très proche”